Le cas Jacqueline Sauvage : vers une légitime défense différée ?

Le cas Jacqueline Sauvage : vers une légitime défense différée ?

Jacqueline Sauvage a été condamnée par la cour d’assises de Blois à dix ans de prison pour avoir tué son mari, qui l’a battait et abusait de ses enfants depuis de très nombreuses années. Cette condamnation a provoqué de fortes réactions des as

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

lundi 18 février 2019

Jacqueline Sauvage a été condamnée par la cour d’assises de Blois à dix ans de prison pour avoir tué son mari, qui l’a battait et abusait...

Mercredi 23 décembre 2015

Jacqueline Sauvage a été condamnée par la cour d’assises de Blois à dix ans de prison pour avoir tué son mari, qui l’a battait et abusait de ses enfants depuis de très nombreuses années.

Cette condamnation a provoqué de fortes réactions des associations de femmes battues, ainsi que des débats tant dans la société qu’au Parlement. Devenue le symbole de la lutte contre les violences conjugales, Jacqueline Sauvage a suscité la signature d’une pétition par 150 000 personnes demandant sa grâce présidentielle. 36 parlementaires ont déposé une proposition de loi pour faire reconnaître le concept de “légitime défense différée“.

Ce concept là ne risque-t-il pas de produire des effets néfastes et d’octroyer un permis de tuer ?

 

Définition de la légitime défense

La légitime défense est exceptionnelle et permet à une personne qui est agressée de se défendre en utilisant des moyens proportionnés par rapport à l’attaque qu’elle subit.

Cette riposte doit intervenir au moment de l’agression et non après, rendant l’acte de défense nécessaire et indispensable.

Ainsi, l’article 122-5 du Code Pénal prévoit :

“N’est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d’elle-même ou d’autrui, sauf s’il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l’atteinte.

N’est pas pénalement responsable la personne qui, pour interrompre l’exécution d’un crime ou d’un délit contre un bien, accomplit un acte de défense, autre qu’un homicide volontaire, lorsque cet acte est strictement nécessaire au but poursuivi dès lors que les moyens employés sont proportionnés à la gravité de l’infraction.”

 

Exemple de légitime défense dans un cas de violences conjugales

Alexandra Lange, jugée en 2012 devant la Cour d’Assises de Douai, a été acquittée du meurtre de son mari, qu’elle avait tué en état de légitime défense. L’avocat général, Luc Frémiot, avait lui-même requis l’acquittement de l’accusée. Elle subissait depuis des années des violences conjugales physiques  ainsi que des violences psychologiques. Elle avait tué son mari de coups de couteau alors même qu’elle était frappée.

Son geste était concomitant aux violences qu’elle subissait et son acte de riposte proportionné aux coups reçus.

 

Légitime défense différée : protection ou dérive ?

A l’initiative de la députée Les Républicains Valérie Boyer et de trente-six  parlementaires, un projet de loi a été mis sur la table pour ouvrir la notion de légitime défense des femmes battues de manière plus extensive. La légitime défense serait admise dans l’hypothèse où la riposte de la victime n’interviendrait plus concomitamment à l’acte de violence subi.

Cette idée est issue du  double constat affligeant selon lequel tous les deux jours une femme meurt sous les coups de son compagnon, que 200 femmes sont violées tous les jours, et que la plupart des victimes, sous emprise de leur agresseur, n’entame pas la démarche de déposer une plainte pénale ou de fuir l’auteur des faits.

Bien qu’elle déclare  que “ce n'est pas un permis de tuer que je veux délivrer“, est-ce que cette extension de la légitime défense ne risque pas de couvrir des actes intentionnels (coups et blessures, meurtres, voire assassinats avec préméditation) et d’ouvrir la légalisation à de véritables règlements de comptes ? Est-ce que les jurés de Nancy en mars 2016 suivront la même orientation dans le cas d’une femme subissant des humiliations et des insultes quotidiennes qui a tué son compagnon d’un coup de carabine pendant qu’il dormait ?

Silhouette armée pointant un fusil sur une personne qui marche - légitime défense

Cette proposition de loi n’a pas pour vocation de protéger et de prévenir les violences faites aux femmes mais seulement de leur donner un permis de tuer. Un travail considérable d’information et de prévention serait nettement plus pertinent et efficace pour protéger les victimes en donnant les moyens les moyens aux différents acteurs tels que les associations, les services sociaux, les médecins, l’Education Nationale, la Police, les hôpitaux. Ces derniers sont les plus à même d’aider les victimes à briser le silence et à se libérer de l’emprise de leurs bourreaux, sans qu’elles aient elles-même recours à un acte de violence ultime et définitif.

A l’issue de ce parcours, elles peuvent saisir un avocat pour défendre leurs droits, que ce soit en termes de droit de la famille, de droit pénal que de droit des enfants mineurs.

 

LMC Partenaires

En bref !

16/02/2019 + Droit de rétractation entre professionnels : une décision bienvenue pour les petits entrepreneurs.
La cour de cassation vient de rendre un arret portant sur la délimitation des règles relatives aux contrats hors établissements.
12/02/2019 + Une justice plus fluide, lisible et efficace grâce à la transformation numérique
En 2022 la totalité des démarches administratives seront numérisées. Pour atteindre cet objectif le ministère de la justice s'est engagé dans une...
07/02/2019 + Les après-midis social du MEDEF Yvelines
Les actualités sociales jurisprudentielles présentées aux après-midis du MEDEF par les avocats de LMC Partenaires
30/11/2018 + Requalification en contrat de travail pour un coursier auto-entrepreneur
La Cour de Cassation vient de rendre le 28 novembre 2018 (17-20.079), un premier arrêt relatif à une demande de requalification d'un contrat...
14/11/2018 + Absentéisme au travail : LMC partenaires vous invite à débattre!
"Comment limiter l'absentéisme dans vos entreprises ? » Voici la question autour de laquelle LMC Partenaires va débattre durant un petit déjeuner...
13/04/2017 - Le Droit et les robots : à l'heure de la révolution numérique (épisode I)
Blockchain, legal techs, big and open data... autant de termes qui constituent désormais une nouvelle langue étrangère dont les professionnels du...
07/04/2017 - La vie numérique après la mort
Facebook, Twitter, Instagram, banque en ligne, correspondance par mail, espaces clients... notre vie se déroule désormais en grande partie sur...
06/04/2017 - La cession de parts sociales n'emporte pas cession du compte-courant d'associés
Le compte-courant d'associés ne constitue pas un accessoire des parts sociales ou actions. C'est ce qu'est venue rappeler la Cour de cassation, dans...
30/03/2017 - Bail d'habitation et prescription
Par un arrêt rendu le 26 janvier 2017 (Civ. 3ème, 26 janvier 2017, n°15-27.580), la Cour de cassation est venue affirmer sa position selon laquelle...
24/03/2017 - Alerte à la clause : la garantie du passif en présence d'un cessionnaire peu diligent
La chambre commerciale de la Cour de cassation est venue rappeler le 25 janvier 2017 (Com. 25 janvier 2017, n°15-17.137 et 15-18.246) une solution de...
20/03/2017 - La Cour de Justice de l'Union Européenne lève le voile
  Sur un sujet aussi sensible que le port du voile ou de tout signe religieux en entreprise, une cohérence des différentes jurisprudences était...
17/03/2017 - La clause Molière : légale ou discriminatoire?
La clause dite “Molière” qui défraye la chronique depuis quelques temps, vise à imposer le français sur les chantiers publics afin de...
27/02/2017 - Le préjudice d'angoisse de mort imminente est-il indemnisable ?
La chambre criminelle de la Cour de cassation a le 27 septembre 2016 (n° de pourvoi : 15-83.309), dans un arrêt à tiroirs, précisé le concept de...
21/02/2017 - Cadres – Heures supplémentaires : vers une preuve impossible ?
Cadres – heures supplémentaires : vers une preuve impossible ? Si la plupart des Cadres se voient aujourd'hui appliquer des clauses des...
20/02/2017 - Agression par un mineur, la responsabilité civile du mineur est-elle engagée ?
La Cour de cassation est venue rappeler le 20 octobre 2016 (pourvoi n°15-25.465) le principe depuis longtemps acquis selon lequel la minorité de...
13/02/2017 - Détective privé et droit au respect à la vie privée
Les litiges en droit de la famille ou des assurances, pour ne citer qu'eux, sont régulièrement l'occasion d'une confrontation entre deux droits...
10/02/2017 - Détournement de fonds par un salarié : est-ce une faute lourde ?
LMC Partenaires revient sur une affaire délicate, le détournement de fonds d’un salarié. Cette action caractérisée comme intention de nuire peut-elle...
08/02/2017 - Quand les violences conjugales deviennent non constitutives d'un danger
La loi n°2010-769 du 9 juillet 2010 a créé un nouveau titre XIV au sein du Code civil, spécifique aux mesures de protection des victimes de violence....
07/02/2017 - Conditions de reconnaissance d'une faute inexcusable
Les avocats du cabinet LMC Partenaires reviennent sur l’une de ces affaires pour vous expliquer, en quoi la preuve de la faute inexcusable ne peut...
06/02/2017 - Déclaration d'insaisissabilité fragilisée, une aubaine pour le liquidateur judiciaire
La chambre commerciale de la Cour de cassation a, par un arrêt de revirement du 15 novembre 2016 (pourvoi n°14-26.287), donné au liquidateur...
Accueil ] Le Cabinet ] Entreprises ] Particuliers ] Formations ] Honoraires ] Nos succès ] Actualités ] Contact ]

Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr