Juridictions d'exception et Etat d'urgence – Partie 2

Juridictions d'exception et Etat d'urgence – Partie 2

Suite de notre dossier sur les juridictions d’exception et Etat d’urgence pour mieux comprendre notre actualité. La guerre d'Algérie : la mise en place de l'état d'urgence Suite à une insurrection menée par le Front de la Libération National (

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

lundi 18 février 2019

Suite de notre dossier sur les juridictions d’exception et Etat d’urgence pour mieux comprendre notre actualité. La guerre d'Algérie : la...

Mercredi 24 février 2016

Suite de notre dossier sur les juridictions d’exception et Etat d’urgence pour mieux comprendre notre actualité.

La guerre d'Algérie : la mise en place de l'état d'urgence

Suite à une insurrection menée par le Front de la Libération National (FLN) durant la guerre d'Algérie, a été créé un régime d'exception : l'état d'urgence. Ce régime est entré en vigueur à travers la loi du 3 avril 1955 et a été créé en tant que palliatif "au manque de possibilités fournies par l'arsenal législatif".

L'état d'urgence permet d'instaurer l'assignation à résidence, le couvre-feu, d'interdire les réunions, de fermer les salles de spectacle ou les cafés, de procéder à des perquisitions de nuit (sans contrôle judiciaire) ou encore de contrôler la presse et la radio.

L'état d'urgence étant une variante des juridictions d'exception, son application a supposé tant des mesures tenant à la sécurité et au contrôle (ex : instauration d'un couvre-feu) que des mesures liées à la justice, tel que la mise en place de nombreuses juridictions d'exception :

 

  • Le Haut Tribunal militaire :

Cette juridiction d'exception a été créée par une décision du Président de la République (le Général de Gaulle) en application de l'article 16 de la Constitution pour juger "les auteurs et complices de crimes et délits contre la sûreté de l'Etat et contre la discipline des armées ainsi que les infractions connexes commises en relation avec la guerre d'Algérie". Les accusés y étaient déférés par décret. Le Haut Tribunal militaire était composé de quatre magistrats civils, quatre officiers généraux, ainsi que le général chancelier de l'Ordre de la Légion d'honneur. En mai et juin 1961, ce tribunal a jugé deux des auteurs du putsch d'Alger, les généraux Challe et Zeller, les condamnant à 15 ans de détention criminelle.

 

  • La Cour de sûreté de l'Etat :

Cette Cour jugeait des militants qui étaient considérés comme étant des "ennemis intérieurs". Ces derniers étaient ainsi pris pour cible par l'Etat qui avait, entre autres, mis en place de nombreuses mesures à l'encontre des activistes radicaux (jugement des militaires de carrières, détentions et gardes à vue prolongées, ou encore des examens psychiatriques qui avaient pour but de démontrer que ces militants étaient des êtres anormaux). Il s'agissait ainsi d'une lutte contre les partisans de l'Algérie française.

Cette juridiction d’exception voulue par le Général De Gaulle à la fin de la guerre d’Algérie pour réprimer l’OAS, a été instaurée par deux lois votées en février 1963 par le Parlement et le Sénat. Ce tribunal spécial, bras judiciaire du chef de l’Etat, possédait toutes les caractéristiques des juridictions d’exception traditionnellement utilisées en France contre des « ennemis intérieurs » : elle jugeait plus sévèrement des crimes ou des délits politiques et autorisait des pratiques policières et pénitentiaires d’exception (garde à vue de quinze jours en cas d’état d’urgence, détention de longue durée…).

 

L'application de l'Etat d'urgence

 

La guerre d'Algérie

? 1958 : le 17 mai 1958 l'état d'urgence est voté par le Parlement pour un délai de trois mois sur proposition du gouvernement de Pierre Pflimlin en raison du coup d'Etat du 13 mai 1958 à Alger.  Finalement son application aura pour terme le 1er juin (date de la démission du gouvernement de Pierre Pflimlin).

? 1961 : suite à la tentative de coup d'Etat menée par une partie des militaires de carrière de l'armée française (Le putsch des généraux) à Alger, l'état d'urgence est appliqué à partir du 23 avril 1961 par le Président de la République sur l'ensemble du territoire métropolitain français. L'application de ce régime est accompagnée par la prise de pouvoirs exceptionnels du Général de Gaulle (en vertu de l'article 16 de la Constitution de la Vème République) du 23 avril au 29 septembre 1961. L'état d'urgence sera prorogé plusieurs fois jusqu'au 31 mai 1963, sans contrôle parlementaire.

 

Le cas de la Nouvelle-Calédonie (1984-1985)

A la fin de l'année 1984 c'est également une situation coloniale qui sera à l'origine d'une nouvelle application de l'état d'urgence. Celle-ci aura lieu en Nouvelle-Calédonie en raison des nombreuses violences qui ont lieu sur ce territoire à l'encontre de militants Kanaks. Au début de l'année 1985 c'est Eloi Macharo, un partisan de la lutte armée kanake, qui est tué par un gendarme du GIGN : Nouméa s'embrase. C'est la raison pour laquelle Edgar Pisani, haut-commissaire de la République, proclame l'état d'urgence : un couvre-feu est établi et les manifestations sont interdites. Ce n'est qu'au mois de juin 1985 que l'état d'urgence sera levé.

 

Les émeutes urbaines de 2005

Afin de mettre fin aux émeutes dans les banlieues de l'Ile de France, le président de la République de l'époque, Jacques Chirac, avait mis en œuvre en 2005 l'état d'urgence par décret en Conseil des ministres. L'application de ce régime avait fait l'objet de nombreuses polémiques puisqu'il s'agissait de violences urbaines (ce qui n'est en rien comparable avec la guerre d'indépendance menée par l'Algérie). L'application de l'état d'urgence en 2005 illustre le fait que celui-ci n'a plus uniquement vocation à répondre à des situations de décolonisation.

 

Les attentats de Paris (13 novembre 2015)

Suite à une série de fusillades et d'attaques terroristes perpétrées dans la soirée du 13 novembre 2015 à Paris et dans sa périphérie, l'état d'urgence est décrété par le Président de la République sur l'ensemble du territoire français. Le gouvernement, "face à la menace terroriste" a présenté en février en Conseil des ministres un projet de loi prolongeant de trois mois l'état d'urgence, projet qui a été adopté par les Assemblées parlementaires et par la Commission des lois.

L'Etat d'urgence devrait s'interrompre fin mai 2016.

 

Florence MERCADE-CHOQUET

Avocate Associée du cabinet LMC Partenaires

LMC Partenaires

En bref !

16/02/2019 + Droit de rétractation entre professionnels : une décision bienvenue pour les petits entrepreneurs.
La cour de cassation vient de rendre un arret portant sur la délimitation des règles relatives aux contrats hors établissements.
12/02/2019 + Une justice plus fluide, lisible et efficace grâce à la transformation numérique
En 2022 la totalité des démarches administratives seront numérisées. Pour atteindre cet objectif le ministère de la justice s'est engagé dans une...
07/02/2019 + Les après-midis social du MEDEF Yvelines
Les actualités sociales jurisprudentielles présentées aux après-midis du MEDEF par les avocats de LMC Partenaires
30/11/2018 + Requalification en contrat de travail pour un coursier auto-entrepreneur
La Cour de Cassation vient de rendre le 28 novembre 2018 (17-20.079), un premier arrêt relatif à une demande de requalification d'un contrat...
14/11/2018 + Absentéisme au travail : LMC partenaires vous invite à débattre!
"Comment limiter l'absentéisme dans vos entreprises ? » Voici la question autour de laquelle LMC Partenaires va débattre durant un petit déjeuner...
06/06/2016 - Procédure de recouvrement des petites créances pour les TPE et PME
La loi n°2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques, dite "loi Macron", a introduit une...
02/06/2016 - Transiger avec l'URSSAF, c'est possible !
A l'occasion de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2015 a été introduite la possibilité pour les entreprises de négocier avec l'URSSAF...
31/05/2016 - Quand le droit de grève se transforme en abus !
Si vous avez la force nous avons le droit, telle pourrait être la maxime du présent conflit opposant une majorité des syndicats-salariés à l'entrée...
26/05/2016 - L'avènement des objets connectés, entre opportunités et dangers
A la suite d'une enquête réalisée en février 2016, l'institut Opinion Way a publié un sondage estimant à 44% la part des français ayant le sentiment...
23/05/2016 - Consentement à l'acte de cautionnement : quels sont les risques ?
Conformément à l'article 1415 du Code civil : « Chacun des époux ne peut engager que ses biens propres et ses revenus, par un cautionnement ou un...
19/05/2016 - Attention à la taxe professionnelle lors de la vente du fonds de commerce !
Conformément à l'article 1478 du CGI : "La cotisation foncière des entreprises est due pour l’année entière par le redevable qui exerce...
16/05/2016 - Devoir de conseil et mise en garde : les obligations de votre banque !
Par un arrêt en date du 9 février 2016 (n°14-23.210), la chambre commerciale de la Cour de cassation a apporté d'utiles précisions quant aux devoirs...
11/05/2016 - Les « Panama Papers » : quelles sanctions pour les évadés fiscaux ?
A la suite d'une fuite d'informations, le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) a eu accès à plus de 11 millions de...
13/04/2016 - Epuisement des droits de marque : un moyen de défense
Par une décision du 10 novembre 2015 (n°14-11.479), la chambre commerciale de la Cour de cassation a eu l'occasion de préciser le régime de la preuve...
06/04/2016 - Le bail commercial et la restriction de concurrence
Par un arrêt du 26 novembre 2015 (aff. C-345/14, SIA Maxima Latvija), la Cour de Justice de l'Union Européenne (CJUE) a eu l'occasion de s'intéresser...
30/03/2016 - BNP Paribas suspectée de pratiques commerciales trompeuses
Accusée de pratiques commerciales trompeuses, BNP Paribas a comparu devant le Tribunal correctionnel de Paris lundi 8 février 2016. Sans surprise,...
23/03/2016 - La mise en demeure de Facebook par la CNIL, version moderne de David et Goliath ?
Le 26 janvier 2016, la Commission Nationale Informatique et Liberté (CNIL) a mis en demeure le géant de l'Internet Facebook de régulariser sa...
14/03/2016 - La retranscription : plus qu'un devoir journalistique, une obligation légale
Par une décision remarquée du 23 juin 2015, la chambre criminelle de la Cour de cassation a confirmé la condamnation d'Edwy Plenel, en sa qualité de...
10/03/2016 - La webcam, nouvel instrument de maintien des liens familiaux ?
La webcam, nouvel instrument de maintien des liens familiaux ? Les innovations numériques irriguent aujourd'hui l'ensemble de la société et...
04/03/2016 - La réforme du droit des contrats, vers un renouvellement du Code civil
Par une décision du 28 avril 2005, le Conseil constitutionnel a consacré un objectif de valeur constitutionnel d'accessibilité et d'intelligibilité...
Accueil ] Le Cabinet ] Entreprises ] Particuliers ] Formations ] Honoraires ] Nos succès ] Actualités ] Contact ]

Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr