La retranscription : plus qu'un devoir journalistique, une obligation légale

La retranscription : plus qu'un devoir journalistique, une obligation légale

Par une décision remarquée du 23 juin 2015, la chambre criminelle de la Cour de cassation a confirmé la condamnation d'Edwy Plenel, en sa qualité de directeur de publication du site d'informations Mediapart, et d'un de ses journalistes pour diffamation (C

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

mercredi 26 février 2020

Par une décision remarquée du 23 juin 2015, la chambre criminelle de la Cour de cassation a confirmé la condamnation d'Edwy Plenel, en sa qualité de...

Lundi 14 mars 2016

Par une décision remarquée du 23 juin 2015, la chambre criminelle de la Cour de cassation a confirmé la condamnation d'Edwy Plenel, en sa qualité de directeur de publication du site d'informations Mediapart, et d'un de ses journalistes pour diffamation (Cour de cassation, chambre criminelle, 23 juin 2015, n°13-87811). Plus qu'un énième rebondissement de l'affaire Bettencourt, cet arrêt vient rappeler que la reproduction fidèle des propos recueillis lors d'une interview n'est pas qu'une simple obligation déontologique des journalistes : c'est une véritable obligation légale.

 

 

Un dommage collatéral de l'affaire Bettencourt

 

A l'occasion d'une interview, un journaliste de Mediapart a invité Eva Joly à commenter la diffusion dans la presse d'enregistrements privés entre Liliane Bettencourt et Patrice de Maistre, ancien gestionnaire de sa fortune par le biais de sa société Clymène. Eva Joly a librement consenti à se prononcer sur ce dossier et ne faisait d'ailleurs pas obstacle à ce que son nom soit divulgué.

L'interview fut pour le moins sommaire : un court appel téléphonique non enregistré, le dictaphone du journaliste étant défaillant. Par la suite, un article fut publié sur le site de Mediapart selon lequel Eva Joly confirmait l'implication de Florence Wœrth, salariée de la société Clymène et épouse de l'ancien ministre Eric Wœrth, dans l'organisation de l'évasion fiscale de Liliane Bettencourt. L'ancienne magistrate a immédiatement démenti ces allégations, affirmant qu'elle n'avait jamais tenu de tels propos.

Incapable de justifier de l'exactitude des paroles rapportées dans son article, le journaliste de Mediapart a été contraint de le modifier en conséquence. Cependant, le journaliste a toujours affirmé être de bonne foi et avoir simplement commis une légère erreur sans aucune intention de nuire à la personne visée par ses écrits. Malgré tout, l'histoire ne s'arrête pas là. En effet, Florence Wœrth a décidé de porter plainte contre Edwy Plenel et son journaliste en les accusant de diffamation publique.

A noter : Arnaud Montebourg et le journal l'Express étaient également poursuivis pour les mêmes faits, mais le désistement de Florence Wœrth à la suite des excuses publiques de l'ancien ministre a conduit à l'extinction partielle de l'action publique. Bien que ce point fût contesté par Edwy Plenel et son journaliste, la Cour de cassation a justement considéré que le désistement partiel de la partie civile n'entraînait pas une extinction totale de l'action publique.

 

 

La caractérisation de la diffamation publique en cas de retranscription infidèle

 

La question posée à la Cour de cassation était la suivante : une retranscription litigieuse par un journaliste peut-elle être constitutive d'une diffamation publique alors même que l'auteur de cette reproduction se réclame de bonne foi et invoque une simple erreur ? Avant de s'attarder sur la solution choisie par le juge judiciaire, revenons-en d'abord à la définition de la diffamation.

 

Dans son article 29, la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse dispose que :

 

"Toute allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation. La publication directe ou par voie de reproduction de cette allégation ou de cette imputation est punissable, même si elle est faite sous forme dubitative ou si elle vise une personne ou un corps non expressément nommés, mais dont l’identification est rendue possible par les termes des discours, cris, menaces, écrits ou imprimés, placards ou affiches incriminés.
Toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne renferme l’imputation d’aucun fait est une injure."

 

En l'espèce, l'atteinte à la réputation de Florence Wœrth est clairement caractérisée, ce que ne nient d'ailleurs pas les accusés. Ce qu'ils contestent en revanche, c'est la mauvaise foi qui leur est reprochée.

 

Sur le terrain de la diffamation publique, la Cour de cassation a développé une jurisprudence tendant à faire de la bonne foi une exception de nature à écarter la qualification de diffamation. Dans ce cas, la présomption d'intention de nuire, principe en matière de diffamation, peut être repoussée. Or, la bonne foi est précisément définie par la Haute juridiction : le prévenu doit être objectif, prudent, dépourvu d'animosité personnelle envers la victime et poursuivre un but légitime. Ainsi, seule la réunion de ces quatre éléments peut venir justifier un comportement diffamatoire. En l'occurrence, la Cour de cassation refuse de valider l'exception de bonne foi soulevée par les prévenus.

 

Après examen des faits, la Cour de cassation rappelle que la Cour d'appel de Paris avait retenu que :

"le journaliste, qui n'a pas pu justifier de l'exactitude de sa retranscription, et a dû procéder à une rectification ultérieure, a manqué à son devoir de reproduire fidèlement les propos recueillis lors de l'entretien, et ce d'autant plus qu'il devait avoir conscience de leur caractère diffamatoire".

 

S'appuyant sur ce constat, les juges en viennent à la conclusion que :

"les prévenus n'ont pas satisfait à leur devoir de surveillance et de rigueur dans la diffusion de l'information".

Par conséquent, la Cour adopte une position stricte en condamnant la légèreté dont a fait preuve le journaliste. Elle consacre ainsi l'obligation pour eux de rapporter fidèlement les propos qui leurs sont tenus et n'hésitent donc pas à mettre en jeu leur responsabilité en cas de défaillance.

 

 

Une sanction symbolique

 

La Cour de cassation a également confirmé le montant de la condamnation d'Edwy Plenel et de son journaliste, condamnés chacun à 250 euros d'amende, avec sursis pour le second. De plus, les intérêts civils dus à titre de dommages et intérêts restent identiques, à savoir la somme de 1 euro symbolique. La faiblesse de ces sommes s'explique par la volonté de la Cour de reconnaître la réalité de la diffamation commise lors de la retranscription, sans pour autant considérer que celle-ci cause à la victime un préjudice substantiel de nature à justifier l'octroi d'une indemnisation plus importante.

LMC Partenaires

En bref !

03/02/2020 + Comment traiter la déclaration des accidents du travail/accidents de trajet ?
Maître Gildas LE FRIEC du cabinet LMC Partenaires a animé la formation : Comment traiter la déclaration des accidents du travail/accidents de trajet...
01/02/2020 + Avocats spécialisés en baux commerciaux (Yvelines)
Dans les Yvelines, à Montigny-le-Bretonneux, des avocats spécialisés en baux commerciaux vous accompagnent pour la rédaction d'un bail commercial...
25/01/2020 + Avocats Yvelines 78 LMC Partenaires un cabinet à Montigny-le-Bretonneux
Vous recherchez des avocats dans les Yvelines 78, le cabinet LMC Partenaires situé à Montigny-le-Bretonneux et dépendant du Barreau de Versailles...
15/01/2020 + Consommateur et professionnel en droit à la consommation
Droit de la consommation - Différencier consommateur et professionnel, une nécessité car le droit de la consommation protège les consommateurs et...
08/01/2020 + Avocat spécialisé en droit du travail (Yvelines)
Vous recherchez un avocat spécialisé en droit du travail dans les Yvelines, contactez LMC Partenaires à Montigny le Bretonneux pour vous conseiller...
15/06/2015 - Droit social
Le Conseil d’Etat renvoie au Conseil constitutionnel une question prioritaire de constitutionnalité relative aux dispositions de la loi sur...
15/06/2015 - Droit du travail
Constitue un avertissement disciplinaire, lcliquer ici pour aller sur le site de lmcpartenairesa lettre de l'employeur l'informant que son absence...
15/06/2015 - Droit du travail
S’il a connaissance de l’origine professionnelle de l’inaptitude d’un salarié, l’employeur doit consulter les délégués...
15/06/2015 - Droit du travail
Même autorisé par l'inspecteur du travail, le licenciement pour inaptitude physique d'un salarié protégé peut être annulé par le juge prud'homal si...
15/06/2015 - Droit du travail- indemnité
L’indemnité accordée par le juge à un délégué du personnel licencié sans autorisation de l’inspecteur du travail et qui ne demande pas sa...
15/06/2015 - Droit du travail
L'employeur doit reprendre le versement de la rémunération du salarié qui n'est ni reclassé ni licencié un mois après avoir été déclaré inapte. Mais...
15/06/2015 - Droit du travail
L'employeur qui accueille des salariés détachés temporairement par une entreprise non établie en France doit annexer au registre unique personnel les...
15/06/2015 - Droit du travail Européen
La Cour de cassation renvoie à la Cour de justice de l'Union européenne la question de savoir si le refus par une salariée d'ôter un voile islamique...
15/06/2015 - Droit syndical
Les fautes commises par un salarié protégé dans l'exercice de ses fonctions représentatives peuvent justifier un licenciement disciplinaire si elles...
15/06/2015 - Droit du travail
L'absence d'une clause obligatoire du contrat de mission entraîne sa requalification en CDI auprès de l’entreprise de travail temporaire. C'est...
15/06/2015 - Droit du travail
L'adhésion d'un salarié au contrat de sécurisation professionnelle n'exonère pas l'employeur de son obligation de lui indiquer la cause économique de...
15/06/2015 - Droit du travail
Lorsqu'un salarié est victime de harcèlement moral ou sexuel au travail, ce manquement de l'employeur à son obligation de sécurité de résultat...
15/06/2015 - Conduite sous stupéfiant
Droits du conducteur sou Un conducteur fait l’objet d’un dépistage de produits stupéfiants qui se révèle positif. Il est en droit de...
14/06/2015 - Choix d’un tee-shirt et Apologie au crime
  Choisir le motif d’un tee-shirt sans commettre un crime  Offrir un tee-shirt à un enfant de moins de 8 ans, portant la mention “Je...
14/06/2015 - Conduite sous stupéfiants
Droits du conducteur sous emprise de stupéfiants Un conducteur fait l’objet d’un dépistage de produits stupéfiants se révélant positifs....
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr