La retranscription : plus qu'un devoir journalistique, une obligation légale

La retranscription : plus qu'un devoir journalistique, une obligation légale

Par une décision remarquée du 23 juin 2015, la chambre criminelle de la Cour de cassation a confirmé la condamnation d'Edwy Plenel, en sa qualité de directeur de publication du site d'informations Mediapart, et d'un de ses journalistes pour diffamation (C

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

mardi 28 janvier 2020

Par une décision remarquée du 23 juin 2015, la chambre criminelle de la Cour de cassation a confirmé la condamnation d'Edwy Plenel, en sa qualité de...

Lundi 14 mars 2016

Par une décision remarquée du 23 juin 2015, la chambre criminelle de la Cour de cassation a confirmé la condamnation d'Edwy Plenel, en sa qualité de directeur de publication du site d'informations Mediapart, et d'un de ses journalistes pour diffamation (Cour de cassation, chambre criminelle, 23 juin 2015, n°13-87811). Plus qu'un énième rebondissement de l'affaire Bettencourt, cet arrêt vient rappeler que la reproduction fidèle des propos recueillis lors d'une interview n'est pas qu'une simple obligation déontologique des journalistes : c'est une véritable obligation légale.

 

 

Un dommage collatéral de l'affaire Bettencourt

 

A l'occasion d'une interview, un journaliste de Mediapart a invité Eva Joly à commenter la diffusion dans la presse d'enregistrements privés entre Liliane Bettencourt et Patrice de Maistre, ancien gestionnaire de sa fortune par le biais de sa société Clymène. Eva Joly a librement consenti à se prononcer sur ce dossier et ne faisait d'ailleurs pas obstacle à ce que son nom soit divulgué.

L'interview fut pour le moins sommaire : un court appel téléphonique non enregistré, le dictaphone du journaliste étant défaillant. Par la suite, un article fut publié sur le site de Mediapart selon lequel Eva Joly confirmait l'implication de Florence Wœrth, salariée de la société Clymène et épouse de l'ancien ministre Eric Wœrth, dans l'organisation de l'évasion fiscale de Liliane Bettencourt. L'ancienne magistrate a immédiatement démenti ces allégations, affirmant qu'elle n'avait jamais tenu de tels propos.

Incapable de justifier de l'exactitude des paroles rapportées dans son article, le journaliste de Mediapart a été contraint de le modifier en conséquence. Cependant, le journaliste a toujours affirmé être de bonne foi et avoir simplement commis une légère erreur sans aucune intention de nuire à la personne visée par ses écrits. Malgré tout, l'histoire ne s'arrête pas là. En effet, Florence Wœrth a décidé de porter plainte contre Edwy Plenel et son journaliste en les accusant de diffamation publique.

A noter : Arnaud Montebourg et le journal l'Express étaient également poursuivis pour les mêmes faits, mais le désistement de Florence Wœrth à la suite des excuses publiques de l'ancien ministre a conduit à l'extinction partielle de l'action publique. Bien que ce point fût contesté par Edwy Plenel et son journaliste, la Cour de cassation a justement considéré que le désistement partiel de la partie civile n'entraînait pas une extinction totale de l'action publique.

 

 

La caractérisation de la diffamation publique en cas de retranscription infidèle

 

La question posée à la Cour de cassation était la suivante : une retranscription litigieuse par un journaliste peut-elle être constitutive d'une diffamation publique alors même que l'auteur de cette reproduction se réclame de bonne foi et invoque une simple erreur ? Avant de s'attarder sur la solution choisie par le juge judiciaire, revenons-en d'abord à la définition de la diffamation.

 

Dans son article 29, la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse dispose que :

 

"Toute allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation. La publication directe ou par voie de reproduction de cette allégation ou de cette imputation est punissable, même si elle est faite sous forme dubitative ou si elle vise une personne ou un corps non expressément nommés, mais dont l’identification est rendue possible par les termes des discours, cris, menaces, écrits ou imprimés, placards ou affiches incriminés.
Toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne renferme l’imputation d’aucun fait est une injure."

 

En l'espèce, l'atteinte à la réputation de Florence Wœrth est clairement caractérisée, ce que ne nient d'ailleurs pas les accusés. Ce qu'ils contestent en revanche, c'est la mauvaise foi qui leur est reprochée.

 

Sur le terrain de la diffamation publique, la Cour de cassation a développé une jurisprudence tendant à faire de la bonne foi une exception de nature à écarter la qualification de diffamation. Dans ce cas, la présomption d'intention de nuire, principe en matière de diffamation, peut être repoussée. Or, la bonne foi est précisément définie par la Haute juridiction : le prévenu doit être objectif, prudent, dépourvu d'animosité personnelle envers la victime et poursuivre un but légitime. Ainsi, seule la réunion de ces quatre éléments peut venir justifier un comportement diffamatoire. En l'occurrence, la Cour de cassation refuse de valider l'exception de bonne foi soulevée par les prévenus.

 

Après examen des faits, la Cour de cassation rappelle que la Cour d'appel de Paris avait retenu que :

"le journaliste, qui n'a pas pu justifier de l'exactitude de sa retranscription, et a dû procéder à une rectification ultérieure, a manqué à son devoir de reproduire fidèlement les propos recueillis lors de l'entretien, et ce d'autant plus qu'il devait avoir conscience de leur caractère diffamatoire".

 

S'appuyant sur ce constat, les juges en viennent à la conclusion que :

"les prévenus n'ont pas satisfait à leur devoir de surveillance et de rigueur dans la diffusion de l'information".

Par conséquent, la Cour adopte une position stricte en condamnant la légèreté dont a fait preuve le journaliste. Elle consacre ainsi l'obligation pour eux de rapporter fidèlement les propos qui leurs sont tenus et n'hésitent donc pas à mettre en jeu leur responsabilité en cas de défaillance.

 

 

Une sanction symbolique

 

La Cour de cassation a également confirmé le montant de la condamnation d'Edwy Plenel et de son journaliste, condamnés chacun à 250 euros d'amende, avec sursis pour le second. De plus, les intérêts civils dus à titre de dommages et intérêts restent identiques, à savoir la somme de 1 euro symbolique. La faiblesse de ces sommes s'explique par la volonté de la Cour de reconnaître la réalité de la diffamation commise lors de la retranscription, sans pour autant considérer que celle-ci cause à la victime un préjudice substantiel de nature à justifier l'octroi d'une indemnisation plus importante.

LMC Partenaires

En bref !

08/01/2020 + Avocat spécialisé en droit du travail (Yvelines)
Vous recherchez un avocat spécialisé en droit du travail dans les Yvelines, contactez LMC Partenaires à Montigny le Bretonneux pour vous conseiller...
10/12/2019 + Avocats spécialisés en baux commerciaux (Yvelines)
Dans les Yvelines, à Montigny-le-Bretonneux, des avocats spécialisés en baux commerciaux vous accompagnent pour la rédaction d'un bail commercial...
04/12/2019 + Avocats en Droit Immobilier à Montigny le Bretonneux
Vous recherchez des avocats en Droit Immobilier à Montigny le Bretonneux ? Les avocats du cabinet LMC Partenaires vous assistent et vous...
19/11/2019 + Avocat Droit de la Famille pour tutelle (Yvelines à Montigny-le-Bretonneux)
Vous recherchez un avocat en Droit de la famille pour une tutelle ? Les avocats LMC Partenaires (à Montigny-le-Bretonneux dans les Yvelines) vous...
09/11/2019 + Avocats droit de la famille - Yvelines (Montigny-le-Bretonneux)
Situés dans les Yvelines, à Montigny-le-Bretonneux, les avocats LMC Partenaires sont spécialisés dans le Droit de la famille qui concerne les règles...
24/03/2017 - Alerte à la clause : la garantie du passif en présence d'un cessionnaire peu diligent
La chambre commerciale de la Cour de cassation est venue rappeler le 25 janvier 2017 (Com. 25 janvier 2017, n°15-17.137 et 15-18.246) une solution de...
20/03/2017 - La Cour de Justice de l'Union Européenne lève le voile
  Sur un sujet aussi sensible que le port du voile ou de tout signe religieux en entreprise, une cohérence des différentes jurisprudences était...
17/03/2017 - La clause Molière : légale ou discriminatoire?
La clause dite “Molière” qui défraye la chronique depuis quelques temps, vise à imposer le français sur les chantiers publics afin de...
27/02/2017 - Le préjudice d'angoisse de mort imminente est-il indemnisable ?
La chambre criminelle de la Cour de cassation a le 27 septembre 2016 (n° de pourvoi : 15-83.309), dans un arrêt à tiroirs, précisé le concept de...
21/02/2017 - Cadres heures supplémentaires : vers une preuve impossible
Si la plupart des Cadres se voient aujourd'hui appliquer des clauses des forfaits jours, il n'est pas rare que la validité de ces clauses soit...
20/02/2017 - Agression par un mineur, la responsabilité civile du mineur est-elle engagée ?
La Cour de cassation est venue rappeler le 20 octobre 2016 (pourvoi n°15-25.465) le principe depuis longtemps acquis selon lequel la minorité de...
13/02/2017 - Détective privé et droit au respect à la vie privée
Les litiges en droit de la famille ou des assurances, pour ne citer qu'eux, sont régulièrement l'occasion d'une confrontation entre deux droits...
10/02/2017 - Détournement de fonds par un salarié : est-ce une faute lourde ?
LMC Partenaires revient sur une affaire délicate, le détournement de fonds d’un salarié. Cette action caractérisée comme intention de nuire peut-elle...
08/02/2017 - Quand les violences conjugales deviennent non constitutives d'un danger
La loi n°2010-769 du 9 juillet 2010 a créé un nouveau titre XIV au sein du Code civil, spécifique aux mesures de protection des victimes de violence....
07/02/2017 - Conditions de reconnaissance d'une faute inexcusable
Les avocats du cabinet LMC Partenaires reviennent sur l’une de ces affaires pour vous expliquer, en quoi la preuve de la faute inexcusable ne peut...
06/02/2017 - Déclaration d'insaisissabilité fragilisée, une aubaine pour le liquidateur judiciaire
La chambre commerciale de la Cour de cassation a, par un arrêt de revirement du 15 novembre 2016 (pourvoi n°14-26.287), donné au liquidateur...
02/02/2017 - Permis de louer les nouvelles conditions de la loi ALUR
La fin de l'année à vue arriver une nouvelle couche pour le mille-feuille normatif qu'est devenue la loi ALUR. Pour rappel la loi ALUR pour l'accès...
02/02/2017 - Salarié en mission à l’étranger les obligations de l'employeur en matière de santé et sécurité
Salarié en mission à l’étranger : obligation de l’employeur en matière de santé et de sécurité. Conseil de Prud’hommes de RAMBOUILLET – jugement du...
01/02/2017 - Comportement violent et agressif : cause de licenciement ou faute grave ?
Peut-on licencier un employé parce qu’il affiche un comportement violent ou agressif ? Voilà une question sur laquelle le cabinet d’avocats LMC...
31/01/2017 - Le droit à la déconnexion à l'ère de la surconnexion
Surinformation, hyperconnexion, infobésité autant de termes pour désigner une réalité unique, le numérique a envahi la sphère professionnelle.
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr