La retranscription : plus qu'un devoir journalistique, une obligation légale

La retranscription : plus qu'un devoir journalistique, une obligation légale

Par une décision remarquée du 23 juin 2015, la chambre criminelle de la Cour de cassation a confirmé la condamnation d'Edwy Plenel, en sa qualité de directeur de publication du site d'informations Mediapart, et d'un de ses journalistes pour diffamation (C

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

lundi 22 juillet 2019

Par une décision remarquée du 23 juin 2015, la chambre criminelle de la Cour de cassation a confirmé la condamnation d'Edwy Plenel, en sa qualité de...

Lundi 14 mars 2016

Par une décision remarquée du 23 juin 2015, la chambre criminelle de la Cour de cassation a confirmé la condamnation d'Edwy Plenel, en sa qualité de directeur de publication du site d'informations Mediapart, et d'un de ses journalistes pour diffamation (Cour de cassation, chambre criminelle, 23 juin 2015, n°13-87811). Plus qu'un énième rebondissement de l'affaire Bettencourt, cet arrêt vient rappeler que la reproduction fidèle des propos recueillis lors d'une interview n'est pas qu'une simple obligation déontologique des journalistes : c'est une véritable obligation légale.

 

 

Un dommage collatéral de l'affaire Bettencourt

 

A l'occasion d'une interview, un journaliste de Mediapart a invité Eva Joly à commenter la diffusion dans la presse d'enregistrements privés entre Liliane Bettencourt et Patrice de Maistre, ancien gestionnaire de sa fortune par le biais de sa société Clymène. Eva Joly a librement consenti à se prononcer sur ce dossier et ne faisait d'ailleurs pas obstacle à ce que son nom soit divulgué.

L'interview fut pour le moins sommaire : un court appel téléphonique non enregistré, le dictaphone du journaliste étant défaillant. Par la suite, un article fut publié sur le site de Mediapart selon lequel Eva Joly confirmait l'implication de Florence Wœrth, salariée de la société Clymène et épouse de l'ancien ministre Eric Wœrth, dans l'organisation de l'évasion fiscale de Liliane Bettencourt. L'ancienne magistrate a immédiatement démenti ces allégations, affirmant qu'elle n'avait jamais tenu de tels propos.

Incapable de justifier de l'exactitude des paroles rapportées dans son article, le journaliste de Mediapart a été contraint de le modifier en conséquence. Cependant, le journaliste a toujours affirmé être de bonne foi et avoir simplement commis une légère erreur sans aucune intention de nuire à la personne visée par ses écrits. Malgré tout, l'histoire ne s'arrête pas là. En effet, Florence Wœrth a décidé de porter plainte contre Edwy Plenel et son journaliste en les accusant de diffamation publique.

A noter : Arnaud Montebourg et le journal l'Express étaient également poursuivis pour les mêmes faits, mais le désistement de Florence Wœrth à la suite des excuses publiques de l'ancien ministre a conduit à l'extinction partielle de l'action publique. Bien que ce point fût contesté par Edwy Plenel et son journaliste, la Cour de cassation a justement considéré que le désistement partiel de la partie civile n'entraînait pas une extinction totale de l'action publique.

 

 

La caractérisation de la diffamation publique en cas de retranscription infidèle

 

La question posée à la Cour de cassation était la suivante : une retranscription litigieuse par un journaliste peut-elle être constitutive d'une diffamation publique alors même que l'auteur de cette reproduction se réclame de bonne foi et invoque une simple erreur ? Avant de s'attarder sur la solution choisie par le juge judiciaire, revenons-en d'abord à la définition de la diffamation.

 

Dans son article 29, la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse dispose que :

 

"Toute allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation. La publication directe ou par voie de reproduction de cette allégation ou de cette imputation est punissable, même si elle est faite sous forme dubitative ou si elle vise une personne ou un corps non expressément nommés, mais dont l’identification est rendue possible par les termes des discours, cris, menaces, écrits ou imprimés, placards ou affiches incriminés.
Toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne renferme l’imputation d’aucun fait est une injure."

 

En l'espèce, l'atteinte à la réputation de Florence Wœrth est clairement caractérisée, ce que ne nient d'ailleurs pas les accusés. Ce qu'ils contestent en revanche, c'est la mauvaise foi qui leur est reprochée.

 

Sur le terrain de la diffamation publique, la Cour de cassation a développé une jurisprudence tendant à faire de la bonne foi une exception de nature à écarter la qualification de diffamation. Dans ce cas, la présomption d'intention de nuire, principe en matière de diffamation, peut être repoussée. Or, la bonne foi est précisément définie par la Haute juridiction : le prévenu doit être objectif, prudent, dépourvu d'animosité personnelle envers la victime et poursuivre un but légitime. Ainsi, seule la réunion de ces quatre éléments peut venir justifier un comportement diffamatoire. En l'occurrence, la Cour de cassation refuse de valider l'exception de bonne foi soulevée par les prévenus.

 

Après examen des faits, la Cour de cassation rappelle que la Cour d'appel de Paris avait retenu que :

"le journaliste, qui n'a pas pu justifier de l'exactitude de sa retranscription, et a dû procéder à une rectification ultérieure, a manqué à son devoir de reproduire fidèlement les propos recueillis lors de l'entretien, et ce d'autant plus qu'il devait avoir conscience de leur caractère diffamatoire".

 

S'appuyant sur ce constat, les juges en viennent à la conclusion que :

"les prévenus n'ont pas satisfait à leur devoir de surveillance et de rigueur dans la diffusion de l'information".

Par conséquent, la Cour adopte une position stricte en condamnant la légèreté dont a fait preuve le journaliste. Elle consacre ainsi l'obligation pour eux de rapporter fidèlement les propos qui leurs sont tenus et n'hésitent donc pas à mettre en jeu leur responsabilité en cas de défaillance.

 

 

Une sanction symbolique

 

La Cour de cassation a également confirmé le montant de la condamnation d'Edwy Plenel et de son journaliste, condamnés chacun à 250 euros d'amende, avec sursis pour le second. De plus, les intérêts civils dus à titre de dommages et intérêts restent identiques, à savoir la somme de 1 euro symbolique. La faiblesse de ces sommes s'explique par la volonté de la Cour de reconnaître la réalité de la diffamation commise lors de la retranscription, sans pour autant considérer que celle-ci cause à la victime un préjudice substantiel de nature à justifier l'octroi d'une indemnisation plus importante.

LMC Partenaires

En bref !

19/07/2019 + Comment contester un testament ? Avocats en Droit des Successions Montigny le Bretonneux
Comment contester un testament ? Faîtes appel à des avocats spécialisés en Droit des Successions à Montigny dans les Yvelines qui vous aideront si...
12/07/2019 + Créer une entreprise avec le conseil d'avocats en droit des entreprises
SQY Cub vous accompagne pour créer une entreprise avec le conseil d'avocats spécialisés en droit des entreprises qui interviennent toutes les...
03/07/2019 + lettre de licenciement et précision des motifs Droit du travail
Une lettre de licenciement et précision des motifs. Il est nécessaire de motiver la lettre de licenciement et de préciser les circonstances des...
24/06/2019 + Les avocats LMC Partenaires au Trophée des Entreprises SQY
Le 13 juin dernier a eu lieu la 12ème édition du Trophée des Entreprises à Saint-Quentin-en-Yvelines (Yvelines). Le cabinet d'avocats LMC Partenaires...
20/06/2019 + Des avocats intervenant à Versailles dans les Yvelines
Le Cabinet LMC Partenaires installé à Saint Quentin-en-Yvelines regroupe des avocats intervenant à Versailles. Le cabinet a été crée en 1994 et s'est...
02/03/2016 - La ponctualité une obligation de résultat pour la SNCF
Par un arrêt du 14 janvier 2016 (Civ. 1ère, 14 janvier 2016, n°14-28227), la Cour de cassation a affirmé que : l'obligation de ponctualité à laquelle...
29/02/2016 - Les conditions de la femme en milieu carcéral : abandon du principe de parité
Dans un avis en date du 25 janvier 2016, la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) Adeline Hazan tire la sonnette d'alarme...
24/02/2016 - Juridictions d'exception et Etat d'urgence - Suite
Suite de notre dossier sur les juridictions d'exception et Etat d'urgence pour mieux comprendre notre actualité. La guerre d'Algérie : la mise en...
23/02/2016 - Juridictions d'exception et Etat d'urgence - Dossier
Ce n'est pas par des lois et des juridictions d'exception qu'on défend la liberté contre ses ennemis. Ce serait là un piège que l'histoire a déjà...
22/02/2016 - Liberté religieuse au travail - Restrictions du rapport Badinter
Le 25 janvier 2016, l'ancien Garde des Sceaux, Robert BADINTER a rendu son rapport au Premier ministre Manuel VALLS en y introduisant les principes...
19/02/2016 - La réforme des 35 heures : plus de flexibilité mais pas de révolution
Le gouvernement va-t-il remettre à plat les 35 heures ? C'est la question que beaucoup se sont posés à la suite de la remise du rapport sur la...
18/02/2016 - Emergence de la cybercriminalité des enjeux majeurs
La cybercriminalité est une menace dont chacun doit saisir la mesure.   Cybercriminalité : l'apparition de menaces inédites trop souvent...
17/02/2016 - République numérique le projet de loi
Le projet de loi pour une République numérique, porté par la secrétaire d'Etat Axelle Lemaire et le ministre de l'économie Emmanuel Macron, a été...
15/02/2016 - Lutte contre la criminalité organisée et son financement renforcée
Une énième loi antiterroriste, signe de l'installation durable d'un régime d'exception dangereux. L'avant-projet de loi du 23 décembre 2015...
10/02/2016 - Un rétablissement de l'équilibre contractuel en matière de baux commerciaux
Définition de la clause d'indexation des baux commerciaux La clause d'indexation relative à un bail commercial, dite clause « d'échelle mobile »,...
19/01/2016 - LMC Partenaires dans le SQY MAG de janvier 2016 !
Florence Mercadé-Choquet et Aurélie Segonne-Morand, avocates associées au sein du cabinet LMC Partenaires, ont fait l’objet d’une...
23/12/2015 - Le cas Jacqueline Sauvage : vers une légitime défense différée ?
Jacqueline Sauvage a été condamnée par la cour d’assises de Blois à dix ans de prison pour avoir tué son mari, qui l’a battait et abusait...
21/10/2015 - Emission économique : les freins à l’embauche – Retrouvez l’intervention de Florence Mercadé-Choquet
https://lmcpartenaires.fr
23/09/2015 - Mentions nouvelles dans les CGV
L’information des consommateurs dans les CGV La loi du 17 mars 2014 dite loi Hamon, a imposé aux vendeurs d’inscrire l’existence et...
31/08/2015 - On parle de LMC Partenaires
Embaucher un réfugié : point de vue des patrons et de Florence Mercadé-Choquet...
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr