BNP Paribas suspectée de pratiques commerciales trompeuses

BNP Paribas suspectée de pratiques commerciales trompeuses

Accusée de pratiques commerciales trompeuses, BNP Paribas a comparu devant le Tribunal correctionnel de Paris lundi 8 février 2016. Sans surprise, cette affaire a connu un écho médiatique important, sans véritable explication juridique. Alors, que reproch

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

mercredi 1er avril 2020

Accusée de pratiques commerciales trompeuses, BNP Paribas a comparu devant le Tribunal correctionnel de Paris lundi 8 février 2016. Sans surprise,...

Mercredi 30 mars 2016

Accusée de pratiques commerciales trompeuses, BNP Paribas a comparu devant le Tribunal correctionnel de Paris lundi 8 février 2016. Sans surprise, cette affaire a connu un écho médiatique important, sans véritable explication juridique. Alors, que reproche-t-on vraiment à la plus grande banque française ?

 

BNP Paribas : une offre trop belle pour être vraie

 

A l'été 2001, BNP Paribas a proposé à ses clients d'alimenter un nouveau fond commun de placement épargne, c'est-à-dire une copropriété de valeurs mobilières directement administrée par la banque pour le compte de ses clients. Sur fond de promesses particulièrement alléchantes, de nombreux clients se sont laissés séduire et ont effectivement souscrit à des parts de ce « fond à formule » Garantie Jet 3.

Régulièrement soulevé par les associations de consommateur, le problème avec ces fonds de placement est qu'ils sont accessibles à tous, même à des clients à faibles revenus ne bénéficiant d'aucune expertise ni d'aide de conseillers spécialisés. En soi, le libre accès à ces produits financiers n'est pas un souci. Cependant, nombre de ces clients ont une confiance aveugle dans les promesses marketing des établissements de crédit. D'ailleurs, cette question resurgit également dans d'autres secteurs dans lesquels les entreprises se concurrencent trop souvent sur le sensationnalisme de leurs publicités plutôt que sur la réalité de leurs services.

Dans le cas de BNP Paribas, la banque offrait à ses clients deux choses :

  1. « la certitude de récupérer, à l’échéance des 10 ans, votre investissement »
  2. « la possibilité de tripler votre capital en 10 ans avec un maximum de sécurité, dans le cadre privilégié de l’assurance-vie »

La banque a clairement pêché par optimisme. Lorsque que ce produit financier a été proposé aux clients, les perspectives financières étaient relativement bonnes. Or, tout a changé à la suite de la crise des subprimes entre 2007 et 2008 et les conséquences de cet épisode continuent encore aujourd'hui à se faire sentir. Cet épisode financier s'est notamment traduit par une chute drastique de la valeur des fonds soumis aux fluctuations du marché, tels que les fonds communs de placement épargne. Bien loin d'atteindre la rentabilité promise, les investissements des clients gérés par BNP Paribas ont brutalement périclité. Le triplement de la somme de départ n'était plus qu'un rêve lointain, mais les clients de BNP Paribas n'étaient pas au bout de leurs surprises.

A l'arrivée, à échéance du terme de dix ans, les clients de BNP Paribas ont pu constater que, non seulement leur capital était bien loin d'avoir fructifié, mais qu'au contraire il avait diminué alors même que ces placements étaient censés être sécurisés : il s'est avéré que la banque avait soustrait des frais de gestion et des frais d'entrée dans les contrats d'assurance vie aux investissements reçus. Malgré les promesses de leur banque, les clients de la BNP ont donc perdu de l'argent.

 

 

Les clients insatisfaits : des lanceurs d'alertes traditionnels

 

Une première plainte émanant d'anciens clients de la banque ont alerté le Procureur de la République, qui a lui-même transmis le dossier à la Direction départementale de la Protection des Populations, couramment appelé la répression des fraudes, un service administratif de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) du ministère de l'économie.

Saisi du dossier, le service de la répression des fraudes a rapidement pu analyser l'offre de la banque comme étant constitutive de pratiques commerciales trompeuses, telles que définies aux articles L.121-1 et suivants du code de la consommation. Cet article qualifie notamment de pratique commerciale trompeuse une communication qui « omet, dissimule ou fournit de façon inintelligible, ambiguë ou à contretemps une information substantielle » ou une situation dans laquelle une société « n’indique pas sa véritable intention commerciale dès lors que celle-ci ne ressort pas déjà du contexte ».

L'accusation portée contre BNP Paribas est relativement réduite. Ce n'est pas tant un véritable mensonge qu'observe l'administration qu'un manque évident de clarté de la part de la banque, laissant habilement sous-entendre aux clients qu'ils ne risquaient rien mais sans jamais les assurer explicitement qu'ils ne perdraient pas un sou dans l'opération. C'est sur ce point précis que la banque est aujourd'hui poursuivie, à l'exclusion de tout autre.

L'opportunité annoncée de tripler le capital investi par les particuliers n'a pas été perçue comme constitutive de pratiques commerciales trompeuses par le service de répression des fraudes, la publicité de BNP Paribas ne faisant état que d'une « possibilité », même si plusieurs anciens clients se sont constitués partie civile et ont demandé à ce que le triple de leur investissement leur soit versé à titre compensatoire.

A noter : BNP Paribas avait déjà remboursé les frais litigieux ayant diminué le montant des sommes initialement investies « à titre purement commercial », mais cela n'a pas suffi à calmer la colère des clients déçus ni la volonté de l'administration de poursuivre toute manœuvre frauduleuse.

Le délibéré aura lieu le 11 avril 2016, affaire à suivre donc.

 

LMC Partenaires

En bref !

23/03/2020 + Coronavirus - Loi d'urgence sanitaire du 23 mars 2020
Dans la nuit du samedi 21 au dimanche 22 mars 2020, l'Assemblée Nationale a voté le projet de loi permettant l'instauration d'un état d'urgence...
17/03/2020 + Les contrats UBER - existe-t-il un contrat de travail ?
La Cour de cassation a été appelée à se prononcer sur l'existence ou non d'un contrat de travail, entre une personne physique et un donneur d'ordre,...
01/03/2020 + L'entreprise et le Coronavirus Covid-19 : Comment réagir ?
Alors que les cas de contamination au coronavirus Covid-19 se multiplient en France, quelles sont les obligations des entreprises en matière de santé...
03/02/2020 + Comment traiter la déclaration des accidents du travail/accidents de trajet ?
Maître Gildas LE FRIEC du cabinet LMC Partenaires a animé la formation : Comment traiter la déclaration des accidents du travail/accidents de trajet...
01/02/2020 + Avocats spécialisés en baux commerciaux (Yvelines)
Dans les Yvelines, à Montigny-le-Bretonneux, des avocats spécialisés en baux commerciaux vous accompagnent pour la rédaction d'un bail commercial...
20/03/2017 - La Cour de Justice de l'Union Européenne lève le voile
  Sur un sujet aussi sensible que le port du voile ou de tout signe religieux en entreprise, une cohérence des différentes jurisprudences était...
17/03/2017 - La clause Molière : légale ou discriminatoire?
La clause dite “Molière” qui défraye la chronique depuis quelques temps, vise à imposer le français sur les chantiers publics afin de...
27/02/2017 - Le préjudice d'angoisse de mort imminente est-il indemnisable ?
La chambre criminelle de la Cour de cassation a le 27 septembre 2016 (n° de pourvoi : 15-83.309), dans un arrêt à tiroirs, précisé le concept de...
21/02/2017 - Cadres heures supplémentaires : vers une preuve impossible
Si la plupart des Cadres se voient aujourd'hui appliquer des clauses des forfaits jours, il n'est pas rare que la validité de ces clauses soit...
20/02/2017 - Agression par un mineur, la responsabilité civile du mineur est-elle engagée ?
La Cour de cassation est venue rappeler le 20 octobre 2016 (pourvoi n°15-25.465) le principe depuis longtemps acquis selon lequel la minorité de...
13/02/2017 - Détective privé et droit au respect à la vie privée
Les litiges en droit de la famille ou des assurances, pour ne citer qu'eux, sont régulièrement l'occasion d'une confrontation entre deux droits...
10/02/2017 - Détournement de fonds par un salarié : est-ce une faute lourde ?
LMC Partenaires revient sur une affaire délicate, le détournement de fonds d’un salarié. Cette action caractérisée comme intention de nuire peut-elle...
08/02/2017 - Quand les violences conjugales deviennent non constitutives d'un danger
La loi n°2010-769 du 9 juillet 2010 a créé un nouveau titre XIV au sein du Code civil, spécifique aux mesures de protection des victimes de violence....
07/02/2017 - Conditions de reconnaissance d'une faute inexcusable
Les avocats du cabinet LMC Partenaires reviennent sur l’une de ces affaires pour vous expliquer, en quoi la preuve de la faute inexcusable ne peut...
06/02/2017 - Déclaration d'insaisissabilité fragilisée, une aubaine pour le liquidateur judiciaire
La chambre commerciale de la Cour de cassation a, par un arrêt de revirement du 15 novembre 2016 (pourvoi n°14-26.287), donné au liquidateur...
02/02/2017 - Permis de louer les nouvelles conditions de la loi ALUR
La fin de l'année à vue arriver une nouvelle couche pour le mille-feuille normatif qu'est devenue la loi ALUR. Pour rappel la loi ALUR pour l'accès...
02/02/2017 - Salarié en mission à l’étranger les obligations de l'employeur en matière de santé et sécurité
Salarié en mission à l’étranger : obligation de l’employeur en matière de santé et de sécurité. Conseil de Prud’hommes de RAMBOUILLET – jugement du...
01/02/2017 - Comportement violent et agressif : cause de licenciement ou faute grave ?
Peut-on licencier un employé parce qu’il affiche un comportement violent ou agressif ? Voilà une question sur laquelle le cabinet d’avocats LMC...
31/01/2017 - Le droit à la déconnexion à l'ère de la surconnexion
Surinformation, hyperconnexion, infobésité autant de termes pour désigner une réalité unique, le numérique a envahi la sphère professionnelle.
27/01/2017 - Que faire en cas d'infraction par un salarié avec son véhicule de société ?
Par l'arrêté du 15 décembre 2016, il est précisé les obligations de l'employeur lorsqu'un de ses salariés est l'auteur d'une infraction routière...
COVID-19 ]
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr