Le bail commercial et la restriction de concurrence

Le bail commercial et la restriction de concurrence

Par un arrêt du 26 novembre 2015 (aff. C-345/14, SIA Maxima Latvija), la Cour de Justice de l'Union Européenne (CJUE) a eu l'occasion de s'intéresser à la question des liens entre les clauses d'un contrat de bail commercial et la restriction de concurrenc

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

mercredi 29 janvier 2020

Par un arrêt du 26 novembre 2015 (aff. C-345/14, SIA Maxima Latvija), la Cour de Justice de l'Union Européenne (CJUE) a eu l'occasion de s'intéresser...

Mercredi 6 avril 2016

Par un arrêt du 26 novembre 2015 (aff. C-345/14, SIA Maxima Latvija), la Cour de Justice de l'Union Européenne (CJUE) a eu l'occasion de s'intéresser à la question des liens entre les clauses d'un contrat de bail commercial et la restriction de concurrence qui peut en découler.

 

La réponse de la CJUE à une question préjudicielle

 

Par une décision du 11 juillet 2014, l'Augst?k? tiesa, Cour suprême de la Lettonie, a posé à la CJUE une question préjudicielle. Mais qu'est-ce qu'une question préjudicielle ?

Fondée sur l'article 267 du Traité sur le Fonctionnement de l'Union Européenne (TFUE), une question préjudicielle se définit comme une interrogation soumise par une juridiction d'un Etat-membre de l'Union européenne à la CJUE lorsqu'elle rencontre une difficulté :

  • sur l'interprétation des traités;
  • ou sur la validité et l'interprétation des actes pris par les institutions, organes ou organismes de l'Union.

C'est donc tout simplement une question posée par une juridiction nationale au juge européen lorsqu'elle rencontre une difficulté d'application du droit communautaire. Cette pratique est utile, car une telle question suspend le cours d'une procédure et garantie donc la bonne application des textes européens par les juridictions des Etats membres.

La réponse émise par la CJUE prend la forme d'une décision, comme celle qui nous intéresse en l'espèce.

 

La clause d'un contrat de bail commercial peut-elle avoir « pour objet » une atteinte à la concurrence, ou est-ce simplement « son effet » ?

 

Dans ce cas, les juges lettons s'interrogeaient sur un bail commercial, relatif à des locaux au sein d'un centre commercial, où figurait une clause permettant au preneur de s'opposer à ce que le bailleur accepte de louer d'autres locaux à ses concurrents dans le même centre commercial. Or, le droit de la concurrence est très largement encadré par le droit communautaire.

En effet, distinguant les pratiques restrictives de concurrence par objet et par effet, l'article 101 du TFUE dispose que :

« 1. Sont incompatibles avec le marché intérieur et interdits tous accords entre entreprises, toutes décisions d’associations d’entreprises et toutes pratiques concertées, qui sont susceptibles d’affecter le commerce entre États membres et qui ont pour objet ou pour effet d’empêcher, de restreindre ou de fausser le jeu de la concurrence à l’intérieur du marché intérieur, et notamment ceux qui consistent à:

  1. a) fixer de façon directe ou indirecte les prix d’achat ou de vente ou d’autres conditions de transaction,
  2. b) limiter ou contrôler la production, les débouchés, le développement technique ou les investissements,
  3. c) répartir les marchés ou les sources d’approvisionnement,
  4. d) appliquer, à l’égard de partenaires commerciaux, des conditions inégales à des prestations équivalentes en leur infligeant de ce fait un désavantage dans la concurrence,
  5. e) subordonner la conclusion de contrats à l’acceptation, par les partenaires, de prestations supplémentaires qui, par leur nature ou selon les usages commerciaux, n’ont pas de lien avec l’objet de ces contrats.
  6. Les accords ou décisions interdits en vertu du présent article sont nuls de plein droit.

(...) »

 

En l'espèce, la cour suprême lettone se demandait si la clause contenue dans le bail commercial était une clause restrictive de concurrence par objet, puisqu'elle permettait au locataire d'empêcher l'installation de concurrents potentiels dans le même centre commercial.

Rappelant un principe devenu classique, la CJUE rappelle que le constat d'une restriction de concurrence « par objet » est subordonné à la preuve que l'accord litigieux présente en lui-même un degré de nocivité suffisant, de sorte qu'il n'y ait même pas lieu de considérer les effets de cet accord.

Dans sa réponse, la CJUE ne ferme pas la porte à d'éventuelles solutions futures affirmant qu'une clause contenue dans un bail commercial peut être restrictive de concurrence « par objet ». Néanmoins, les juges européens considèrent que le degré de nocivité sur la concurrence n'est ici pas suffisamment établi pour qualifier ainsi la clause litigieuse, affirmant clairement que :

« la seule circonstance qu'un contrat de bail commercial portant sur la location d'une grande surface située dans un centre commercial contient une clause octroyant au preneur le droit de s'opposer à la location par le bailleur, dans ce centre, d'espaces commerciaux à d'autres locataires n'implique pas que ce contrat a pour objet de restreindre la concurrence »

 

Logiquement, la CJUE s'intéresse ensuite à la question de savoir si la clause problématique est susceptible d'avoir « pour effet » une distorsion de la concurrence, ce qui passe par une analyse du contexte économique et juridique. Après avoir étudié ce dernier, la CJUE considère que le bail commercial en cause peut effectivement avoir « pour effet » de restreindre la concurrence dans le secteur concerné, c'est-à-dire le marché local du commerce de détail alimentaire.

Sur la forme, cette décision témoigne de l'intérêt des questions préjudicielles, véritable opportunité pour les juridictions nationales à qui la CJUE fait toujours une réponse claire et précise. Sur le fond, cet arrêt rappelle la distinction entre les distorsions de concurrence « par objet » ou « effet », mettant en lumière l'importance du critère du degré de nocivité.

LMC Partenaires

En bref !

08/01/2020 + Avocat spécialisé en droit du travail (Yvelines)
Vous recherchez un avocat spécialisé en droit du travail dans les Yvelines, contactez LMC Partenaires à Montigny le Bretonneux pour vous conseiller...
10/12/2019 + Avocats spécialisés en baux commerciaux (Yvelines)
Dans les Yvelines, à Montigny-le-Bretonneux, des avocats spécialisés en baux commerciaux vous accompagnent pour la rédaction d'un bail commercial...
04/12/2019 + Avocats en Droit Immobilier à Montigny le Bretonneux
Vous recherchez des avocats en Droit Immobilier à Montigny le Bretonneux ? Les avocats du cabinet LMC Partenaires vous assistent et vous...
19/11/2019 + Avocat Droit de la Famille pour tutelle (Yvelines à Montigny-le-Bretonneux)
Vous recherchez un avocat en Droit de la famille pour une tutelle ? Les avocats LMC Partenaires (à Montigny-le-Bretonneux dans les Yvelines) vous...
09/11/2019 + Avocats droit de la famille - Yvelines (Montigny-le-Bretonneux)
Situés dans les Yvelines, à Montigny-le-Bretonneux, les avocats LMC Partenaires sont spécialisés dans le Droit de la famille qui concerne les règles...
06/04/2017 - La cession de parts sociales n'emporte pas cession du compte-courant d'associés
Le compte-courant d'associés ne constitue pas un accessoire des parts sociales ou actions. C'est ce qu'est venue rappeler la Cour de cassation, dans...
30/03/2017 - Bail d'habitation et prescription
Par un arrêt rendu le 26 janvier 2017 (Civ. 3ème, 26 janvier 2017, n°15-27.580), la Cour de cassation est venue affirmer sa position selon laquelle...
24/03/2017 - Alerte à la clause : la garantie du passif en présence d'un cessionnaire peu diligent
La chambre commerciale de la Cour de cassation est venue rappeler le 25 janvier 2017 (Com. 25 janvier 2017, n°15-17.137 et 15-18.246) une solution de...
20/03/2017 - La Cour de Justice de l'Union Européenne lève le voile
  Sur un sujet aussi sensible que le port du voile ou de tout signe religieux en entreprise, une cohérence des différentes jurisprudences était...
17/03/2017 - La clause Molière : légale ou discriminatoire?
La clause dite “Molière” qui défraye la chronique depuis quelques temps, vise à imposer le français sur les chantiers publics afin de...
27/02/2017 - Le préjudice d'angoisse de mort imminente est-il indemnisable ?
La chambre criminelle de la Cour de cassation a le 27 septembre 2016 (n° de pourvoi : 15-83.309), dans un arrêt à tiroirs, précisé le concept de...
21/02/2017 - Cadres heures supplémentaires : vers une preuve impossible
Si la plupart des Cadres se voient aujourd'hui appliquer des clauses des forfaits jours, il n'est pas rare que la validité de ces clauses soit...
20/02/2017 - Agression par un mineur, la responsabilité civile du mineur est-elle engagée ?
La Cour de cassation est venue rappeler le 20 octobre 2016 (pourvoi n°15-25.465) le principe depuis longtemps acquis selon lequel la minorité de...
13/02/2017 - Détective privé et droit au respect à la vie privée
Les litiges en droit de la famille ou des assurances, pour ne citer qu'eux, sont régulièrement l'occasion d'une confrontation entre deux droits...
10/02/2017 - Détournement de fonds par un salarié : est-ce une faute lourde ?
LMC Partenaires revient sur une affaire délicate, le détournement de fonds d’un salarié. Cette action caractérisée comme intention de nuire peut-elle...
08/02/2017 - Quand les violences conjugales deviennent non constitutives d'un danger
La loi n°2010-769 du 9 juillet 2010 a créé un nouveau titre XIV au sein du Code civil, spécifique aux mesures de protection des victimes de violence....
07/02/2017 - Conditions de reconnaissance d'une faute inexcusable
Les avocats du cabinet LMC Partenaires reviennent sur l’une de ces affaires pour vous expliquer, en quoi la preuve de la faute inexcusable ne peut...
06/02/2017 - Déclaration d'insaisissabilité fragilisée, une aubaine pour le liquidateur judiciaire
La chambre commerciale de la Cour de cassation a, par un arrêt de revirement du 15 novembre 2016 (pourvoi n°14-26.287), donné au liquidateur...
02/02/2017 - Permis de louer les nouvelles conditions de la loi ALUR
La fin de l'année à vue arriver une nouvelle couche pour le mille-feuille normatif qu'est devenue la loi ALUR. Pour rappel la loi ALUR pour l'accès...
02/02/2017 - Salarié en mission à l’étranger les obligations de l'employeur en matière de santé et sécurité
Salarié en mission à l’étranger : obligation de l’employeur en matière de santé et de sécurité. Conseil de Prud’hommes de RAMBOUILLET – jugement du...
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr