Les « Panama Papers » : quelles sanctions pour les évadés fiscaux ?

Les « Panama Papers » : quelles sanctions pour les évadés fiscaux ?

A la suite d'une fuite d'informations, le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) a eu accès à plus de 11 millions de fichiers d'évadés fiscaux, issus des archives du cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca. Initialement commun

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

mardi 16 juillet 2019

A la suite d'une fuite d'informations, le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) a eu accès à plus de 11 millions de...

Mercredi 11 mai 2016

A la suite d'une fuite d'informations, le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) a eu accès à plus de 11 millions de fichiers d'évadés fiscaux, issus des archives du cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca. Initialement communiquées au journal allemand Süddeutsche Zeitung, les informations de ce cabinet spécialisé dans la domiciliation de sociétés offshore datent pour les plus anciennes de 1977, soit plus de 38 ans (!), et concernent des clients de toutes nationalités. Elles tendent à démontrer que nombre d'entre eux ont délibérément tenté de se soustraire à leurs obligations fiscales au moyen de montages financiers complexes.

Selon les informations du quotidien Le Monde, membre de l'ICIJ, cette affaire concernerait environ un millier de français. Aussi, il apparaît pertinent de s'interroger sur la légalité de ces manœuvres et sur les potentielles sanctions encourues par les titulaires de ces avoirs à l'étranger.

 

Créer une société offshore, une activité légale...en principe

 

Comme l'a rappelé le secrétaire d'Etat français au budget Christian Eckert lundi 4 avril, “Il n’est pas forcément interdit d’avoir une société offshore ou un compte à l’étranger. L’important c’est de savoir quelle est l’activité réelle qu’il y a derrière ces comptes, quelle est l’origine des flux financiers“.

Concrètement, une société offshore désigne une structure juridique dotée d'une personnalité morale implantée à l'étranger dans la perspective de bénéficier d'avantages fiscaux moyennant le paiement de frais annuels.

En principe, la création d'une telle entité n'a rien d'illégal. Sur ce point, il convient de distinguer l'optimisation fiscale et l'évasion fiscale, qui sont deux choses bien différentes, du moins dans l'esprit des auteurs de ces opérations. La première consiste à rechercher légalement à placer ses actifs au sein de territoires faiblement fiscalisés ; la seconde implique en revanche de violer la loi par le biais de manœuvre visant à soustraire l'intéressé à un impôt dont il est redevable. Entre ces deux notions, la frontière est parfois floue et beaucoup ont vraisemblablement franchi le pas.

La loi est pourtant claire : les personnes physiques sont imposables sur l'ensemble de leur patrimoine, qu'il soit en France ou à l'étranger. Or, les sociétés offshore permettent précisément de créer un filtre opaque difficile à percer pour les services de l'administration fiscale, rendant ainsi plus aisée diverses opérations illégales. Parmi celles-ci, on peut citer la dissimulation d'identité du titulaire d'un compte bancaire par l'intermédiaire de prête-noms, le placement d'actifs hors du territoire afin de se soustraire à l'Impôt Sur la Fortune (ISF), l'occultation les fruits d'une activité commerciale profitable en France, le camouflage d'un héritage éventuel pour échapper aux droits de succession, voir même le blanchiment d'activités criminelles (grand banditisme, trafic de stupéfiants...).

En l'espèce, le cabinet Mossack Fonseca procédait à l'enregistrement et participait à la gestion de sociétés offshore, principalement dans des paradis fiscaux bien connus comme les Iles Marshall ou les Iles Vierges britanniques.

 

La saisine du parquet financier et l'ouverture d'une enquête préliminaire

 

Lundi 4 avril, le parquet financier a annoncé l'ouverture d'une enquête préliminaire pour « blanchiment de fraudes fiscales aggravées » à la suite de la publication de l'affaire dans les médias, affirmant que les pratiques d'évasion fiscale en cause sont « susceptibles de concerner des résidents fiscaux français ». Confiée à l'Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), cette affaire risque de s'étaler sur de nombreux mois, voire des années, et de mobiliser un personnel important au regard de la masse de données.

Au regard des éléments dévoilés, il ne fait aucun doute que des poursuites ne manqueront pas d'être engagées. Elles pourront concerner aussi bien des particuliers que des entreprises. A ce titre, le Président de la République a d'ores et déjà assuré que « toutes les informations qui seront livrées donneront lieu à des enquêtes des services fiscaux et à des procédures judiciaires ». Précision importante : le gouvernement a demandé la transmission du fichier obtenu par les journalistes mais ne l'avait pas encore lors de ces déclarations.

S'agissant des agissements des banques elles-mêmes, l'autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) pourra ouvrir des enquêtes et prononcer d'éventuelles sanctions. A ce jour, ce schéma semble plausible concernant la Société générale, cinquième banque au palmarès des établissements de crédit ayant entretenu le plus de relations avec le cabinet Mossack Fonseca avec à son actif la création de presque un millier de sociétés offshore.

Par ailleurs, si des procédures contentieuses risquent d'être engagées, il y a fort à parier que Bercy enregistre un net accroissement du nombre de personnes demandant une régularisation de leur situation dans les prochains mois. En 2015, le service de traitement des déclarations rectificatives (STDR) a engrangé 2,65 milliards d'euros en impôt et pénalités. Ce service a pour mission de permettre la mise en conformité des contribuables détenant des avoirs non déclarés à l'étranger par déclaration volontaire de leur part, moyennant une réduction de leur sanction. Ces repentis fiscaux échappent ainsi, le plus souvent, à des condamnations qui auraient pu être beaucoup plus lourdes s'ils n'avaient pas coopérer avec l'administration. Somme toute, le battage médiatique rend plus vraisemblable une sanction morale de ces justiciables par l'opinion publique qu'une véritable sanction financière de nature à dissuader la commission de telles infractions dans le futur.

Les sanctions pour les évadés fiscaux

 

François Hollande s'est engagé à ce que soit garantie une meilleure protection des lanceurs d'alerte, via le projet de loi relatif à « la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique » qui projette de leur offrir un statut et une protection spécifique.

Sur le plan européen, la récente présentation de Pierre Moscovici et de son collègue britannique Jonathan Hill, respectivement commissaire européen chargé de la fiscalité et commissaire européen chargé de la stabilité financière, de nouvelles mesures destinés à combattre l'opacité fiscale fait naître un espoir certain. En envisageant d'obliger les multinationales ayant une activité quelconque au sein de l'Union européenne et réalisant un chiffre d'affaires supérieur à 750 millions d'euros à publier leurs profits et les impôts qu'elles paient dans chaque pays, l'UE fait certainement un pas dans la bonne direction. De plus, la « liste noire » des Etats non coopératifs que l'Union est censée rendre publique dans un délai de six mois constituerait également une avancée au regard de la multitude de listes différentes établies par chacun des Etats-membres de l'UE.

Néanmoins, une refonte générale du système de contrôle n'est pour l'heure pas sur la table, que ce soit à l'échelle nationale ou européenne. En effet, force est de constater qu'aucune grande mesure ne paraît envisagée pour donner suite à ces révélations, ce qui laisse penser que de pareils affaires seront susceptibles de ressortir ponctuellement au gré de fuites d'informations, appelées à devenir récurrentes.

LMC Partenaires

En bref !

12/07/2019 + Créer une entreprise avec le conseil d'avocats en droit des entreprises
SQY Cub vous accompagne pour créer une entreprise avec le conseil d'avocats spécialisés en droit des entreprises qui interviennent toutes les...
03/07/2019 + lettre de licenciement et précision des motifs Droit du travail
Une lettre de licenciement et précision des motifs. Il est nécessaire de motiver la lettre de licenciement et de préciser les circonstances des...
24/06/2019 + Les avocats LMC Partenaires au Trophée des Entreprises SQY
Le 13 juin dernier a eu lieu la 12ème édition du Trophée des Entreprises à Saint-Quentin-en-Yvelines (Yvelines). Le cabinet d'avocats LMC Partenaires...
20/06/2019 + Des avocats intervenant à Versailles dans les Yvelines
Le Cabinet LMC Partenaires installé à Saint Quentin-en-Yvelines regroupe des avocats intervenant à Versailles. Le cabinet a été crée en 1994 et s'est...
18/06/2019 + Protéger ses enfants lors d'un remariage – Avocats au barreau de Versailles
La transmission du patrimoine est souvent complexe dans des familles recomposées. Pour protéger au mieux vos enfants lors d'un remariage, faîtes...
14/06/2015 - Contestation de l’amende majorée
L’amende majorée. La contestation d’une amende majorée doit être accompagnée de l’avis d’amende forfaitaire majorée...
03/06/2015 - Le risque de requalification du contrat de mission d’un auto-entrepreneur
La relation entre un auto-entrepreneur et une société, par laquelle, cette dernière confie une mission à caractère commercial au premier, peut...
02/06/2015 - Cabinet d'Avocats à Montigny-le-Bretonneux 78180
Cabinet d'Avocats à Montigny-le-Bretonneux Le Cabinet LMC Partenaires, cabinet d’avocats de Montigny le Bretonneux a été crée en 1994 et s'est...
27/05/2015 - Devoir de vigilance des entreprises à l’égard des fournisseurs étrangers
Une proposition de loi, adoptée le 30 mars 2015 par l’Assemblée nationale (Texte 501), souhaite imposer aux entreprises d’une certaine...
01/05/2015 - Contribution aux charges du mariage (clause) : achat du domicile conjugal
Par une clause dans leur contrat de mariage, les époux avaient convenus que chacun d’entre eux serait réputé s’être acquitté jour par...
01/05/2015 - Le projet de réforme du droit des contrats : révolution juridique ?
La consultation sur la réforme du droits des contrats prend fin le 30 avril 2015. Une petite révolution juridique discrète mais fondamentale est...
24/04/2015 - Convention de rupture et congé maternité - Droit social
Il est possible de signer une convention de rupture avec une salariée en congé de maternité (Cass.Soc 25-03-2015 n°14-10149)
24/04/2015 - Rupture conventionnelle et licenciement disciplinaire - Droit social
Trois arrêts importants sur l'articulation entre rupture conventionnelle et licenciement disciplinaire. Un licenciement peut être rétracté par la...
24/04/2015 - Prise d’acte et résiliation judiciaire - Droit social
Prise d'acte et résiliation judiciaire : si elle résulte d'une simple négligence de l'employeur et non d'un refus de ce dernier, l'absence de visite...
24/04/2015 - Fichiers numériques confidentiels - Droit social
Détournement par un salarié de données professsionnelles et abus de confiance.
24/04/2015 - Clause de non-concurrence - Droit social
Clause de non-concurrence : un salarié dispensé de l'exécution de son préavis est en droit de prétendre dès son départ effectif de l'entreprise au...
15/04/2015 - Responsabilité du notaire et efficacité de son acte
Ni la déclaration d’ouverture du chantier ni l’existence d’une garantie financière d’achèvement ne dispensent le Notaire de...
15/04/2015 - Obligation de délivrance du vendeur d’un produit complexe
Le Vendeur d’un produit complexe, en l’espèce une machine-outil, s’est dispensé de la mettre en route. Il a manqué à son obligation...
07/04/2015 - Banque et Finances de l’Entreprise
Ne constitue pas une ouverture de crédit, une simple tolérance de la Banque. Ainsi, une banque qui laisse quelques mois fonctionner le compte de son...
07/04/2015 - Les créances de l’indivision entre époux divorcés naissent au prononcé du divorce
La créance d’un ex-époux au titre de l’occupation d’un immeuble indivis après le divorce par son ex-conjoint nait du fait de cette...
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr