Consentement à l'acte de cautionnement : quels sont les risques ?

Consentement à l'acte de cautionnement : quels sont les risques ?

Conformément à l'article 1415 du Code civil : « Chacun des époux ne peut engager que ses biens propres et ses revenus, par un cautionnement ou un emprunt, à moins que ceux-ci n’aient été contractés avec le consentement exprès de l’autre conjoi

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

lundi 18 mars 2019

Conformément à l'article 1415 du Code civil : « Chacun des époux ne peut engager que ses biens propres et ses revenus, par un cautionnement ou un...

Lundi 23 mai 2016

Conformément à l'article 1415 du Code civil : « Chacun des époux ne peut engager que ses biens propres et ses revenus, par un cautionnement ou un emprunt, à moins que ceux-ci n’aient été contractés avec le consentement exprès de l’autre conjoint qui, dans ce cas, n’engage pas ses biens propres. ».

Lorsqu'une société fait l'acquisition d'un fonds de commerce ou de titres de société, elle a, dans la quasi-totalité des cas, recours à un emprunt bancaire pour financer cette acquisition.

Dès lors, la banque va accorder à la société un emprunt pour le financement de l'acquisition. La banque demandera alors au dirigeant de se porter caution solidaire de l'emprunt et des dettes dont la société emprunteuse pourrait être tenue envers ladite banque, si la société ne peut plus rembourser l'emprunt.

Le dirigeant doit savoir que, dès lors qu'il est marié sous le régime de la communauté de biens, la banque demandera que son conjoint intervienne à l'acte de prêt au sein duquel l'acte de cautionnement figurera, afin que ce dernier donne son consentement à l'acte de cautionnement pour l'autoriser à engager les biens de la communauté conformément aux dispositions de l'article 1415 du Code civil.

Il convient de préciser que dans le cadre d'une caution « profane » (ignorante), le banquier a une obligation de mise en garde de la caution qui concerne tant ses capacités financières que son risque d'endettement. Notamment, la banque doit informer la caution profane du risque particulier de non-exécution de l’obligation garantie (l'emprunt) par la société (le débiteur) dont elle a connaissance.
[NB : la caution donnée par un dirigeant pour cautionner des dettes de la société qu'il dirige est qualifiée de caution « avertie » (éclairée) dès lors qu'il est impliqué dans la gestion de la société cautionnée et non « profane » ; par la suite la banque n'a aucune obligation de mise en garde envers elle.]

Les obligations de la banque envers la caution

La banque a donc une obligation contractuelle envers la caution « profane » et elle engage donc sa responsabilité contractuelle en cas de non-exécution, la caution ayant la qualité de partie à l'acte. De ce fait, s'il s'avérait que la caution démontrait ne pas avoir été mise en garde par le banquier des risques encourus par son engagement de caution, elle pourrait alors poursuivre la banque sur le fondement de la responsabilité contractuelle conformément à l'article 1147 du Code civil et obtenir des dommages-intérêts.

Il en va autrement pour le conjoint commun en biens qui ne fait que donner son consentement au cautionnement conformément à l'article 1415 du Code civil.

En effet, la Cour de cassation a, par un arrêt inédit en date du 9 février 2016 (Com., 9 février 2016, n° 14-20.304), relevé que le consentement donné en application de l'article 1415 du Code civil n'a pas pour effet de conférer au conjoint la qualité de partie à l'acte et qu'aucune disposition législative ou réglementaire n'impose au créancier bénéficiaire du cautionnement de fournir des informations ou mise en garde du conjoint de son cocontractant préalablement à son consentement exprès.

En conséquence, le conjoint commun en biens qui a donné son consentement à l'acte de cautionnement, n'ayant aucun lien contractuel avec la banque, n'aura aucun recours vis-à-vis de la banque et ne pourra pas l'attaquer en justice sur le fondement de la responsabilité contractuelle en lui reprochant d'avoir manqué à son devoir de mise en garde à son égard et obtenir des dommages-intérêts.
Il en serait autrement si le conjoint se portait lui-même caution envers la banque.

Les risques du cautionnement solidaire :

Le cautionnement solidaire n'est pas un acte anodin. En effet, se porter caution solidaire peut avoir des conséquences dramatiques pour le dirigeant et sa famille dans le cas où l'emprunt ne serait plus remboursé par la société emprunteuse.

Notamment, si la société emprunteuse fait l'objet d'une liquidation judiciaire, et que l'actif ne suffisait pas à rembourser le passif accumulé par la société, notamment l'emprunt bancaire, la banque pourrait alors poursuivre la caution sur ses biens personnels, et le plus souvent tenter de saisir la résidence du dirigeant.

Le conjoint commun en biens qui donne son consentement à l'acte de cautionnement donné par son époux(se) dirigeant(e) au profit d'une banque doit donc prendre conscience qu'il encourt les mêmes risques que son conjoint et qu'en donnant son consentement, il engage l'ensemble des biens communs que la banque pourra saisir.

Si par le plus grand des hasards, la banque oubliait de faire intervenir le conjoint commun en biens à l'acte de cautionnement pour donner son consentement, alors la banque ne pourrait pas saisir l'ensemble des biens communs des époux, mais seulement la partie des biens appartenant au dirigeant.

Dans ce dernier cas, le cautionnement donné par le dirigeant pourrait s'avérer n'avoir qu'une faible valeur pour la banque.

En effet, si le cautionnement était activé par la banque, et que le dirigeant n'avait que pour seul bien une maison acquise dans le cadre de la communauté, seule la moitié de la maison pourrait faire l'objet d'une saisie immobilière par la banque.

Or, quel acheteur serait intéressé par la propriété de la moitié d'une maison ?

 

[success_lmc]

LMC Partenaires

En bref !

18/03/2019 + Voitures de fonction : quelles sont les règles en matière de droit pénal ?
L'utilisation d'un véhicule de service ou de voitures de fonction est soumise à plusieurs règles. Une question sur le droit pénal des affaires et du...
13/03/2019 + Intérêts économiques du monde du cinéma contre présomption d’innocence : le libéralisme gagne
« Grace à Dieu », le nouveau long-métrage de François Ozon qui s’intéresse au silence qui entoure les actes pédophiles dans l’Eglise catholique est...
07/03/2019 + Les conditions du licenciement pour faute grave lors d’un arrêt pour accident du travail
Le salarié est protégé en cas de maladie professionnelle ou d’accident du travail qui ne permettent pas le licenciement sauf si l’employeur justifie...
02/03/2019 + Voiture de société ou de fonction, tout n’est pas permis !
L’utilisation d’un véhicule de fonction ou d’un véhicule de société pour effectuer des prestations de covoiturage comporte des risques, notamment...
26/02/2019 + Excès de vitesse par l’utilisation du véhicule de fonction : les dirigeants d'entreprise sont prévenus
La Cour de Cassation attire désormais l’attention des responsables d’entreprise sur les conséquences d'une non dénonciation des infractions d’excès...
10/03/2015 - Droit social
Visites médicales et médecine du travail : vos obligations. Allez voir l’article de fond dans l’onglet “Droit du travail”, en...
06/03/2015 - Droit pénal
Dès lors que le prévenu a, en connaissance de cause, détourné en  les dupliquant pour son usage personnel, au préjudice de son employeur,...
06/03/2015 - Droit social
Pendant un arrêt maladie, le salarié reste tenu à une obligation de loyauté envers son employeur. Tout manquement à cette obligation, comme...
06/03/2015 -
Le salarié qui, avant son arrêt maladie, occupait des fonctions commerciales et bénéficiait d’une rémunération variable doit être réintégré...
02/03/2015 - Cumul indemnités pour préjudice d'anxiété et indemnités conventionnelles de départ
L'indemnité conventionnelle de fin de carrière bonifiée prévue par accord ne s'impute pas, si elle a été effectivement versée, sur l'indemnité...
02/03/2015 - Droit social
Les clauses du règlement intérieur ne peuvent être modifiées que si le projet de clauses a été soumis à l'avis du Comité d'hygiène, de sécurité et...
02/03/2015 - Rupture des relations commerciales et nature du préjudice indemnisable
Seuls sont indemnisables les préjudices découlant de la brutalité de la rupture et non de la rupture elle même. Cass. Com 10 février 2015 n°13-26.414...
26/02/2015 - Droit de la consommation
M. X… a reçu à son domicile une lettre circulaire l’incitant, par le biais de cadeaux offerts, à se faire livrer un véhicule neuf. A la...
26/02/2015 - Droit social
La cessation d’activité d’une entreprise n’a pas pour effet de libérer le salarié de sa clause de non-concurrence. (Cass. soc....
18/02/2015 - Droit du Travail : Requalification du CDD
Le Juge d’instance peut à la demande d’un syndicat requalifier des CDD en CDI dans le cadre du calcul des effectifs de...
16/02/2015 - Droit du travail : Pékin Express
– Pékin Express : le contrat de participation à ce jeu qualifié par la chaine M6 « contrat de jeu », donc commercial, a été requalifié par la...
16/02/2015 - Droit du travail : Handicap
– Handicap : l'obésité peut constituer un « handicap » au sens de la directive relative à l'égalité de traitement en matière d'emploi du 18...
09/02/2015 - Conditions générales de ventes loi Hamon
09/02/2015 - Comment résilier votre contrat d’assurance depuis la loi Hamon ?
09/02/2015 - Les conditions de validité des clauses de non-concurrence
Accueil ] Le Cabinet ] Entreprises ] Particuliers ] Formations ] Honoraires ] Nos succès ] Actualités ] Contact ]

Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr