Consentement à l'acte de cautionnement : quels sont les risques ?

Consentement à l'acte de cautionnement : quels sont les risques ?

Conformément à l'article 1415 du Code civil : « Chacun des époux ne peut engager que ses biens propres et ses revenus, par un cautionnement ou un emprunt, à moins que ceux-ci n’aient été contractés avec le consentement exprès de l’autre conjoi

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

mercredi 8 juillet 2020

Conformément à l'article 1415 du Code civil : « Chacun des époux ne peut engager que ses biens propres et ses revenus, par un cautionnement ou un...

Lundi 23 mai 2016

Conformément à l'article 1415 du Code civil : « Chacun des époux ne peut engager que ses biens propres et ses revenus, par un cautionnement ou un emprunt, à moins que ceux-ci n’aient été contractés avec le consentement exprès de l’autre conjoint qui, dans ce cas, n’engage pas ses biens propres. ».

Lorsqu'une société fait l'acquisition d'un fonds de commerce ou de titres de société, elle a, dans la quasi-totalité des cas, recours à un emprunt bancaire pour financer cette acquisition.

Dès lors, la banque va accorder à la société un emprunt pour le financement de l'acquisition. La banque demandera alors au dirigeant de se porter caution solidaire de l'emprunt et des dettes dont la société emprunteuse pourrait être tenue envers ladite banque, si la société ne peut plus rembourser l'emprunt.

Le dirigeant doit savoir que, dès lors qu'il est marié sous le régime de la communauté de biens, la banque demandera que son conjoint intervienne à l'acte de prêt au sein duquel l'acte de cautionnement figurera, afin que ce dernier donne son consentement à l'acte de cautionnement pour l'autoriser à engager les biens de la communauté conformément aux dispositions de l'article 1415 du Code civil.

Il convient de préciser que dans le cadre d'une caution « profane » (ignorante), le banquier a une obligation de mise en garde de la caution qui concerne tant ses capacités financières que son risque d'endettement. Notamment, la banque doit informer la caution profane du risque particulier de non-exécution de l’obligation garantie (l'emprunt) par la société (le débiteur) dont elle a connaissance.
[NB : la caution donnée par un dirigeant pour cautionner des dettes de la société qu'il dirige est qualifiée de caution « avertie » (éclairée) dès lors qu'il est impliqué dans la gestion de la société cautionnée et non « profane » ; par la suite la banque n'a aucune obligation de mise en garde envers elle.]

Les obligations de la banque envers la caution

La banque a donc une obligation contractuelle envers la caution « profane » et elle engage donc sa responsabilité contractuelle en cas de non-exécution, la caution ayant la qualité de partie à l'acte. De ce fait, s'il s'avérait que la caution démontrait ne pas avoir été mise en garde par le banquier des risques encourus par son engagement de caution, elle pourrait alors poursuivre la banque sur le fondement de la responsabilité contractuelle conformément à l'article 1147 du Code civil et obtenir des dommages-intérêts.

Il en va autrement pour le conjoint commun en biens qui ne fait que donner son consentement au cautionnement conformément à l'article 1415 du Code civil.

En effet, la Cour de cassation a, par un arrêt inédit en date du 9 février 2016 (Com., 9 février 2016, n° 14-20.304), relevé que le consentement donné en application de l'article 1415 du Code civil n'a pas pour effet de conférer au conjoint la qualité de partie à l'acte et qu'aucune disposition législative ou réglementaire n'impose au créancier bénéficiaire du cautionnement de fournir des informations ou mise en garde du conjoint de son cocontractant préalablement à son consentement exprès.

En conséquence, le conjoint commun en biens qui a donné son consentement à l'acte de cautionnement, n'ayant aucun lien contractuel avec la banque, n'aura aucun recours vis-à-vis de la banque et ne pourra pas l'attaquer en justice sur le fondement de la responsabilité contractuelle en lui reprochant d'avoir manqué à son devoir de mise en garde à son égard et obtenir des dommages-intérêts.
Il en serait autrement si le conjoint se portait lui-même caution envers la banque.

Les risques du cautionnement solidaire :

Le cautionnement solidaire n'est pas un acte anodin. En effet, se porter caution solidaire peut avoir des conséquences dramatiques pour le dirigeant et sa famille dans le cas où l'emprunt ne serait plus remboursé par la société emprunteuse.

Notamment, si la société emprunteuse fait l'objet d'une liquidation judiciaire, et que l'actif ne suffisait pas à rembourser le passif accumulé par la société, notamment l'emprunt bancaire, la banque pourrait alors poursuivre la caution sur ses biens personnels, et le plus souvent tenter de saisir la résidence du dirigeant.

Le conjoint commun en biens qui donne son consentement à l'acte de cautionnement donné par son époux(se) dirigeant(e) au profit d'une banque doit donc prendre conscience qu'il encourt les mêmes risques que son conjoint et qu'en donnant son consentement, il engage l'ensemble des biens communs que la banque pourra saisir.

Si par le plus grand des hasards, la banque oubliait de faire intervenir le conjoint commun en biens à l'acte de cautionnement pour donner son consentement, alors la banque ne pourrait pas saisir l'ensemble des biens communs des époux, mais seulement la partie des biens appartenant au dirigeant.

Dans ce dernier cas, le cautionnement donné par le dirigeant pourrait s'avérer n'avoir qu'une faible valeur pour la banque.

En effet, si le cautionnement était activé par la banque, et que le dirigeant n'avait que pour seul bien une maison acquise dans le cadre de la communauté, seule la moitié de la maison pourrait faire l'objet d'une saisie immobilière par la banque.

Or, quel acheteur serait intéressé par la propriété de la moitié d'une maison ?

 

[success_lmc]

LMC Partenaires

En bref !

29/06/2020 + Avocat en Droit du Travail des Entreprises à Montigny-le-Bretonneux
Le cabinet d’avocats LMC Partenaires à Montigny-le-Bretonneux regroupe des avocats en droit du travail qui accompagnent les entreprises dans...
14/05/2020 + Collecte de données personnelles par les employeurs rappels de la CNIL
Dans la perspective du déconfinement suite à la crise sanitaire de coronavirus COVID-19, la CNIL rappelle quelques principes concernant la collecte...
11/05/2020 + Contrat de travail les impacts des mesures COVID-19
Les avocats du cabinet LMC Partenaires vous expliquent les impacts des dernières mesures liés à la crise sanitaire du coronavirus COVID-19, sur le...
06/05/2020 + Avocat Montigny-le-Bretonneux 78 – LMC Partenaires
Entreprises ou particuliers, vous recherchez un avocat à Montigny-le-Bretonneux commune de la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines, spécialisé...
05/05/2020 + Aides aux indépendants ou auto-entrepreneurs et COVID-19
Vous êtes indépendant ou auto-entrepreneur et votre activité est affectée par la crise sanitaire liée au coronavirus COVID-19. Des mesures ont été...
17/05/2018 - RGPD LMC Partenaires vous invite à un petit déjeuner Infos
À l'occasion de la mise en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD), le cabinet LMC Partenaires interviendra le 19 juin...
05/04/2018 - Cybersécurité hacking et piratage au coeur du débat
En plein scandale de l'affaire Cambridge Analytica, Maître Aurélie Segonne-Morand, Avocate chez LMC Partenaires, est intervenue sur le plateau de 78...
05/03/2018 - Les Avis de Consommateurs en ligne
Depuis le 1er janvier dernier, les conditions de mise en ligne des avis de consommateurs sont strictement encadrées par la loi. LMC Partenaires fait...
27/02/2018 - Annulation d'élection de Délégué du Personnel pour manquement aux règles de parité
Les conséquences de l’annulation de l’élection d’un Délégué du Personnel pour manquement aux règles de la parité. Tribunal d’Instance de VERSAILLES,...
29/12/2017 - RGPD : Êtes-vous prêts pour le règlement européen sur la protection des données ?
Ce nouveau règlement européen ? RGPD- sur la protection des données personnelles, vient d'apparaître au journal officiel de l'Union européenne et...
05/12/2017 - l’E-Réputation défendable !
L’ e-réputation c’est l’image que va avoir une société ou une marque sur internet. À l’heure de la digitalisation et de...
10/11/2017 - Décryptage des ordonnances réformant le droit du travail
La réforme du code du travail, est l’un des gros chantiers sociaux du quinquennat Macron. Cette réforme par ordonnances vise – entre autres – à...
24/10/2017 - Discours de Monsieur Emmanuel Faber sur la justice sociale
LMC Partenaires vous propose de découvrir l’exceptionnel discours de Monsieur Emmanuel Faber – ex directeur général de Danone devenu...
20/10/2017 - La résiliation judiciaire du contrat d'apprentissage
LA RÉSILIATION JUDICIAIRE DU CONTRAT D'APPRENTISSAGE - Procédure des référés - preuve de la faute grave. Ordonnance du CPH de RAMBOUILLET - Référés -...
14/10/2017 - Gestation pour autrui : Validation de l'adoption par l'époux du père
La gestation pour autrui reste prohibée en France, notamment par l'intermédiaire de l'article 16-7 du Code civil selon lequel toute convention...
05/10/2017 - Défaut d'autorisation de changement d'affectation d'un bail : nullité !
La Cour de cassation a eu l'occasion de revenir dans un arrêt rendu le 22 juin 2017 (Civ. 3ème, 322 juin 2017, n°16-17.946) sur les conséquences du...
02/10/2017 - Fin de vie : L'intervention du Conseil constitutionnel
Le traitement de la fin de vie fait régulièrement l'objet de débats et procédures judiciaires, notamment avec l'affaire très médiatisée de M. Vincent...
21/09/2017 - Cybercriminalité : Tous concernés !
Tout utilisateur d'internet a déjà été confronté à un acte malveillant, qu'il en soit devenu la victime ou qu'il soit parvenu à l'éviter.  Internet...
20/07/2017 - Clause de non concurrence : limitation oui, disproportion non !
La clause de non-concurrence, figure contractuelle depuis longtemps connue et utilisée au sein des contrats de travail ou d'affaires, continue...
23/06/2017 - Le cas « LIDL » : Comportement, inaptitude, reclassement et position du salarié.
Bien malgré elle, et par trois fois, la société LIDL a été au cœur, depuis la fin de l'année 2016, d'un revirement de la jurisprudence de la...
COVID-19 ]
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr