La haute protection rattachée aux marques de renommée

La haute protection rattachée aux marques de renommée

Par un arrêt du 12 avril 2016 (n°14-29414), la chambre commerciale de la Cour de cassation est venue rappeler la protection particulière dont jouissent les marques dites de renommée.

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

samedi 26 septembre 2020

Par un arrêt du 12 avril 2016 (n°14-29414), la chambre commerciale de la Cour de cassation est venue rappeler la protection particulière dont...

Jeudi 23 juin 2016

Par un arrêt du 12 avril 2016 (n°14-29414), la chambre commerciale de la Cour de cassation est venue rappeler la protection particulière dont jouissent les marques dites "de renommée". Avant de décrypter la décision d'espèce, il est opportun d'éclairer rapidement les termes du débat.

 

Les marques de "renommée", une notion légalement consacrée

 

Les juges de la Cour de cassation n'ont pas inventé de toutes pièces la notion des marques de renommée, celle-ci étant définit à l'article L.713-5 du code de la propriété intellectuelle qui dispose que :

"La reproduction ou l‘imitation d’une marque jouissant d’une renommée pour des produits ou services non similaires à ceux désignés dans l’enregistrement engage la responsabilité civile de son auteur si elle est de nature à porter préjudice au propriétaire de la marque ou si cette reproduction ou imitation constitue une exploitation injustifiée de cette dernière.

Les dispositions de l’alinéa précédent sont applicables à la reproduction ou l’imitation d’une marque notoirement connue au sens de l’article 6 bis de la convention de Paris pour la protection de la propriété industrielle précitée."

Reprenant ce texte, les juridictions nationales ont eu maintes fois l'occasion de préciser les contours de la définition ainsi posée par le législateur.

Les juges du fond, et au premier chef les magistrats de la Cour d'appel de Paris, ont eu à se prononcer sur cette question. Dans une décision du 25 février 2000, la Cour d'appel de Paris a estimé qu'une marque renommée s'entend d'une marque connue d'une partie significative du public concerné par les produits et services qu'elle désigne. A l'occasion d'un arrêt rendu le 26 octobre 2011, elle a précisé qu'en cas de marque affairant à des produits de consommation courante concernant le grand public, le public de référence à prendre en considération est l'ensemble des consommateurs "moyens", "normalement informés et raisonnablement attentifs et avisés"

De plus, la chambre commerciale de la Cour de cassation a également eu à connaître de cette problématique plusieurs fois. Par exemple, dans un arrêt du 12 juillet 2005, elle a consacré le principe selon lequel l'article L.713-5 précité doit être interprété restrictivement et ne doit pouvoir être invoqué que pour sanctionner l'emploi par un tiers d'un signe identique aux marques jouissant d'une renommée, à l'exclusion d'un signe voisin par sa forme ou les évocations qu'il suscite.

Or, par son arrêt du 12 avril 2016, la Haute Juridiction a clairement nuancé ce principe.

 

Un renforcement de la protection accordée aux marques de renommée

 

En l'espèce, la société Gifi Mag, exploitant notamment les magasins Gifi, a été assignée par la société Maisons du Monde, spécialisée dans l’équipement et la décoration de la maison et titulaire de la marque semi-figurative « Maisons du Monde » déposée le 5 octobre 1999, en contrefaçon de sa marque et en concurrence déloyale et parasitaire.

Les magasins Gifi commercialisaient, entre autres, des articles d'ameublement, d'art de la table et de décoration de la maison, en somme des marchandises similaires à celles vendues par Maisons du Monde. Les articles présentés dans les magasins Gifi étaient accompagnés de panneaux publicitaires sur lesquels les clients pouvaient lire "tout pour la maison" et voir une illustration représentant une petite maison stylisée, ce qui avait été déposé sous forme de marque le 15 avril 2003.

Or, le 5 octobre 1999, la société Maison du Monde avait déjà déposé une marque éponyme dite semi-figurative, c'est-à-dire comprenant une expression écrite et un dessin, et s'est offusquée de la ressemblance entre sa marque et les panneaux présents dans les magasins Gifi. C'est la raison pour laquelle elle a intenté une action en justice contre la société Gifi Mag.

Le 20 octobre 2014, la Cour d'appel de Bordeaux avait rejeté la demande de la société Maison du Monde au motif qu'il n'existait aucun risque d'assimilation entre les deux marques en cause. Les juges du fond s'appuyaient notamment sur les différences visuelles, phonétiques et conceptuelles, qui permettaient selon eux au consommateur moyen de distinguer clairement ces deux marques.

Cependant, cette décision a finalement été cassée par la Cour de cassation au visa de l'article L.713-5 du code de la propriété intellectuelle précité.

En effet, la Haute juridiction a expressément indiqué que "la protection conférée aux marques jouissant d’une renommée n’est pas subordonnée à la constatation d’un risque d’assimilation ou de confusion". Dès lors, les juges rappellent qu'il suffit que le degré de similitude entre une telle marque et le signe ait pour effet que le public concerné établit un lien entre le signe et la marque pour que l'article L731-5 trouve à s'appliquer.

C'est donc bien le caractère renommé de la marque "Maisons du Monde" qui confère à cette

LMC Partenaires

En bref !

23/09/2020 + Les impayés en entreprise, comment les gérer ?
Crise économique et impayés en entreprise, comment les gérer ? La crise sanitaire a fait quasiment doubler le nombre de factures impayées mettant la...
10/08/2020 + Comment annuler un testament fait chez le notaire ?
Lors d'une succession, on distingue les testaments authentiques rédigés devant notaire, des testaments olographes. Comment annuler un testament fait...
29/06/2020 + Avocat en Droit du Travail à Montigny-le-Bretonneux
Le cabinet d’avocats LMC Partenaires à Montigny-le-Bretonneux regroupe des avocats en droit du travail qui accompagnent les entreprises dans...
14/05/2020 + Collecte de données personnelles par les employeurs rappels de la CNIL
Dans la perspective du déconfinement suite à la crise sanitaire de coronavirus COVID-19, la CNIL rappelle quelques principes concernant la collecte...
11/05/2020 + Contrat de travail les impacts des mesures COVID-19
Les avocats du cabinet LMC Partenaires vous expliquent les impacts des dernières mesures liés à la crise sanitaire du coronavirus COVID-19, sur le...
29/02/2016 - Les conditions de la femme en milieu carcéral : abandon du principe de parité
Dans un avis en date du 25 janvier 2016, la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) Adeline Hazan tire la sonnette d'alarme...
24/02/2016 - Juridictions d'exception et Etat d'urgence - Suite
Suite de notre dossier sur les juridictions d'exception et Etat d'urgence pour mieux comprendre notre actualité. La guerre d'Algérie : la mise en...
23/02/2016 - Juridictions d'exception et Etat d'urgence - Dossier
Ce n'est pas par des lois et des juridictions d'exception qu'on défend la liberté contre ses ennemis. Ce serait là un piège que l'histoire a déjà...
22/02/2016 - Liberté religieuse au travail - Restrictions du rapport Badinter
Le 25 janvier 2016, l'ancien Garde des Sceaux, Robert BADINTER a rendu son rapport au Premier ministre Manuel VALLS en y introduisant les principes...
19/02/2016 - La réforme des 35 heures : plus de flexibilité mais pas de révolution
Le gouvernement va-t-il remettre à plat les 35 heures ? C'est la question que beaucoup se sont posés à la suite de la remise du rapport sur la...
18/02/2016 - Emergence de la cybercriminalité des enjeux majeurs
La cybercriminalité est une menace dont chacun doit saisir la mesure.   Cybercriminalité : l'apparition de menaces inédites trop souvent...
17/02/2016 - République numérique le projet de loi
Le projet de loi pour une République numérique, porté par la secrétaire d'Etat Axelle Lemaire et le ministre de l'économie Emmanuel Macron, a été...
15/02/2016 - Lutte contre la criminalité organisée et son financement renforcée
Une énième loi antiterroriste, signe de l'installation durable d'un régime d'exception dangereux. L'avant-projet de loi du 23 décembre 2015...
10/02/2016 - Un rétablissement de l'équilibre contractuel en matière de baux commerciaux
Définition de la clause d'indexation des baux commerciaux La clause d'indexation relative à un bail commercial, dite clause « d'échelle mobile »,...
19/01/2016 - LMC Partenaires dans le SQY MAG de janvier 2016 !
Florence Mercadé-Choquet et Aurélie Segonne-Morand, avocates associées au sein du cabinet LMC Partenaires, ont fait l’objet d’une...
23/12/2015 - Le cas Jacqueline Sauvage : vers une légitime défense différée ?
Jacqueline Sauvage a été condamnée par la cour d’assises de Blois à dix ans de prison pour avoir tué son mari, qui l’a battait et abusait...
21/10/2015 - Emission économique : les freins à l’embauche – Retrouvez l’intervention de Florence Mercadé-Choquet
https://lmcpartenaires.fr
23/09/2015 - Mentions nouvelles dans les CGV
L’information des consommateurs dans les CGV La loi du 17 mars 2014 dite loi Hamon, a imposé aux vendeurs d’inscrire l’existence et...
31/08/2015 - On parle de LMC Partenaires
Embaucher un réfugié : point de vue des patrons et de Florence Mercadé-Choquet...
10/07/2015 - Avocats Saint-Quentin-en-Yvelines
mpliqué dans la vie économique et sociale du département des Yvelines, notre cabinet d’avocat organise des conférences sur des thèmes juridiques,...
COVID-19 ]
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr