Le délit d'entrave redéfini par la loi MACRON

Le délit d'entrave redéfini par la loi MACRON

L'Article 262 de la loi MACRON du 6 Aout 2015 amoindrit le risque d'emprisonnement pour le délit d'entrave aux institutions représentatives du personnel IRP, tout en augmentant l'amende délictuelle.

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

jeudi 24 septembre 2020

L'Article 262 de la loi MACRON du 6 Aout 2015 amoindrit le risque d'emprisonnement pour le délit d'entrave aux institutions représentatives du...

Mardi 19 juillet 2016

L'Article 262 de la loi MACRON du 6 Aout 2015 amoindrit le risque d'emprisonnement pour le délit d'entrave aux institutions représentatives du personnel ("IRP"), tout en augmentant l'amende délictuelle.

Cette loi a été conçue dans un but "d'attractivité" (pour reprendre les termes du projet de loi MACRON), l'objectif étant de ne pas effrayer les investisseurs étrangers sur cet aspect qui les inquiétait.

 

Rappel du délit d'entrave avant la loi MACRON :

 

Le délit d'entrave est caractérisé par une atteinte volontaire portée à la constitution des IRP, à la libre désignation de ses membres, à son fonctionnement, au statut protecteur des représentants du personnel et à l'exercice du droit syndical. L'entrave peut également viser la libre désignation et les fonctions des conseillers prud'homaux, celle relative à la non-présentation du bilan social ou encore l'absence de mise à disposition du document unique relatif à l'évaluation des risques professionnels.

L'article L. 2141-4 du Code du travail dispose que :

"L’exercice du droit syndical est reconnu dans toutes les entreprises dans le respect des droits et libertés garantis par la Constitution de la République, en particulier de la liberté individuelle du travail.

Les syndicats professionnels peuvent s’organiser librement dans toutes les entreprises conformément aux dispositions du présent titre".

Afin de garantir la protection d'une telle liberté, l'article L. 2146-1 du Code du travail dispose que :

"Le fait d’apporter une entrave à l’exercice du droit syndical, défini par les articles L. 2141-4, L. 2141-9 et L. 2141-11 à L. 2143-22, est puni d’un emprisonnement d’un an et d’une amende de 3 750 euros ».

La récidive double le quantum des peines maximum encourues citées ci-dessus.

Comme tout délit pénal, le délit d'entrave suppose la réunion des éléments constitutifs suivants :

  • un élément matériel tels les obstacles et autres manœuvres empêchant les institutions représentatives du personnel et syndicales de se constituer et de fonctionner correctement,
  • un élément intentionnel, à savoir la volonté de commettre l'acte. L'ignorance de la loi ou l'erreur de droit ne sont pas des causes exonératoires de responsabilité.

 

Constituent par exemple des délits d’entrave :

  • ne pas réunir le CE ou les délégués du personnel périodiquement,
  • le refus de l’employeur d’organiser les élections des délégués du personnel, de procéder aux réunions mensuelles obligatoires et de tenir le registre spécial faisant état des revendications des délégués et des réponses motivées de l’employeur,

Le délit d'entrave trouve aussi à s’appliquer lors du licenciement de certains salariés protégés du fait de leur mandat de délégué syndical ou d'élu à l'une des institutions représentatives du personnel :

  • mise à pied préventive d'un salarié protégé en l'absence de faute grave ;
  • prononcé d'une sanction excessive, injustifiée ou prononcée au-delà de la décision de l'inspecteur du travail à l’encontre d'un délégué syndical ;
  • refus de la réintégration d'un délégué syndical irrégulièrement licencié ;
  • modification du contrat de travail, rétrogradation ou actes de discrimination à l'encontre d'un délégué syndical ;
  • licenciement d'un salarié protégé sans l'autorisation de l'inspecteur du travail.

 

L'apport de la loi Macron :

Au tout début, le projet de Loi Macron prévoyait sa dépénalisation pure et simple. Ce n'est pas ce qui a été retenu au final :

  • Risque seulement une amende de 7.500 euros (doublement de la peine d'amende) sans emprisonnement, l’employeur personne physique qui :
    • porte ou tente de porter atteinte à l’exercice régulier des délégués du personnel ;
    • apporte une entrave au fonctionnement régulier du comité d’entreprise (CE), du comité d’établissement ou du comité central d’entreprise (CCE), du groupe spécial de négociation ou du comité d’entreprise européen, du comité de la société européenne, du comité de la société coopérative européenne, du comité de la société issue de la fusion transfrontalière, du comité de groupe ou du CHCST ;
    • dans une entreprise d’au moins 300 salariés ou dans un établissement distinct comportant au moins 300 salariés, n’établit pas et ne soumet pas annuellement au comité d’entreprise ou d’établissement le bilan social d’entreprise ou d’établissement (12).

Pour les personnes morales, l'amende est quintuplée avec un maximum de 37 500 euros, hors cas de récidive.

  • Risque toujours un emprisonnement d’une durée d’1 an mais désormais une amende de 7.500 euros, l’employeur qui :
    • porte ou tente de porter atteinte à la libre désignation des délégués du personnel;
    • apporte une entrave soit à la constitution d’un comité d’entreprise, d’un comité d’établissement ou d’un comité central d’entreprise, soit à la libre désignation de leurs membres ;
    • apporte une entrave soit à la constitution d’un groupe spécial de négociation, d’un comité d’entreprise européen ou à la mise en œuvre d’une procédure d’information et de consultation, soit à la libre désignation de leurs membres ;
    • apporte une entrave soit à la constitution d’un groupe spécial de négociation, d’un comité de la société européenne, d’un comité de la société coopérative européenne, d’un comité de la société issue de la fusion transfrontalière soit à la libre désignation de leurs membres;
    • ne constitue pas et ne réunit pas pour la première fois un comité de groupe ou qui apporte une entrave à la désignation des membres d’un comité de groupe ;
    • porte atteinte ou tente de porter atteinte soit à la constitution, soit à la libre désignation des membres du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT).

Il existe donc une différence de traitement entre les entraves en fonction des institutions et des situations concernées.

 

L'apport de la loi MACRON :

L'attractivité de cette loi est relativement faible car en pratique les peines d'emprisonnement n'étaient quasiment jamais prononcées. En outre, si l'objectif était d'assouplir les sanctions applicables, encore aurait-il fallu de l'étendre à tous les délits d'entrave et notamment à ceux relatifs au droit syndical. Outre la modification des sanctions, le délit d'entrave en lui-même reste inchangé, sa caractérisation restant la même.

Le dommage collatéral de cette loi tient au fait que les personnes poursuivies et ne risquant qu'une peine d'amende, ne peuvent plus bénéficier de l'assistance d'un avocat lors de leurs auditions. Depuis la loi du 1er janvier 2015, les personnes entendues dans le cadre d'une audition libre peuvent être assistées par un avocat dès lors que l'infraction est un crime ou un délit puni d'une peine d'emprisonnement.

En conclusion, il s'agit d'une réforme en demi-teinte pour les chefs d'entreprise.

Tableau récapitulatif :

Loi Macron

LMC Partenaires

En bref !

23/09/2020 + Les impayés en entreprise, comment les gérer ?
Crise économique et impayés en entreprise, comment les gérer ? La crise sanitaire a fait quasiment doubler le nombre de factures impayées mettant la...
10/08/2020 + Comment annuler un testament fait chez le notaire ?
Lors d'une succession, on distingue les testaments authentiques rédigés devant notaire, des testaments olographes. Comment annuler un testament fait...
29/06/2020 + Avocat en Droit du Travail à Montigny-le-Bretonneux
Le cabinet d’avocats LMC Partenaires à Montigny-le-Bretonneux regroupe des avocats en droit du travail qui accompagnent les entreprises dans...
14/05/2020 + Collecte de données personnelles par les employeurs rappels de la CNIL
Dans la perspective du déconfinement suite à la crise sanitaire de coronavirus COVID-19, la CNIL rappelle quelques principes concernant la collecte...
11/05/2020 + Contrat de travail les impacts des mesures COVID-19
Les avocats du cabinet LMC Partenaires vous expliquent les impacts des dernières mesures liés à la crise sanitaire du coronavirus COVID-19, sur le...
12/05/2019 - Droit des successions les avocats LMC Partenaires 78 vous accompagnent
LMC Partenaires est un cabinet d'avocats situé dans les Yvelines. Les avocats LMC Partenaires vous accompagnent pour toute question concernant le...
06/05/2019 - Article 1226 du Code Civil et rupture du contrat de travail
La prise d'acte de la rupture du contrat de travail est un mode spécifique de rupture du contrat de travail ne répondant pas aux mêmes règles de...
18/04/2019 - Opposition à un cautionnement disproportionné
Appréciation du caractère disproportionné du cautionnement : Le Cabinet LMC PARTENAIRES obtient l’inopposabilité d’une caution donnée par un...
14/04/2019 - Elaboration d'un accord d'entreprise sur le télétravail
Le 5 avril dernier LMC Partenaires a proposé une formation sur 'l'élaboration d'un accord d'entreprise sur le télétravail' lors des après-midis du...
09/04/2019 - L’audit social dans le cadre de la reprise d’une entreprise n’est pas qu’une fable
LE REPRENEUR ET L’INSPECTEUR (DU TRAVAIL) : La raison du plus fort est toujours la meilleure - L’audit social dans le cadre de la reprise d’une...
04/04/2019 - L'inconventionnalité du barème rejetée par le Conseil des Prud'hommes
Le Conseil des Prud’hommes de Paris, Section Commerce, rejette le 27/12/2019 l’inconventionnalité du barème d'indemnité pour licenciement sans cause...
30/03/2019 - Droit penal pour les licenciements pour vol
Licenciement fondé sur des faits de vol et relaxe du salarié devant les juridictions pénales : le pénal s’impose.
24/03/2019 - Barème Macron, plus de sécurité en cas de licenciement ?
Le barème Macron fixe un barème d'indemnisation pour les licenciements sans cause réelle et sérieuse pour que les employeurs connaissent par avance...
18/03/2019 - Voitures de fonction : quelles sont les règles en matière de droit pénal ?
L'utilisation d'un véhicule de service ou de voitures de fonction est soumise à plusieurs règles. Une question sur le droit pénal des affaires et du...
13/03/2019 - Grâce à Dieu un film entre liberté d'expression et présomption d'innocence
Intérêts économiques du monde du cinéma contre présomption d’innocence : le libéralisme gagne. Grâce à Dieu, le nouveau film de François Ozon...
07/03/2019 - Les conditions du licenciement pour faute grave lors d’un arrêt pour accident du travail
Le salarié est protégé en cas de maladie professionnelle ou d’accident du travail qui ne permettent pas le licenciement sauf si l’employeur justifie...
02/03/2019 - Voiture de société ou de fonction pour faire du covoiturage
L’utilisation d’un véhicule de fonction ou d’un véhicule de société pour effectuer des prestations de covoiturage comporte des risques, notamment...
26/02/2019 - Excès de vitesse avec véhicule de fonction : obligation des dirigeants d'entreprise
La Cour de Cassation attire désormais l’attention des responsables d’entreprise sur les conséquences d'une non dénonciation des infractions d’excès...
16/02/2019 - Droit de rétractation d'un contrat pour les entrepreneurs.
La cour de cassation vient de rendre un arret portant sur la délimitation des règles relatives aux contrats hors établissements.
12/02/2019 - Une justice plus fluide, lisible et efficace grâce à la transformation numérique
En 2022 la totalité des démarches administratives seront numérisées. Pour atteindre cet objectif le ministère de la justice s'est engagé dans une...
COVID-19 ]
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr