Le délit d'entrave redéfini par la loi MACRON

Le délit d'entrave redéfini par la loi MACRON

L'Article 262 de la loi MACRON du 6 Aout 2015 amoindrit le risque d'emprisonnement pour le délit d'entrave aux institutions représentatives du personnel (IRP), tout en augmentant l'amende délictuelle. Cette loi a été conçue dans un but d'attractivité

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

jeudi 23 mai 2019

L'Article 262 de la loi MACRON du 6 Aout 2015 amoindrit le risque d'emprisonnement pour le délit d'entrave aux institutions représentatives du...

Mardi 19 juillet 2016

L'Article 262 de la loi MACRON du 6 Aout 2015 amoindrit le risque d'emprisonnement pour le délit d'entrave aux institutions représentatives du personnel ("IRP"), tout en augmentant l'amende délictuelle.

Cette loi a été conçue dans un but "d'attractivité" (pour reprendre les termes du projet de loi MACRON), l'objectif étant de ne pas effrayer les investisseurs étrangers sur cet aspect qui les inquiétait.

 

Rappel du délit d'entrave avant la loi MACRON :

 

Le délit d'entrave est caractérisé par une atteinte volontaire portée à la constitution des IRP, à la libre désignation de ses membres, à son fonctionnement, au statut protecteur des représentants du personnel et à l'exercice du droit syndical. L'entrave peut également viser la libre désignation et les fonctions des conseillers prud'homaux, celle relative à la non-présentation du bilan social ou encore l'absence de mise à disposition du document unique relatif à l'évaluation des risques professionnels.

L'article L. 2141-4 du Code du travail dispose que :

"L’exercice du droit syndical est reconnu dans toutes les entreprises dans le respect des droits et libertés garantis par la Constitution de la République, en particulier de la liberté individuelle du travail.

Les syndicats professionnels peuvent s’organiser librement dans toutes les entreprises conformément aux dispositions du présent titre".

Afin de garantir la protection d'une telle liberté, l'article L. 2146-1 du Code du travail dispose que :

"Le fait d’apporter une entrave à l’exercice du droit syndical, défini par les articles L. 2141-4, L. 2141-9 et L. 2141-11 à L. 2143-22, est puni d’un emprisonnement d’un an et d’une amende de 3 750 euros ».

La récidive double le quantum des peines maximum encourues citées ci-dessus.

Comme tout délit pénal, le délit d'entrave suppose la réunion des éléments constitutifs suivants :

  • un élément matériel tels les obstacles et autres manœuvres empêchant les institutions représentatives du personnel et syndicales de se constituer et de fonctionner correctement,
  • un élément intentionnel, à savoir la volonté de commettre l'acte. L'ignorance de la loi ou l'erreur de droit ne sont pas des causes exonératoires de responsabilité.

 

Constituent par exemple des délits d’entrave :

  • ne pas réunir le CE ou les délégués du personnel périodiquement,
  • le refus de l’employeur d’organiser les élections des délégués du personnel, de procéder aux réunions mensuelles obligatoires et de tenir le registre spécial faisant état des revendications des délégués et des réponses motivées de l’employeur,

Le délit d'entrave trouve aussi à s’appliquer lors du licenciement de certains salariés protégés du fait de leur mandat de délégué syndical ou d'élu à l'une des institutions représentatives du personnel :

  • mise à pied préventive d'un salarié protégé en l'absence de faute grave ;
  • prononcé d'une sanction excessive, injustifiée ou prononcée au-delà de la décision de l'inspecteur du travail à l’encontre d'un délégué syndical ;
  • refus de la réintégration d'un délégué syndical irrégulièrement licencié ;
  • modification du contrat de travail, rétrogradation ou actes de discrimination à l'encontre d'un délégué syndical ;
  • licenciement d'un salarié protégé sans l'autorisation de l'inspecteur du travail.

 

L'apport de la loi Macron :

Au tout début, le projet de Loi Macron prévoyait sa dépénalisation pure et simple. Ce n'est pas ce qui a été retenu au final :

  • Risque seulement une amende de 7.500 euros (doublement de la peine d'amende) sans emprisonnement, l’employeur personne physique qui :
    • porte ou tente de porter atteinte à l’exercice régulier des délégués du personnel ;
    • apporte une entrave au fonctionnement régulier du comité d’entreprise (CE), du comité d’établissement ou du comité central d’entreprise (CCE), du groupe spécial de négociation ou du comité d’entreprise européen, du comité de la société européenne, du comité de la société coopérative européenne, du comité de la société issue de la fusion transfrontalière, du comité de groupe ou du CHCST ;
    • dans une entreprise d’au moins 300 salariés ou dans un établissement distinct comportant au moins 300 salariés, n’établit pas et ne soumet pas annuellement au comité d’entreprise ou d’établissement le bilan social d’entreprise ou d’établissement (12).

Pour les personnes morales, l'amende est quintuplée avec un maximum de 37 500 euros, hors cas de récidive.

  • Risque toujours un emprisonnement d’une durée d’1 an mais désormais une amende de 7.500 euros, l’employeur qui :
    • porte ou tente de porter atteinte à la libre désignation des délégués du personnel;
    • apporte une entrave soit à la constitution d’un comité d’entreprise, d’un comité d’établissement ou d’un comité central d’entreprise, soit à la libre désignation de leurs membres ;
    • apporte une entrave soit à la constitution d’un groupe spécial de négociation, d’un comité d’entreprise européen ou à la mise en œuvre d’une procédure d’information et de consultation, soit à la libre désignation de leurs membres ;
    • apporte une entrave soit à la constitution d’un groupe spécial de négociation, d’un comité de la société européenne, d’un comité de la société coopérative européenne, d’un comité de la société issue de la fusion transfrontalière soit à la libre désignation de leurs membres;
    • ne constitue pas et ne réunit pas pour la première fois un comité de groupe ou qui apporte une entrave à la désignation des membres d’un comité de groupe ;
    • porte atteinte ou tente de porter atteinte soit à la constitution, soit à la libre désignation des membres du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT).

Il existe donc une différence de traitement entre les entraves en fonction des institutions et des situations concernées.

 

L'apport de la loi MACRON :

L'attractivité de cette loi est relativement faible car en pratique les peines d'emprisonnement n'étaient quasiment jamais prononcées. En outre, si l'objectif était d'assouplir les sanctions applicables, encore aurait-il fallu de l'étendre à tous les délits d'entrave et notamment à ceux relatifs au droit syndical. Outre la modification des sanctions, le délit d'entrave en lui-même reste inchangé, sa caractérisation restant la même.

Le dommage collatéral de cette loi tient au fait que les personnes poursuivies et ne risquant qu'une peine d'amende, ne peuvent plus bénéficier de l'assistance d'un avocat lors de leurs auditions. Depuis la loi du 1er janvier 2015, les personnes entendues dans le cadre d'une audition libre peuvent être assistées par un avocat dès lors que l'infraction est un crime ou un délit puni d'une peine d'emprisonnement.

En conclusion, il s'agit d'une réforme en demi-teinte pour les chefs d'entreprise.

Tableau récapitulatif :

Loi Macron

LMC Partenaires

En bref !

06/05/2019 + L’article 1226 du Code Civil et la prise d’acte de la rupture du contrat de travail
La prise d’acte de la rupture du contrat de travail est un mode spécifique de rupture du contrat de travail ne répondant pas aux mêmes règles de...
18/04/2019 + Appréciation du caractère disproportionné du cautionnement
Appréciation du caractère disproportionné du cautionnement : Le Cabinet LMC PARTENAIRES obtient l’inopposabilité d’une caution donnée par un...
14/04/2019 + Elaboration d'un accord d'entreprise sur le télétravail
Le 5 avril dernier LMC Partenaires a proposé une formation sur 'l'élaboration d'un accord d'entreprise sur le télétravail' lors des après-midis du...
09/04/2019 + L’audit social dans le cadre de la reprise d’une entreprise n’est pas qu’une fable
LE REPRENEUR ET L’INSPECTEUR (DU TRAVAIL) : La raison du plus fort est toujours la meilleure - L’audit social dans le cadre de la reprise d’une...
04/04/2019 + L'inconventionnalité du barème rejetée par le Conseil des Prud'hommes
Le Conseil des Prud’hommes de Paris, Section Commerce, rejette le 27/12/2019 l’inconventionnalité du barème d'indemnité pour licenciement sans cause...
06/02/2015 - Salariés protégés
Le salarié protégé partant volontairement à la retraite dans un contexte de harcèlement moral peut obtenir la requalification de la rupture en...
06/02/2015 - Elections professionnelles et relations collectives
La décision d’un salarié de ne pas figurer sur la liste de candidats d’un syndicat s’impose à ce dernier qui doit retirer le...
06/02/2015 - Durée du travail
Les conventions individuelles de forfait conclues en application de l’article 8.4.2 de la convention collective nationale du notariat sont...
06/02/2015 - Licenciement économique
Critères d’ordre des licenciements : pour la cour administrative d’appel de Versailles, en cas de licenciement avec PSE,...
06/02/2015 - Licenciement pour cause personnelle
Le salarié soutenant que le pli reçu ne contenait pas sa lettre de licenciement doit le prouver devant le juge. (Cass soc. 5 novembre 2014 n°...
05/02/2015 - Faute grave du dirigeant
Le défaut de performance ne constitue pas à lui seul une faute grave du dirigeant. Il en va différemment si les mauvais résultats s'accompagnent d'un...
05/02/2015 - Prime de partage des bénéfices au profit des salariés (Loi 2014-1554 du 22/12/2014)
A compter du 1er janvier 2015, les sociétés employant au moins 50 salariés n'auront …
05/02/2015 - Les allégements apportés aux règles de création et de fonctionnement des Sociétés (Loi 2014-1545 du 20/12/2014)
Enregistrement des statuts : la loi nouvelle supprime à compter du 1er juillet 2015 l'obligation faite aux fondateurs d'une société…
05/02/2015 - De nouvelles mesures de simplification et de sécurisation en droit des sociétés (Ord. 2014-863 du 31/07/2014)
L’interdiction pour une EURL d’avoir pour associé unique une autre EURL (C. com. art. L 223-5) est supprimée…
05/02/2015 - Nouveautés issues de la Loi 2014-856 du 31/07/2014 dite « loi Hamon » et Décret 2014-1254 du 28/10/2014)
Les dispositions de l'article 18 de la loi prévoient que les salariés de sociétés commerciales de moins de 250 salariés devront…
04/02/2015 - Dissolution judiciaire
Un associé est recevable à agir en dissolution d'une société pour juste motif quand bien même il serait à l'origine de la mésentente, cette...
04/02/2015 - Rémunération du dirigeant de SAS
La rémunération du dirigeant d'une SAS n'est pas soumise au contrôle des conventions réglementées lorsque les statuts prévoient…
04/02/2015 - Associé et régime de communauté de biens
Les parts sociales non négociables acquises par un époux commun en biens pendant le mariage n’entrent en communauté que pour leur...
04/02/2015 - Evaluation des actions d'un associé de SAS exclu
En cas d'exclusion d'un associé d'une SAS, le prix de rachat de ses actions est fixé, dans le silence des statuts, à la date…
04/02/2015 - Responsabilité d'une société mère envers les salariés de sa filiale
Une société mère engage sa responsabilité envers les salariés de sa filiale si les décisions qu'elle a prises pour…
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr