L'impact de l' économie collaborative sur le droit du travail !

L'impact de l' économie collaborative sur le droit du travail !

Si bon nombre de juristes pensaient que la reconnaissance par la chambre sociale de la qualité de «salarié» aux participants d’une émission de télé-réalité avait connu son apogée, les mésaventures des dirigeants d'Uberpop révèlent bien au contraire

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

mercredi 1er avril 2020

Si bon nombre de juristes pensaient que la reconnaissance par la chambre sociale de la qualité de «salarié» aux participants d’une émission de...

Lundi 25 juillet 2016

Si bon nombre de juristes pensaient que la reconnaissance par la chambre sociale de la qualité de «salarié» aux participants d’une émission de télé-réalité avait connu son apogée, les mésaventures des dirigeants d'Uberpop révèlent bien au contraire la poursuite d'un probable nouveau degré d'acceptation de ce statut à l'égard des travailleurs  de l'économie collaborative.

Tout en proposant une nouvelle forme d'organisation du travail, cette mutualisation innovante des biens, des services et des outils de travail révèle une intrigante chaîne de contrats évoluant aux frontières du droit social.

Dès lors plusieurs questions se posent quant à l'impact que l'économie collaborative pourrait avoir en matière de droit social : pourra-t-on qualifier les contractants d'employeurs et de salariés? Les travailleurs indépendants qui se retrouveront sans activité pourront-ils saisir le Conseil des prud'hommes afin de voir qualifier leur lien contractuel de relation de travail? En bref est-il pertinent d'effectuer un lien entre l' économie collaborative et le droit du travail ou ne s'agit-il finalement que d'un faux débat...

 

Définition de l' économie collaborative

 

En principe, l'économie collaborative repose sur un modèle contractuel triangulaire dans lequel figure une société donneuse d'ordres (la start-up), un individu qui propose et effectue une prestation rémunérée pour des clients par l'intermédiaire de la société (le travailleur) et les bénéficiaires de la finalité de cette transaction (les clients).

Le 8 octobre 2015 le député Pascal TERRASSE avait été missionné par le Premier ministre afin d'établir un rapport sur les enjeux de cette nouvelle économie de plus en plus active sur le marché français. Ainsi, pour dynamiser davantage notre économie, M. TERASSE a remis au chef du gouvernement dix-neuf propositions de réforme dont l'une, des plus importantes, a pour objectif de permettre un meilleur accompagnement des parcours professionnels des travailleurs de ce secteur ainsi qu'une amélioration de leur protection sociale. Dès lors peut-on en déduire que les acteurs principaux de l' économie collaborative doivent être considérés comme des salariés lambda ?

La plupart des spécialistes en droit du travail s'alignent sur le rapport Terrasse et estiment qu'il n'existe pas, à proprement parlé, de travailleurs de l'économie collaborative. En effet ces collaborateurs des plateformes numériques sont essentiellement des particuliers exerçant une activité en marge de leur activité principale (à laquelle est attaché leur régime de protection sociale) ou des travailleurs indépendants n'étant lié par aucun lien de subordination avec la start-up. Ainsi ces acteurs de l' économie collaborative ont soit la qualité de salarié soit celle de travailleur indépendant. Ce faisant, le député Pascal TERRASSE n'a pas souhaité créer un troisième statut.

Son argument premier est la mise en avant des risques qui pourraient en résulter. C'est-à-dire une probable fragilisation ou dégradation du salariat ainsi que l'introduction d'une source de complexité et d'insécurité juridique supplémentaire, tant pour les plateformes, que pour le Code du travail qui est déjà victime de l'inflation des textes législatifs.

 

Une absence de statut qui n'est pas sans conséquence

 

L'activité de ces collaborateurs s'exerçant à l'écart de tout prélèvement fiscal et social le développement d'une certaine précarisation du travail, notamment sous le régime de l'auto-entreprenariat, ne doit pas être négligé tout comme la mise en place d'une protection juridique à l'égard des travailleurs indépendants afin de garantir leur pleine autonomie.

Ce dernier point avait d'ailleurs été strictement rappelé à la société Uber par les juges de la Commission du travail de Californie, Etat étant à l'origine de l'expansion de ce nouveau modèle économique. En effet par un jugement du 16 juin 2015, les juges ont estimé que les chauffeurs de la société devaient être traités comme des salariés et non des sous-traitants, les dirigeants de la start-up emblématique de l'économie collaborative étant impliqués dans chaque aspect des opérations, dictant des règles aux chauffeurs et désactivant l'application en cas d'inactivité de ces derniers au-delà de 180 jours (Labor Commission of the State of California, Case CGC-15-546378, Uber Technologies vs Barbara Berwick, 16 juin 2015). L'entreprise américaine a d'ailleurs conclu un accord à l'amiable entérinant le versement de près de 100 millions de dollars à quelque 385 ?000 chauffeurs et anciens chauffeurs.

Si pour le moment aucun contentieux prud'homal en la matière n'est établi en France, cette décision révèle qu'il est désormais indispensable pour l'entreprise, qui gère la plateforme, de définir avec précision la relation qu'elle entretient avec les individus travaillant pour son compte. Sous peine d'être condamnée, en cas de reconnaissance d'une dépendance économique et juridique des travailleurs à son égard, à une requalification de la relation contractuelle en contrat de travail. Ce qui impliquerait inévitablement de lourdes indemnités ainsi que des risques sur le plan pénal pour travail dissimulé.

L'Urssaf d'Ile-de-France a d'ailleurs engagé, à la rentrée 2015, deux procédures à l'encontre d'Uber, visant à faire reconnaître à ses chauffeurs, aujourd'hui considérés comme des indépendants, le statut de salariés. L'Urssaf fait valoir qu'il existerait un lien de subordination entre Uber et ses chauffeurs et a requalifié leur situation d'indépendants en salariés. De ce fait, elle réclame à Uber les cotisations sociales correspondantes.

Une deuxième poursuite se joue au pénal, auprès du procureur de la République de Paris. L'Urssaf lui a transmis un procès-verbal de travail dissimulé fondé sur le principe du détournement de statut. Le parquet a désormais la possibilité d'ouvrir une enquête préliminaire.
Compte tenu de tous ces enjeux Pascal TERRASSE préconise entre autre de s'appuyer sur le compte personnel d'activité pour instaurer une égalité de droits entre salariés et travailleurs indépendants  ou encore de préciser ce qui relève ou non d'une pratique amateur pour que les plateformes puissent, à partir du 1er juillet 2016, informer les utilisateurs de leurs obligations en matière de droit fiscal et social : finalement faux débat ou pas, l'économie collaborative aura au moins pour mérite d'être garante des droits des travailleurs et créatrice d'emploi.

 

LMC Partenaires

En bref !

23/03/2020 + Coronavirus - Loi d'urgence sanitaire du 23 mars 2020
Dans la nuit du samedi 21 au dimanche 22 mars 2020, l'Assemblée Nationale a voté le projet de loi permettant l'instauration d'un état d'urgence...
17/03/2020 + Les contrats UBER - existe-t-il un contrat de travail ?
La Cour de cassation a été appelée à se prononcer sur l'existence ou non d'un contrat de travail, entre une personne physique et un donneur d'ordre,...
01/03/2020 + L'entreprise et le Coronavirus Covid-19 : Comment réagir ?
Alors que les cas de contamination au coronavirus Covid-19 se multiplient en France, quelles sont les obligations des entreprises en matière de santé...
03/02/2020 + Comment traiter la déclaration des accidents du travail/accidents de trajet ?
Maître Gildas LE FRIEC du cabinet LMC Partenaires a animé la formation : Comment traiter la déclaration des accidents du travail/accidents de trajet...
01/02/2020 + Avocats spécialisés en baux commerciaux (Yvelines)
Dans les Yvelines, à Montigny-le-Bretonneux, des avocats spécialisés en baux commerciaux vous accompagnent pour la rédaction d'un bail commercial...
13/04/2017 - Le Droit et les robots : à l'heure de la révolution numérique (épisode I)
Blockchain, legal techs, big and open data... autant de termes qui constituent désormais une nouvelle langue étrangère dont les professionnels du...
07/04/2017 - La vie numérique après la mort
Facebook, Twitter, Instagram, banque en ligne, correspondance par mail, espaces clients... notre vie se déroule désormais en grande partie sur...
06/04/2017 - La cession de parts sociales n'emporte pas cession du compte-courant d'associés
Le compte-courant d'associés ne constitue pas un accessoire des parts sociales ou actions. C'est ce qu'est venue rappeler la Cour de cassation, dans...
30/03/2017 - Bail d'habitation et prescription
Par un arrêt rendu le 26 janvier 2017 (Civ. 3ème, 26 janvier 2017, n°15-27.580), la Cour de cassation est venue affirmer sa position selon laquelle...
24/03/2017 - Alerte à la clause : la garantie du passif en présence d'un cessionnaire peu diligent
La chambre commerciale de la Cour de cassation est venue rappeler le 25 janvier 2017 (Com. 25 janvier 2017, n°15-17.137 et 15-18.246) une solution de...
20/03/2017 - La Cour de Justice de l'Union Européenne lève le voile
  Sur un sujet aussi sensible que le port du voile ou de tout signe religieux en entreprise, une cohérence des différentes jurisprudences était...
17/03/2017 - La clause Molière : légale ou discriminatoire?
La clause dite “Molière” qui défraye la chronique depuis quelques temps, vise à imposer le français sur les chantiers publics afin de...
27/02/2017 - Le préjudice d'angoisse de mort imminente est-il indemnisable ?
La chambre criminelle de la Cour de cassation a le 27 septembre 2016 (n° de pourvoi : 15-83.309), dans un arrêt à tiroirs, précisé le concept de...
21/02/2017 - Cadres heures supplémentaires : vers une preuve impossible
Si la plupart des Cadres se voient aujourd'hui appliquer des clauses des forfaits jours, il n'est pas rare que la validité de ces clauses soit...
20/02/2017 - Agression par un mineur, la responsabilité civile du mineur est-elle engagée ?
La Cour de cassation est venue rappeler le 20 octobre 2016 (pourvoi n°15-25.465) le principe depuis longtemps acquis selon lequel la minorité de...
13/02/2017 - Détective privé et droit au respect à la vie privée
Les litiges en droit de la famille ou des assurances, pour ne citer qu'eux, sont régulièrement l'occasion d'une confrontation entre deux droits...
10/02/2017 - Détournement de fonds par un salarié : est-ce une faute lourde ?
LMC Partenaires revient sur une affaire délicate, le détournement de fonds d’un salarié. Cette action caractérisée comme intention de nuire peut-elle...
08/02/2017 - Quand les violences conjugales deviennent non constitutives d'un danger
La loi n°2010-769 du 9 juillet 2010 a créé un nouveau titre XIV au sein du Code civil, spécifique aux mesures de protection des victimes de violence....
07/02/2017 - Conditions de reconnaissance d'une faute inexcusable
Les avocats du cabinet LMC Partenaires reviennent sur l’une de ces affaires pour vous expliquer, en quoi la preuve de la faute inexcusable ne peut...
06/02/2017 - Déclaration d'insaisissabilité fragilisée, une aubaine pour le liquidateur judiciaire
La chambre commerciale de la Cour de cassation a, par un arrêt de revirement du 15 novembre 2016 (pourvoi n°14-26.287), donné au liquidateur...
COVID-19 ]
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr