Partage successoral

Partage successoral

Par jugement rendu le 31 mai 2016 le TGI de VERSAILLES, a décidé de faire application de deux testaments olographes et authentiques dans le cadre d’un partage successoral et de considérer notre cliente.

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

samedi 31 octobre 2020

Par jugement rendu le 31 mai 2016 le TGI de VERSAILLES, a décidé de faire application de deux testaments olographes et authentiques dans le cadre...

Samedi 10 décembre 2016

Par jugement rendu le 31 mai 2016 le TGI de VERSAILLES, a décidé de faire application de deux testaments olographes et authentiques dans le cadre d’un partage successoral et de considérer notre cliente comme légataire de l’entière quotité disponible de la succession de son père décédé, déboutant par la même occasion ses deux autres sœurs de leurs arguments.

Cette décision peut paraitre évidente, toutefois les deux testaments du défunt stipulaient que ce dernier « souhaitait » que sa fille soit pleinement propriétaire de plusieurs biens immobiliers.

Ses deux sœurs faisaient valoir entre autre, que le fait pour le défunt de « souhaiter » vouloir disposer des biens immobiliers ne permettait pas d’en déduire une volonté d’attribution des immeubles en question.

Les testaments étaient rédigés comme suit :

Aux termes du premier testament olographe, le défunt écrivait :

« je lègue à ma fille… l’entière quotité disponible de ma succession, souhaitant qu’elle dispose du bien immobilier situé… et de la maison située… avec les meubles et divers meublants. ».

Au terme du second testament cette fois avec une forme authentique, le défunt écrivait :

« Je révoque toutes dispositions antérieures et lègue à ma fille… l’entière quotité disponible, souhaitant qu’elle dispose de l’immeuble situé… et de la maison située… avec les meubles meublants ».

Le Tribunal de Grande Instance de Versailles, avait préalablement ordonné le partage des biens dépendant de la succession du défunt et débouté les adversaires de leur demande de nullité des testaments.

Les parties n’ayant pas réussi à trouver un accord devant le notaire, dans le cadre de l’élaboration de l’état liquidatif, le tribunal a de nouveau été saisi par notre cliente à l’effet d’obtenir l’application des deux testaments.

Les adversaires sollicitaient quant à elles la licitation des biens immobiliers concernés par les deux testaments ainsi que la vente aux enchères les meubles meublants.

Notre cliente par notre intermédiaire, s’opposait naturellement à cette demande de licitation, totalement contraire aux volontés du défunt.

Concernant la vente sur licitation, le tribunal a fait application des textes.

L’article 1361 du code de procédure civile dispose que le tribunal ordonne partage s’il peut avoir lieu, la vente à licitation si les conditions prévues à l’article 1378 réunies.

L’article 1377 du code de procédure civile prévoit, pour sa part, que le tribunal ordonne dans les conditions qu’il détermine la vente par adjudication des biens qui ne peuvent être partagés ou attribués.

Dans ces conditions, le Tribunal a débouté les adversaires de leur demande de vente par licitation des immeubles dépendant la succession.

Concernant la valorisation des immeubles dépendant la succession : deux expertises avaient été réalisées par les parties, à l’exception d’une expertise judiciaire contradictoire qui n’avait pas été ordonnée.

Par ailleurs, les deux expertises faisant ressortir des différences de valeurs vénales concernant les biens immobiliers en question.

Le Tribunal considérant comme c’est l’usage que les biens immobiliers doivent être valorisés à la date la plus proche du partage, a ordonné une mesure d’expertise et renvoyée les parties devant le notaire pour finaliser l’acte de partage.

Les juges de première instance n’ont donc absolument pas considéré que les termes employés par le défunt dans ces deux testaments consistant à exprimer « un souhait », posait difficultés pour attribuer les biens immobiliers à notre cliente ainsi que les meubles meublants, à charge pour elle de régler une soulte à ses soeurs.

Se posait également la question de la capacité financière pour notre cliente de racheter, au moyen d’une soulte, la part de ses sœurs.

Là encore aucune problématique n’a été soulevée par le Tribunal, qui a considéré être en possession de pièces suffisantes pour juger que notre cliente avait les liquidités nécessaires pour régler la part de ses sœurs.

Le Tribunal a considéré à juste titre que les deux testaments devaient recevoir application, écartant ainsi la demande de mise en vente aux enchères des biens immobiliers.

Cette décision est actuellement frappée d’appel. La Cour d’Appel suivra -t-elle le même raisonnement ?

Affaire à suivre !

(Jugement 1ère Chambre du TGI de VERSAILLES du 31 mai 2016 RG : 1406805).

En bref !

01/10/2020 + Avocat Divorce à Montigny-le-Bretonneux - Avocats LMC
Au sein du cabinet d’avocats LMC Partenaires à Montigny-le-Bretonneux, l’avocat en charge de votre demande de divorce sera à votre écoute et vous...
23/09/2020 + Les impayés en entreprise, comment les gérer ?
Crise économique et impayés en entreprise, comment les gérer ? La crise sanitaire a fait quasiment doubler le nombre de factures impayées mettant la...
10/08/2020 + Comment annuler un testament fait chez le notaire ?
Lors d'une succession, on distingue les testaments authentiques rédigés devant notaire, des testaments olographes. Comment annuler un testament fait...
29/06/2020 + Avocat en Droit du Travail à Montigny-le-Bretonneux
Le cabinet d’avocats LMC Partenaires à Montigny-le-Bretonneux regroupe des avocats en droit du travail qui accompagnent les entreprises dans...
14/05/2020 + Collecte de données personnelles par les employeurs rappels de la CNIL
Dans la perspective du déconfinement suite à la crise sanitaire de coronavirus COVID-19, la CNIL rappelle quelques principes concernant la collecte...
20/10/2017 - La résiliation judiciaire du contrat d'apprentissage
LA RÉSILIATION JUDICIAIRE DU CONTRAT D'APPRENTISSAGE - Procédure des référés - preuve de la faute grave. Ordonnance du CPH de RAMBOUILLET - Référés -...
14/10/2017 - Gestation pour autrui : Validation de l'adoption par l'époux du père
La gestation pour autrui reste prohibée en France, notamment par l'intermédiaire de l'article 16-7 du Code civil selon lequel toute convention...
05/10/2017 - Défaut d'autorisation de changement d'affectation d'un bail : nullité !
La Cour de cassation a eu l'occasion de revenir dans un arrêt rendu le 22 juin 2017 (Civ. 3ème, 322 juin 2017, n°16-17.946) sur les conséquences du...
02/10/2017 - Fin de vie : L'intervention du Conseil constitutionnel
Le traitement de la fin de vie fait régulièrement l'objet de débats et procédures judiciaires, notamment avec l'affaire très médiatisée de M. Vincent...
21/09/2017 - Cybercriminalité : Tous concernés !
Tout utilisateur d'internet a déjà été confronté à un acte malveillant, qu'il en soit devenu la victime ou qu'il soit parvenu à l'éviter.  Internet...
20/07/2017 - Clause de non concurrence : limitation oui, disproportion non !
La clause de non-concurrence, figure contractuelle depuis longtemps connue et utilisée au sein des contrats de travail ou d'affaires, continue...
23/06/2017 - Le cas « LIDL » : Comportement, inaptitude, reclassement et position du salarié.
Bien malgré elle, et par trois fois, la société LIDL a été au cœur, depuis la fin de l'année 2016, d'un revirement de la jurisprudence de la...
19/06/2017 - Législation actuelle sur le travail détaché
Les entreprises Européennes qui ont leur siège social hors de France, peuvent détacher temporairement leurs salariés en France pour y exercer une...
15/06/2017 - L'action de groupe nouvelle génération est arrivée !
La loi n°2016-1547 du 18 novembre 2016 dite de modernisation de la justice du XXIème siècle a apporté son lot de nouveautés, déjà évoquées au gré de...
05/06/2017 - VEFA : Le contrat de réservation est-il obligatoire ?
Un arrêt rendu par la 3ème chambre civile de la Cour de cassation le 27 avril 2017 (Civ. 3ème, 27 avril 2017, n°16-15.519) est l'occasion de revenir...
02/06/2017 - Mode d'emploi du nom de domaine
Qu'est-ce que le nom de domaine ? Le nom de domaine, réelle adresse postale sur la toile, peut être définit comme étant la dénomination unique à...
31/05/2017 - Clause dite Molière : Verdict !
Nous avions analysé dans notre article du 17 mars 2017 la légalité de la clause dite Molière concluant à son caractère discriminatoire....
30/05/2017 - Macron : Retour sur les propositions d'évolution du droit du travail
Les propositions d'évolution du droit du travail inscrites dans le programme d'Emmanuel MACRON : les accords d'entreprise, la Délégation Unique du...
22/05/2017 - Le sexe neutre ne passe pas regard d'avocats
Nous nous interrogions récemment à l'occasion d'un article relatif au transsexualisme et à l'intersexualisme, sur l'opportunité, l'intérêt...
18/05/2017 - Procédure collective et poursuite des contrats en cours : rappel à l'ordre du liquidateur mauvais payeur
La poursuite des contrats en cours est un sujet sans fin, concernant tant le débiteur que ses créanciers, dans le cadre des procédures collectives....
COVID-19 ]
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr