Partage successoral

Partage successoral

Par jugement rendu le 31 mai 2016 le TGI de VERSAILLES, a décidé de faire application de deux testaments olographes et authentiques dans le cadre d’un partage successoral et de considérer notre cliente.

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

vendredi 18 octobre 2019

Par jugement rendu le 31 mai 2016 le TGI de VERSAILLES, a décidé de faire application de deux testaments olographes et authentiques dans le cadre...

Samedi 10 décembre 2016

Par jugement rendu le 31 mai 2016 le TGI de VERSAILLES, a décidé de faire application de deux testaments olographes et authentiques dans le cadre d’un partage successoral et de considérer notre cliente comme légataire de l’entière quotité disponible de la succession de son père décédé, déboutant par la même occasion ses deux autres sœurs de leurs arguments.

Cette décision peut paraitre évidente, toutefois les deux testaments du défunt stipulaient que ce dernier « souhaitait » que sa fille soit pleinement propriétaire de plusieurs biens immobiliers.

Ses deux sœurs faisaient valoir entre autre, que le fait pour le défunt de « souhaiter » vouloir disposer des biens immobiliers ne permettait pas d’en déduire une volonté d’attribution des immeubles en question.

Les testaments étaient rédigés comme suit :

Aux termes du premier testament olographe, le défunt écrivait :

« je lègue à ma fille… l’entière quotité disponible de ma succession, souhaitant qu’elle dispose du bien immobilier situé… et de la maison située… avec les meubles et divers meublants. ».

Au terme du second testament cette fois avec une forme authentique, le défunt écrivait :

« Je révoque toutes dispositions antérieures et lègue à ma fille… l’entière quotité disponible, souhaitant qu’elle dispose de l’immeuble situé… et de la maison située… avec les meubles meublants ».

Le Tribunal de Grande Instance de Versailles, avait préalablement ordonné le partage des biens dépendant de la succession du défunt et débouté les adversaires de leur demande de nullité des testaments.

Les parties n’ayant pas réussi à trouver un accord devant le notaire, dans le cadre de l’élaboration de l’état liquidatif, le tribunal a de nouveau été saisi par notre cliente à l’effet d’obtenir l’application des deux testaments.

Les adversaires sollicitaient quant à elles la licitation des biens immobiliers concernés par les deux testaments ainsi que la vente aux enchères les meubles meublants.

Notre cliente par notre intermédiaire, s’opposait naturellement à cette demande de licitation, totalement contraire aux volontés du défunt.

Concernant la vente sur licitation, le tribunal a fait application des textes.

L’article 1361 du code de procédure civile dispose que le tribunal ordonne partage s’il peut avoir lieu, la vente à licitation si les conditions prévues à l’article 1378 réunies.

L’article 1377 du code de procédure civile prévoit, pour sa part, que le tribunal ordonne dans les conditions qu’il détermine la vente par adjudication des biens qui ne peuvent être partagés ou attribués.

Dans ces conditions, le Tribunal a débouté les adversaires de leur demande de vente par licitation des immeubles dépendant la succession.

Concernant la valorisation des immeubles dépendant la succession : deux expertises avaient été réalisées par les parties, à l’exception d’une expertise judiciaire contradictoire qui n’avait pas été ordonnée.

Par ailleurs, les deux expertises faisant ressortir des différences de valeurs vénales concernant les biens immobiliers en question.

Le Tribunal considérant comme c’est l’usage que les biens immobiliers doivent être valorisés à la date la plus proche du partage, a ordonné une mesure d’expertise et renvoyée les parties devant le notaire pour finaliser l’acte de partage.

Les juges de première instance n’ont donc absolument pas considéré que les termes employés par le défunt dans ces deux testaments consistant à exprimer « un souhait », posait difficultés pour attribuer les biens immobiliers à notre cliente ainsi que les meubles meublants, à charge pour elle de régler une soulte à ses soeurs.

Se posait également la question de la capacité financière pour notre cliente de racheter, au moyen d’une soulte, la part de ses sœurs.

Là encore aucune problématique n’a été soulevée par le Tribunal, qui a considéré être en possession de pièces suffisantes pour juger que notre cliente avait les liquidités nécessaires pour régler la part de ses sœurs.

Le Tribunal a considéré à juste titre que les deux testaments devaient recevoir application, écartant ainsi la demande de mise en vente aux enchères des biens immobiliers.

Cette décision est actuellement frappée d’appel. La Cour d’Appel suivra -t-elle le même raisonnement ?

Affaire à suivre !

(Jugement 1ère Chambre du TGI de VERSAILLES du 31 mai 2016 RG : 1406805).

En bref !

11/10/2019 + Comment annuler un testament fait chez le notaire ?
Lors d'une succession, on distingue les testaments authentiques (devant le notaire) des testaments olographes. Comment annuler un testament fait chez...
02/10/2019 + Avocat en Droit du travail à Montigny le Bretonneux
Les relations entre les employeurs et les salariés, encadrées par un contrat de travail posent de nombreux problèmes. Des avocats en Droit du...
23/09/2019 + Egalité professionnelle femmes - hommes : obligations des entreprises
Egalité professionnelle femmes - hommes et obligations des entreprises. Venez échanger sur la loi et ses enjeux le jeudi 03/10/2019
28/07/2019 + Succession entre époux : avocats spécialisés en Droit des successions à Montigny
Les Avocats spécialisés en droit des successions de LMC Partenaires à Montigny vous conseilleront sur la succession entre époux et vous...
23/07/2019 + Le barème d'indemnisation validé par la Cour
Avis de l’Assemblée plénière de la Cour de cassation du 17 juillet 2019. La mesure phare de la réforme du droit du travail, le barème d'indemnisation...
31/05/2016 - Quand le droit de grève se transforme en abus !
Si vous avez la force nous avons le droit, telle pourrait être la maxime du présent conflit opposant une majorité des syndicats-salariés à l'entrée...
26/05/2016 - L'avènement des objets connectés, entre opportunités et dangers
A la suite d'une enquête réalisée en février 2016, l'institut Opinion Way a publié un sondage estimant à 44% la part des français ayant le sentiment...
23/05/2016 - Consentement à l'acte de cautionnement : quels sont les risques ?
Conformément à l'article 1415 du Code civil : « Chacun des époux ne peut engager que ses biens propres et ses revenus, par un cautionnement ou un...
19/05/2016 - Attention à la taxe professionnelle lors de la vente du fonds de commerce !
Conformément à l'article 1478 du CGI : La cotisation foncière des entreprises est due pour l’année entière par le redevable qui exerce...
16/05/2016 - Devoir de conseil et mise en garde : les obligations de votre banque !
Par un arrêt en date du 9 février 2016 (n°14-23.210), la chambre commerciale de la Cour de cassation a apporté d'utiles précisions quant aux devoirs...
11/05/2016 - Les « Panama Papers » : quelles sanctions pour les évadés fiscaux ?
A la suite d'une fuite d'informations, le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) a eu accès à plus de 11 millions de...
13/04/2016 - Epuisement des droits de marque : un moyen de défense
Par une décision du 10 novembre 2015 (n°14-11.479), la chambre commerciale de la Cour de cassation a eu l'occasion de préciser le régime de la preuve...
06/04/2016 - Le bail commercial et la restriction de concurrence
Par un arrêt du 26 novembre 2015 (aff. C-345/14, SIA Maxima Latvija), la Cour de Justice de l'Union Européenne (CJUE) a eu l'occasion de s'intéresser...
30/03/2016 - BNP Paribas suspectée de pratiques commerciales trompeuses
Accusée de pratiques commerciales trompeuses, BNP Paribas a comparu devant le Tribunal correctionnel de Paris lundi 8 février 2016. Sans surprise,...
23/03/2016 - La mise en demeure de Facebook par la CNIL
Le 26 janvier 2016, la Commission Nationale Informatique et Liberté (CNIL) a mis en demeure le géant de l'Internet Facebook de régulariser sa...
14/03/2016 - La retranscription : plus qu'un devoir journalistique, une obligation légale
Par une décision remarquée du 23 juin 2015, la chambre criminelle de la Cour de cassation a confirmé la condamnation d'Edwy Plenel, en sa qualité de...
10/03/2016 - La webcam, nouvel instrument de maintien des liens familiaux ?
La webcam, nouvel instrument de maintien des liens familiaux ? Les innovations numériques irriguent aujourd'hui l'ensemble de la société et...
04/03/2016 - La réforme du droit des contrats, vers un renouvellement du Code civil
Par une décision du 28 avril 2005, le Conseil constitutionnel a consacré un objectif de valeur constitutionnel d'accessibilité et d'intelligibilité...
02/03/2016 - La ponctualité une obligation de résultat pour la SNCF
Par un arrêt du 14 janvier 2016 (Civ. 1ère, 14 janvier 2016, n°14-28227), la Cour de cassation a affirmé que : l'obligation de ponctualité à laquelle...
29/02/2016 - Les conditions de la femme en milieu carcéral : abandon du principe de parité
Dans un avis en date du 25 janvier 2016, la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) Adeline Hazan tire la sonnette d'alarme...
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr