Partage successoral

Partage successoral

Par jugement rendu le 31 mai 2016 le TGI de VERSAILLES, a décidé de faire application de deux testaments olographes et authentiques dans le cadre d’un partage successoral et de considérer notre cliente.

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

vendredi 19 avril 2019

Par jugement rendu le 31 mai 2016 le TGI de VERSAILLES, a décidé de faire application de deux testaments olographes et authentiques dans le cadre...

Samedi 10 décembre 2016

Par jugement rendu le 31 mai 2016 le TGI de VERSAILLES, a décidé de faire application de deux testaments olographes et authentiques dans le cadre d’un partage successoral et de considérer notre cliente comme légataire de l’entière quotité disponible de la succession de son père décédé, déboutant par la même occasion ses deux autres sœurs de leurs arguments.

Cette décision peut paraitre évidente, toutefois les deux testaments du défunt stipulaient que ce dernier « souhaitait » que sa fille soit pleinement propriétaire de plusieurs biens immobiliers.

Ses deux sœurs faisaient valoir entre autre, que le fait pour le défunt de « souhaiter » vouloir disposer des biens immobiliers ne permettait pas d’en déduire une volonté d’attribution des immeubles en question.

Les testaments étaient rédigés comme suit :

Aux termes du premier testament olographe, le défunt écrivait :

« je lègue à ma fille… l’entière quotité disponible de ma succession, souhaitant qu’elle dispose du bien immobilier situé… et de la maison située… avec les meubles et divers meublants. ».

Au terme du second testament cette fois avec une forme authentique, le défunt écrivait :

« Je révoque toutes dispositions antérieures et lègue à ma fille… l’entière quotité disponible, souhaitant qu’elle dispose de l’immeuble situé… et de la maison située… avec les meubles meublants ».

Le Tribunal de Grande Instance de Versailles, avait préalablement ordonné le partage des biens dépendant de la succession du défunt et débouté les adversaires de leur demande de nullité des testaments.

Les parties n’ayant pas réussi à trouver un accord devant le notaire, dans le cadre de l’élaboration de l’état liquidatif, le tribunal a de nouveau été saisi par notre cliente à l’effet d’obtenir l’application des deux testaments.

Les adversaires sollicitaient quant à elles la licitation des biens immobiliers concernés par les deux testaments ainsi que la vente aux enchères les meubles meublants.

Notre cliente par notre intermédiaire, s’opposait naturellement à cette demande de licitation, totalement contraire aux volontés du défunt.

Concernant la vente sur licitation, le tribunal a fait application des textes.

L’article 1361 du code de procédure civile dispose que le tribunal ordonne partage s’il peut avoir lieu, la vente à licitation si les conditions prévues à l’article 1378 réunies.

L’article 1377 du code de procédure civile prévoit, pour sa part, que le tribunal ordonne dans les conditions qu’il détermine la vente par adjudication des biens qui ne peuvent être partagés ou attribués.

Dans ces conditions, le Tribunal a débouté les adversaires de leur demande de vente par licitation des immeubles dépendant la succession.

Concernant la valorisation des immeubles dépendant la succession : deux expertises avaient été réalisées par les parties, à l’exception d’une expertise judiciaire contradictoire qui n’avait pas été ordonnée.

Par ailleurs, les deux expertises faisant ressortir des différences de valeurs vénales concernant les biens immobiliers en question.

Le Tribunal considérant comme c’est l’usage que les biens immobiliers doivent être valorisés à la date la plus proche du partage, a ordonné une mesure d’expertise et renvoyée les parties devant le notaire pour finaliser l’acte de partage.

Les juges de première instance n’ont donc absolument pas considéré que les termes employés par le défunt dans ces deux testaments consistant à exprimer « un souhait », posait difficultés pour attribuer les biens immobiliers à notre cliente ainsi que les meubles meublants, à charge pour elle de régler une soulte à ses soeurs.

Se posait également la question de la capacité financière pour notre cliente de racheter, au moyen d’une soulte, la part de ses sœurs.

Là encore aucune problématique n’a été soulevée par le Tribunal, qui a considéré être en possession de pièces suffisantes pour juger que notre cliente avait les liquidités nécessaires pour régler la part de ses sœurs.

Le Tribunal a considéré à juste titre que les deux testaments devaient recevoir application, écartant ainsi la demande de mise en vente aux enchères des biens immobiliers.

Cette décision est actuellement frappée d’appel. La Cour d’Appel suivra -t-elle le même raisonnement ?

Affaire à suivre !

(Jugement 1ère Chambre du TGI de VERSAILLES du 31 mai 2016 RG : 1406805).

En bref !

12/04/2019 + Appréciation du caractère disproportionné du cautionnement
Appréciation du caractère disproportionné du cautionnement : Le Cabinet LMC PARTENAIRES obtient l’inopposabilité d’une caution donnée par un...
11/04/2019 + Elaboration d'un accord d'entreprise sur le télétravail
Le 5 avril dernier LMC Partenaires a proposé une formation sur 'l'élaboration d'un accord d'entreprise sur le télétravail' lors des après-midis du...
09/04/2019 + L’audit social dans le cadre de la reprise d’une entreprise n’est pas qu’une fable
LE REPRENEUR ET L’INSPECTEUR (DU TRAVAIL) : La raison du plus fort est toujours la meilleure - L’audit social dans le cadre de la reprise d’une...
04/04/2019 + L'inconventionnalité du barème rejetée par le Conseil des Prud'hommes
Le Conseil des Prud’hommes de Paris, Section Commerce, rejette le 27/12/2019 l’inconventionnalité du barème d'indemnité pour licenciement sans cause...
30/03/2019 + Licenciement fondé sur des faits de vol : le pénal s'impose
Licenciement fondé sur des faits de vol et relaxe du salarié devant les juridictions pénales : le pénal s’impose.
01/02/2017 - Comportement violent et agressif : cause de licenciement ou faute grave ?
Peut-on licencier un employé parce qu’il affiche un comportement violent ou agressif ? Voilà une question sur laquelle le cabinet d’avocats LMC...
31/01/2017 - Le droit à la déconnexion à l’ère de la surconnexion
Surinformation, hyperconnexion, "infobésité"[1]...  autant de termes pour désigner une réalité unique : le numérique a envahi la sphère...
27/01/2017 - Que faire en cas d'infraction par un salarié avec son véhicule de société ?
Par l'arrêté du 15 décembre 2016, il est précisé les obligations de l'employeur lorsqu'un de ses salariés est l'auteur d'une infraction routière...
24/01/2017 - Gildas LE FRIEC, nouvel associé au sein du cabinet LMC Partenaires
Le cabinet d'avocats LMC Partenaires vous présente son nouvel associé Maître Gildas LE FRIEC. Dans cet article Gildas LE FRIEC revient sur son...
23/01/2017 - Dépistage de drogue et test salivaire dans le milieu professionnel
La jurisprudence a validé d'ores et déjà le fait qu'un employeur puisse procéder à un contrôle d'alcoolémie sur un salarié en activité...
13/12/2016 - Arrêt de l’exécution provisoire d’une décision
Il est tellement difficile d’obtenir de nos juges l’arrêt de l’exécution provisoire d’une décision, qu’il est apparu nécessaire de communiquer sur...
12/12/2016 - Faux et usage de faux à l’occasion de la cession de titres d’une société ?
Une adversaire contestait avoir apposé sa signature sur des ordres de mouvements de titres d’une société, remettant ainsi en cause la cession de ses...
11/12/2016 - Mise en œuvre des garanties d’actif et de passif suite à la cession d’une Entreprise
Dans deux arrêts rendus respectivement par les Cours d’Appel de Versailles et Paris, nous avons gagné dans des affaires dans lesquelles était remis...
10/12/2016 - Partage successoral
Par jugement rendu le 31 mai 2016 le TGI de VERSAILLES, a décidé de faire application de deux testaments olographes et authentiques dans le cadre...
28/07/2016 - Précisions sur l'obligation de reclassement des salariés inaptes
Par un arrêt du 31 mars 2016 publié au bulletin (n° de pourvoi 14-28314), la chambre sociale de la Cour de cassation est venue préciser les modalités...
25/07/2016 - L'impact de l' économie collaborative sur le droit du travail !
Si bon nombre de juristes pensaient que la reconnaissance par la chambre sociale de la qualité de «salarié» aux participants d’une émission de...
21/07/2016 - Définition du compte personnel de prévention de la pénibilité
Institué par la loi n° 2014-40 du 20 janvier 2014 garantissant l’avenir et la justice du système de retraites, le compte personnel de...
19/07/2016 - Le délit d'entrave redéfini par la loi MACRON
L'Article 262 de la loi MACRON du 6 Aout 2015 amoindrit le risque d'emprisonnement pour le délit d'entrave aux institutions représentatives du...
15/07/2016 - Loi Macron : la nouvelle justice prud'homale est arrivée et entre en vigueur le 1er août 2016
La loi n°2015-990 du 6 août 2015 (dite Loi MACRON) et le décret n°2016-660 du 20 mai 2016 ont réformé de manière profonde la justice prud'homale. En...
23/06/2016 - La haute protection rattachée aux marques de renommée
Par un arrêt du 12 avril 2016 (n°14-29414), la chambre commerciale de la Cour de cassation est venue rappeler la protection particulière dont...
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr