Mise en œuvre des garanties d’actif et de passif suite à la cession d’une Entreprise

Mise en œuvre des garanties d’actif et de passif suite à la cession d’une Entreprise

Dans deux arrêts rendus respectivement par les Cours d’Appel de Versailles et Paris, nous avons gagné dans des affaires dans lesquelles était remis en cause le prix de cession d’une société.

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

vendredi 19 avril 2019

Dans deux arrêts rendus respectivement par les Cours d’Appel de Versailles et Paris, nous avons gagné dans des affaires dans lesquelles était remis...

Dimanche 11 décembre 2016

Dans deux arrêts rendus respectivement par les Cours d’Appel de Versailles et Paris, nous avons gagné dans des affaires dans lesquelles était remis en cause le prix de cession d’une société.

Dans la première affaire, nos clients avaient vendu une société ayant pour activité le transport sanitaire par ambulances et véhicules sanitaires légers (VSL).

Postérieurement à cette cession, l’acquéreur indiquait avoir découvert l’existence de surfacturations à la sécurité sociale de très nombreux transports accomplis en VSL.

Cette pratique, qui consistait selon lui, à transformer des transports groupés à tarif réduit en transports individuels sans décote tarifaire, conduisait à une augmentation artificielle du chiffres d’affaires réalisé par la société cédée et donc à une augmentation artificielle du prix de cession.

L’adversaire invoquait également la communication de faux bilans comportant un chiffre d’affaires surévalué, et constitutif d’un dol.

Le préjudice résultait selon lui de la diminution très significative du chiffre d’affaires de la société rachetée, de la surélévation du prix de cession ainsi que dans les charges financières nées de l’emprunt contracté pour acheter la société. Il en résultait en outre des risques vis-à-vis de la sécurité sociale. Le préjudice était évalué à 400 796 €, outre 50 000 € titre du préjudice moral.

Nos clients, par notre intermédiaire, faisaient valoir que l’adversaire ne pouvait agir en dommages et intérêts, mais devait invoquer une clause d’indemnisation fixée dans la convention de garantie et limitée à 300 000 €. Il était bien évidemment contesté l’existence de pratiques de facturations douteuses. Aucune preuve n’était rapportée quant à l’inexactitude des bilans communiqués, et le dol n’était pas démontré.

Il était souligné en outre que les comptes de la société avaient été audités pour le compte de l’acheteur par des professionnels avant l’acquisition. Les chiffres fournis par l’adversaire pour attester d’une diminution du chiffre d’affaires étaient fictifs et fabriqués pour tromper le Tribunal.

Cette diminution de chiffre d’affaires résultait en réalité d’un changement de politique du nouveau dirigeant.

L’adversaire tentait de contrer cette argumentation en soulignant qu’il avait découvert des fiches journalières émises par les ambulanciers relativement aux transports effectués, entachées d’incohérences dans les horaires, et qui avaient fait l’objet de modifications a posteriori ayant conduit à l’émission de factures surévaluées.

Le Tribunal de Commerce n’a pas retenue pour probante d’une surfacturation éventuelle, les fiches journalières qui n’étaient accompagnées d’aucune facture correspondante.

Il a également été considéré que le cédant avait accompagné le cessionnaire, et que ce dernier avait la possibilité de vérifier pendant toute cette période les différentes procédures opérationnelles aboutissant à l’émission des factures.

Le Tribunal de Commerce par jugement rendu le 23 janvier 2016, a donc considéré que l’adversaire ne produisait aucun élément permettant d’établir de manière certaine l’existence de manœuvres de dolosives de la part de nos clients.

L’adversaire interjeté appel de cette décision devant la Cour d’Appel de Versailles, qui aux termes d’un arrêt rendu le 24 mai 2016, a également écarté les manœuvres dolosives.

La Cour a en effet considéré, que les fiches journalières telles qu’établies par les cédants, constituaient des documents internes de travail qu’aucun texte ne leur imposait.

Par ailleurs les magistrats du second degré ont considéré qu’aucune surfacturation et aucune surélévation du chiffre d’affaires ne pouvait se déduire de tels documents dont la corrélation avec les quelques factures produites aux débats n’était pas établie.

La Cour a également suivi notre raisonnement considérant que le cessionnaire avait fait procéder à un audit avant la signature définitive de l’acte de cession, et qu’il avait la possibilité de vérifier durant cette période les procédures opérationnelles aboutissant à l’émission des factures critiquées.

La Cour a donc bel et bien considéré que nos clients avaient correctement accompagnés les repreneurs, et qu’ils n’avaient ni surfacturé des prestations ni fraudé la Sécurité Sociale !

(Arrêt de la Cour d’Appel de Versailles du 24 mai 2016 12 ème chambre)

 

Dans la seconde affaire, notre client avait cédé les titres de sa société. Une garantie d’actif et de passif était prévue dans l’acte de cession doublée d’une caution de notre client.

Le cessionnaire contestait la réalité économique et comptable de deux factures émises quelques jours avant la cession et demandait le règlement de la somme de 75.000 euros au titre de la garantie.

Le texte de la garantie prévoyait d’indemniser toute augmentation de passif non révélé ou réduction d’actif et de tout préjudice subi par le bénéficiaire imputable à une omission ou une insuffisance de déclaration du garant, ou la conséquence de tout redressement par l’administration.

À l’issue des débats de première instance, le Tribunal de Commerce a considéré que les deux factures évoquées avaient bien été réglées par notre cliente et figuraient dans le bilan de la société au poste factures à établir, ce qui n’était pas contesté par la partie adverse.

Le Tribunal a considéré dès lors que le préjudice évoqué lié à la réalité économique de la société ayant entraîné une survalorisation de cette dernière, n’était strictement pas couvert par la convention de garantie.

Si les factures évoquées ne détaillaient pas les prestations facturées, il était indiqué que ces factures recouvraient une série de prestations recouvrent des frais de logistique, de support technique et commercial, d’entretien et d’expertise pour l’évaluation de nouveaux produits.

Ainsi le Tribunal a considéré qu’il n’était pas établi que les factures évoquées étaient injustifiées.

Le Tribunal de Commerce de Paris nous a donc donné gain de cause. L’adversaire a fait appel de cette décision.

Toutefois, la Cour d’Appel de Paris a écarté les arguments du cessionnaire, considérant que ces factures s’inscrivaient dans les pratiques commerciales antérieures de la société et la politique économique du groupe. Ni le défaut de sincérité des comptes, ni le caractère artificiel et inhabituel de cette facturation n’a été établie, de sorte que la surfacturation a également été écartée.

(Jugement du 3 avril 2014 rendu par le Tribunal de Commerce de Paris et Arrêt rendu le 2 juin 2015 par la Cour d’Appel de Paris)

En bref !

12/04/2019 + Appréciation du caractère disproportionné du cautionnement
Appréciation du caractère disproportionné du cautionnement : Le Cabinet LMC PARTENAIRES obtient l’inopposabilité d’une caution donnée par un...
11/04/2019 + Elaboration d'un accord d'entreprise sur le télétravail
Le 5 avril dernier LMC Partenaires a proposé une formation sur 'l'élaboration d'un accord d'entreprise sur le télétravail' lors des après-midis du...
09/04/2019 + L’audit social dans le cadre de la reprise d’une entreprise n’est pas qu’une fable
LE REPRENEUR ET L’INSPECTEUR (DU TRAVAIL) : La raison du plus fort est toujours la meilleure - L’audit social dans le cadre de la reprise d’une...
04/04/2019 + L'inconventionnalité du barème rejetée par le Conseil des Prud'hommes
Le Conseil des Prud’hommes de Paris, Section Commerce, rejette le 27/12/2019 l’inconventionnalité du barème d'indemnité pour licenciement sans cause...
30/03/2019 + Licenciement fondé sur des faits de vol : le pénal s'impose
Licenciement fondé sur des faits de vol et relaxe du salarié devant les juridictions pénales : le pénal s’impose.
27/02/2017 - Le préjudice d'angoisse de mort imminente est-il indemnisable ?
La chambre criminelle de la Cour de cassation a le 27 septembre 2016 (n° de pourvoi : 15-83.309), dans un arrêt à tiroirs, précisé le concept de...
21/02/2017 - Cadres – Heures supplémentaires : vers une preuve impossible ?
Cadres – heures supplémentaires : vers une preuve impossible ? Si la plupart des Cadres se voient aujourd'hui appliquer des clauses des...
20/02/2017 - Agression par un mineur, la responsabilité civile du mineur est-elle engagée ?
La Cour de cassation est venue rappeler le 20 octobre 2016 (pourvoi n°15-25.465) le principe depuis longtemps acquis selon lequel la minorité de...
13/02/2017 - Détective privé et droit au respect à la vie privée
Les litiges en droit de la famille ou des assurances, pour ne citer qu'eux, sont régulièrement l'occasion d'une confrontation entre deux droits...
10/02/2017 - Détournement de fonds par un salarié : est-ce une faute lourde ?
LMC Partenaires revient sur une affaire délicate, le détournement de fonds d’un salarié. Cette action caractérisée comme intention de nuire peut-elle...
08/02/2017 - Quand les violences conjugales deviennent non constitutives d'un danger
La loi n°2010-769 du 9 juillet 2010 a créé un nouveau titre XIV au sein du Code civil, spécifique aux mesures de protection des victimes de violence....
07/02/2017 - Conditions de reconnaissance d'une faute inexcusable
Les avocats du cabinet LMC Partenaires reviennent sur l’une de ces affaires pour vous expliquer, en quoi la preuve de la faute inexcusable ne peut...
06/02/2017 - Déclaration d'insaisissabilité fragilisée, une aubaine pour le liquidateur judiciaire
La chambre commerciale de la Cour de cassation a, par un arrêt de revirement du 15 novembre 2016 (pourvoi n°14-26.287), donné au liquidateur...
02/02/2017 - Permis de louer les nouvelles conditions de la loi ALUR
La fin de l'année à vue arriver une nouvelle couche pour le mille-feuille normatif qu'est devenue la loi ALUR. Pour rappel la loi ALUR pour l'accès...
02/02/2017 - Salarié en mission à l’étranger les obligations de l'employeur en matière de santé et sécurité
Salarié en mission à l’étranger : obligation de l’employeur en matière de santé et de sécurité. Conseil de Prud’hommes de RAMBOUILLET – jugement du...
01/02/2017 - Comportement violent et agressif : cause de licenciement ou faute grave ?
Peut-on licencier un employé parce qu’il affiche un comportement violent ou agressif ? Voilà une question sur laquelle le cabinet d’avocats LMC...
31/01/2017 - Le droit à la déconnexion à l’ère de la surconnexion
Surinformation, hyperconnexion, "infobésité"[1]...  autant de termes pour désigner une réalité unique : le numérique a envahi la sphère...
27/01/2017 - Que faire en cas d'infraction par un salarié avec son véhicule de société ?
Par l'arrêté du 15 décembre 2016, il est précisé les obligations de l'employeur lorsqu'un de ses salariés est l'auteur d'une infraction routière...
24/01/2017 - Gildas LE FRIEC, nouvel associé au sein du cabinet LMC Partenaires
Le cabinet d'avocats LMC Partenaires vous présente son nouvel associé Maître Gildas LE FRIEC. Dans cet article Gildas LE FRIEC revient sur son...
23/01/2017 - Dépistage de drogue et test salivaire dans le milieu professionnel
La jurisprudence a validé d'ores et déjà le fait qu'un employeur puisse procéder à un contrôle d'alcoolémie sur un salarié en activité...
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr