Arrêt de l’exécution provisoire d’une décision

Arrêt de l’exécution provisoire d’une décision

Il est tellement difficile d’obtenir de nos juges l’arrêt de l’exécution provisoire d’une décision, qu’il est apparu nécessaire de communiquer sur l’un de nos dossiers dans lequel nous l’avons obtenu.

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

samedi 28 mars 2020

Il est tellement difficile d’obtenir de nos juges l’arrêt de l’exécution provisoire d’une décision, qu’il est apparu nécessaire de communiquer sur...

Mardi 13 décembre 2016

Il est tellement difficile d’obtenir de nos juges l’arrêt de l’exécution provisoire d’une décision, qu’il est apparu nécessaire de communiquer sur l’un de nos dossiers dans lequel nous l’avons obtenu en référé devant la Cour d’appel de RENNES, le 24 juin 2015.

Notre client, pharmacien, a acquis une officine pharmaceutique située à Paris, financé par un emprunt bancaire et cautionné par un organisme de cautionnement mutuel pour un montant d’environ 1 200 000 €.

Au titre des garanties exigées par la banque, notre client a dû se porter caution pour la somme de 200 000 €.

Suite à cette acquisition, des difficultés de trésorerie se sont posées.

Notre client pharmacien a tenté de renégocier ses conditions d’emprunt et de découvert bancaire avec sa banque mais sans succès.

Parallèlement, son seul fournisseur de produits pharmaceutiques, lui indiquait suspendre toute livraison s’il ne s’engageait pas personnellement à reconnaître la créance dont la société était redevable et à lui donner également une garantie personnelle.

C’est dans ces conditions que le fournisseur de produits pharmaceutiques a obtenu de sa part un nantissement sur son fonds de commerce pour environ 150 000 €, outre sa caution personnelle pour environ 150 000 €.

Une procédure de redressement judiciaire convertie en liquidation judiciaire était mise en œuvre.

Notre client pharmacien était donc poursuivi en qualité de caution.

Ayant été assigné à une mauvaise adresse, notre client pharmacien était condamné à hauteur de sa caution par le Tribunal de Commerce de Brest, sans pouvoir faire valoir ses arguments défense.

Il a donc été fait appel de la décision devant la Cour d’Appel de Rennes.

Le Tribunal de Commerce de Brest avait toutefois assorti son jugement de l’exécution provisoire.

Le fournisseur de produits pharmaceutiques entendait donc voir exécuter la décision, malgré l’appel.

C’est dans ces conditions que notre client a souhaité introduire une demande tendant à obtenir la suspension de l’exécution provisoire devant le premier président de la Cour d’Appel de Rennes.

Dans ce cadre, nous avons soutenu que la décision de première instance encourait manifestement la censure de la Cour d’Appel.

Il a été mis en évidence que l’acte de cautionnement exigé par le fournisseur de produits pharmaceutiques s’avérait être des plus contestables dans la mesure où il n’avait pas été vérifié la solvabilité de notre client.

Par ailleurs il était mis en évidence le fait que notre client avait dû se porter caution tant à l’égard de la banque pour 200 000 € qu’à l’égard de son fournisseur pharmaceutique pour environ 150 000 €. L’intégralité de la situation personnelle et financière de notre client a été exposée auprès du juge d’appel tendant à prouver, il ne détenait absolument pas l’équivalent de 350 000 € lors de la signature des actes de caution. Il était en outre souligné que notre client n’était signataire que d’un contrat à durée déterminée et que le versement de son salaire ainsi que celui de son épouse, ne permettait en aucun cas de régler le montant de la caution, une fois ses charges fixes incompressibles réglées.

Il était également mis en évidence le fait que le seul bien immobilier qu’il détenait en indivision avec son épouse était mis en vente et qu’aucun acquéreur ne s’était manifesté jusqu’alors.

Notre client par notre intermédiaire a également souligné le fait que le fournisseur de produits pharmaceutiques avait pris d’autres garanties telles q’une inscription d’hypothèque judiciaire provisoire sur son bien immobilier détenu en indivision avec son épouse.

À l’analyse de ces développements est convaincu par notre argumentation, le Président de la Cour d’Appel de Rennes, considérant que l’exécution de la décision entrainait des conséquences manifestement excessives, a ordonné l’arrêt de l’exécution provisoire fixée par le Tribunal de Commerce de BREST le 20 février 2015, estimant que notre client n’avait plus aucune disponibilité, une fois ses charges réglées au moyen de son salaire.

La Cour a également pris en compte le fait que ses capacités de crédit étaient quasi-nulles. Une excellente décision en attendant de connaitre le sort de l’instant au fond dans le cadre de laquelle est contesté l’acte de caution.

A suivre donc.

(Ordonnance de référé du 24 juin 2015 de la Cour d’Appel de RENNES)

En bref !

23/03/2020 + Coronavirus - Loi d'urgence sanitaire du 23 mars 2020
Dans la nuit du samedi 21 au dimanche 22 mars 2020, l'Assemblée Nationale a voté le projet de loi permettant l'instauration d'un état d'urgence...
17/03/2020 + Les contrats UBER - existe-t-il un contrat de travail ?
La Cour de cassation a été appelée à se prononcer sur l'existence ou non d'un contrat de travail, entre une personne physique et un donneur d'ordre,...
01/03/2020 + L'entreprise et le Coronavirus Covid-19 : Comment réagir ?
Alors que les cas de contamination au coronavirus Covid-19 se multiplient en France, quelles sont les obligations des entreprises en matière de santé...
03/02/2020 + Comment traiter la déclaration des accidents du travail/accidents de trajet ?
Maître Gildas LE FRIEC du cabinet LMC Partenaires a animé la formation : Comment traiter la déclaration des accidents du travail/accidents de trajet...
01/02/2020 + Avocats spécialisés en baux commerciaux (Yvelines)
Dans les Yvelines, à Montigny-le-Bretonneux, des avocats spécialisés en baux commerciaux vous accompagnent pour la rédaction d'un bail commercial...
04/05/2017 - Transsexualisme : la simplification du changement de sexe
La loi dite de modernisation de la justice du XXIème siècle du 18 novembre 2016 n°2016-1547, a apporté une modification majeure  pour les personnes...
03/05/2017 - Retour sur la réforme de la prescription en matière pénale
La loi n°2017-242 du 27 février 2017 portant réforme de la prescription en matière pénale a été promulguée à la suite de longs débats et navettes...
14/04/2017 - Les robots et le droit : vers la consécration juridique (épisode II)
Dans le premier épisode de cette courte série dédiée à la révolution numérique, nous avions évoqué l'impact des technologies de l'information sur la...
13/04/2017 - Le Droit et les robots : à l'heure de la révolution numérique (épisode I)
Blockchain, legal techs, big and open data... autant de termes qui constituent désormais une nouvelle langue étrangère dont les professionnels du...
07/04/2017 - La vie numérique après la mort
Facebook, Twitter, Instagram, banque en ligne, correspondance par mail, espaces clients... notre vie se déroule désormais en grande partie sur...
06/04/2017 - La cession de parts sociales n'emporte pas cession du compte-courant d'associés
Le compte-courant d'associés ne constitue pas un accessoire des parts sociales ou actions. C'est ce qu'est venue rappeler la Cour de cassation, dans...
30/03/2017 - Bail d'habitation et prescription
Par un arrêt rendu le 26 janvier 2017 (Civ. 3ème, 26 janvier 2017, n°15-27.580), la Cour de cassation est venue affirmer sa position selon laquelle...
24/03/2017 - Alerte à la clause : la garantie du passif en présence d'un cessionnaire peu diligent
La chambre commerciale de la Cour de cassation est venue rappeler le 25 janvier 2017 (Com. 25 janvier 2017, n°15-17.137 et 15-18.246) une solution de...
20/03/2017 - La Cour de Justice de l'Union Européenne lève le voile
  Sur un sujet aussi sensible que le port du voile ou de tout signe religieux en entreprise, une cohérence des différentes jurisprudences était...
17/03/2017 - La clause Molière : légale ou discriminatoire?
La clause dite “Molière” qui défraye la chronique depuis quelques temps, vise à imposer le français sur les chantiers publics afin de...
27/02/2017 - Le préjudice d'angoisse de mort imminente est-il indemnisable ?
La chambre criminelle de la Cour de cassation a le 27 septembre 2016 (n° de pourvoi : 15-83.309), dans un arrêt à tiroirs, précisé le concept de...
21/02/2017 - Cadres heures supplémentaires : vers une preuve impossible
Si la plupart des Cadres se voient aujourd'hui appliquer des clauses des forfaits jours, il n'est pas rare que la validité de ces clauses soit...
20/02/2017 - Agression par un mineur, la responsabilité civile du mineur est-elle engagée ?
La Cour de cassation est venue rappeler le 20 octobre 2016 (pourvoi n°15-25.465) le principe depuis longtemps acquis selon lequel la minorité de...
13/02/2017 - Détective privé et droit au respect à la vie privée
Les litiges en droit de la famille ou des assurances, pour ne citer qu'eux, sont régulièrement l'occasion d'une confrontation entre deux droits...
10/02/2017 - Détournement de fonds par un salarié : est-ce une faute lourde ?
LMC Partenaires revient sur une affaire délicate, le détournement de fonds d’un salarié. Cette action caractérisée comme intention de nuire peut-elle...
COVID-19 ]
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr