Arrêt de l’exécution provisoire d’une décision

Arrêt de l’exécution provisoire d’une décision

Il est tellement difficile d’obtenir de nos juges l’arrêt de l’exécution provisoire d’une décision, qu’il est apparu nécessaire de communiquer sur l’un de nos dossiers dans lequel nous l’avons obtenu.

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

vendredi 18 octobre 2019

Il est tellement difficile d’obtenir de nos juges l’arrêt de l’exécution provisoire d’une décision, qu’il est apparu nécessaire de communiquer sur...

Mardi 13 décembre 2016

Il est tellement difficile d’obtenir de nos juges l’arrêt de l’exécution provisoire d’une décision, qu’il est apparu nécessaire de communiquer sur l’un de nos dossiers dans lequel nous l’avons obtenu en référé devant la Cour d’appel de RENNES, le 24 juin 2015.

Notre client, pharmacien, a acquis une officine pharmaceutique située à Paris, financé par un emprunt bancaire et cautionné par un organisme de cautionnement mutuel pour un montant d’environ 1 200 000 €.

Au titre des garanties exigées par la banque, notre client a dû se porter caution pour la somme de 200 000 €.

Suite à cette acquisition, des difficultés de trésorerie se sont posées.

Notre client pharmacien a tenté de renégocier ses conditions d’emprunt et de découvert bancaire avec sa banque mais sans succès.

Parallèlement, son seul fournisseur de produits pharmaceutiques, lui indiquait suspendre toute livraison s’il ne s’engageait pas personnellement à reconnaître la créance dont la société était redevable et à lui donner également une garantie personnelle.

C’est dans ces conditions que le fournisseur de produits pharmaceutiques a obtenu de sa part un nantissement sur son fonds de commerce pour environ 150 000 €, outre sa caution personnelle pour environ 150 000 €.

Une procédure de redressement judiciaire convertie en liquidation judiciaire était mise en œuvre.

Notre client pharmacien était donc poursuivi en qualité de caution.

Ayant été assigné à une mauvaise adresse, notre client pharmacien était condamné à hauteur de sa caution par le Tribunal de Commerce de Brest, sans pouvoir faire valoir ses arguments défense.

Il a donc été fait appel de la décision devant la Cour d’Appel de Rennes.

Le Tribunal de Commerce de Brest avait toutefois assorti son jugement de l’exécution provisoire.

Le fournisseur de produits pharmaceutiques entendait donc voir exécuter la décision, malgré l’appel.

C’est dans ces conditions que notre client a souhaité introduire une demande tendant à obtenir la suspension de l’exécution provisoire devant le premier président de la Cour d’Appel de Rennes.

Dans ce cadre, nous avons soutenu que la décision de première instance encourait manifestement la censure de la Cour d’Appel.

Il a été mis en évidence que l’acte de cautionnement exigé par le fournisseur de produits pharmaceutiques s’avérait être des plus contestables dans la mesure où il n’avait pas été vérifié la solvabilité de notre client.

Par ailleurs il était mis en évidence le fait que notre client avait dû se porter caution tant à l’égard de la banque pour 200 000 € qu’à l’égard de son fournisseur pharmaceutique pour environ 150 000 €. L’intégralité de la situation personnelle et financière de notre client a été exposée auprès du juge d’appel tendant à prouver, il ne détenait absolument pas l’équivalent de 350 000 € lors de la signature des actes de caution. Il était en outre souligné que notre client n’était signataire que d’un contrat à durée déterminée et que le versement de son salaire ainsi que celui de son épouse, ne permettait en aucun cas de régler le montant de la caution, une fois ses charges fixes incompressibles réglées.

Il était également mis en évidence le fait que le seul bien immobilier qu’il détenait en indivision avec son épouse était mis en vente et qu’aucun acquéreur ne s’était manifesté jusqu’alors.

Notre client par notre intermédiaire a également souligné le fait que le fournisseur de produits pharmaceutiques avait pris d’autres garanties telles q’une inscription d’hypothèque judiciaire provisoire sur son bien immobilier détenu en indivision avec son épouse.

À l’analyse de ces développements est convaincu par notre argumentation, le Président de la Cour d’Appel de Rennes, considérant que l’exécution de la décision entrainait des conséquences manifestement excessives, a ordonné l’arrêt de l’exécution provisoire fixée par le Tribunal de Commerce de BREST le 20 février 2015, estimant que notre client n’avait plus aucune disponibilité, une fois ses charges réglées au moyen de son salaire.

La Cour a également pris en compte le fait que ses capacités de crédit étaient quasi-nulles. Une excellente décision en attendant de connaitre le sort de l’instant au fond dans le cadre de laquelle est contesté l’acte de caution.

A suivre donc.

(Ordonnance de référé du 24 juin 2015 de la Cour d’Appel de RENNES)

En bref !

11/10/2019 + Comment annuler un testament fait chez le notaire ?
Lors d'une succession, on distingue les testaments authentiques (devant le notaire) des testaments olographes. Comment annuler un testament fait chez...
02/10/2019 + Avocat en Droit du travail à Montigny le Bretonneux
Les relations entre les employeurs et les salariés, encadrées par un contrat de travail posent de nombreux problèmes. Des avocats en Droit du...
23/09/2019 + Egalité professionnelle femmes - hommes : obligations des entreprises
Egalité professionnelle femmes - hommes et obligations des entreprises. Venez échanger sur la loi et ses enjeux le jeudi 03/10/2019
28/07/2019 + Succession entre époux : avocats spécialisés en Droit des successions à Montigny
Les Avocats spécialisés en droit des successions de LMC Partenaires à Montigny vous conseilleront sur la succession entre époux et vous...
23/07/2019 + Le barème d'indemnisation validé par la Cour
Avis de l’Assemblée plénière de la Cour de cassation du 17 juillet 2019. La mesure phare de la réforme du droit du travail, le barème d'indemnisation...
21/02/2017 - Cadres heures supplémentaires : vers une preuve impossible
Si la plupart des Cadres se voient aujourd'hui appliquer des clauses des forfaits jours, il n'est pas rare que la validité de ces clauses soit...
20/02/2017 - Agression par un mineur, la responsabilité civile du mineur est-elle engagée ?
La Cour de cassation est venue rappeler le 20 octobre 2016 (pourvoi n°15-25.465) le principe depuis longtemps acquis selon lequel la minorité de...
13/02/2017 - Détective privé et droit au respect à la vie privée
Les litiges en droit de la famille ou des assurances, pour ne citer qu'eux, sont régulièrement l'occasion d'une confrontation entre deux droits...
10/02/2017 - Détournement de fonds par un salarié : est-ce une faute lourde ?
LMC Partenaires revient sur une affaire délicate, le détournement de fonds d’un salarié. Cette action caractérisée comme intention de nuire peut-elle...
08/02/2017 - Quand les violences conjugales deviennent non constitutives d'un danger
La loi n°2010-769 du 9 juillet 2010 a créé un nouveau titre XIV au sein du Code civil, spécifique aux mesures de protection des victimes de violence....
07/02/2017 - Conditions de reconnaissance d'une faute inexcusable
Les avocats du cabinet LMC Partenaires reviennent sur l’une de ces affaires pour vous expliquer, en quoi la preuve de la faute inexcusable ne peut...
06/02/2017 - Déclaration d'insaisissabilité fragilisée, une aubaine pour le liquidateur judiciaire
La chambre commerciale de la Cour de cassation a, par un arrêt de revirement du 15 novembre 2016 (pourvoi n°14-26.287), donné au liquidateur...
02/02/2017 - Permis de louer les nouvelles conditions de la loi ALUR
La fin de l'année à vue arriver une nouvelle couche pour le mille-feuille normatif qu'est devenue la loi ALUR. Pour rappel la loi ALUR pour l'accès...
02/02/2017 - Salarié en mission à l’étranger les obligations de l'employeur en matière de santé et sécurité
Salarié en mission à l’étranger : obligation de l’employeur en matière de santé et de sécurité. Conseil de Prud’hommes de RAMBOUILLET – jugement du...
01/02/2017 - Comportement violent et agressif : cause de licenciement ou faute grave ?
Peut-on licencier un employé parce qu’il affiche un comportement violent ou agressif ? Voilà une question sur laquelle le cabinet d’avocats LMC...
31/01/2017 - Le droit à la déconnexion à l'ère de la surconnexion
Surinformation, hyperconnexion, infobésité autant de termes pour désigner une réalité unique, le numérique a envahi la sphère professionnelle.
27/01/2017 - Que faire en cas d'infraction par un salarié avec son véhicule de société ?
Par l'arrêté du 15 décembre 2016, il est précisé les obligations de l'employeur lorsqu'un de ses salariés est l'auteur d'une infraction routière...
24/01/2017 - Gildas LE FRIEC, nouvel associé au sein du cabinet LMC Partenaires
Le cabinet d'avocats LMC Partenaires vous présente son nouvel associé Maître Gildas LE FRIEC. Dans cet article Gildas LE FRIEC revient sur son...
23/01/2017 - Dépistage de drogue et test salivaire dans le milieu professionnel
La jurisprudence a validé d'ores et déjà le fait qu'un employeur puisse procéder à un contrôle d'alcoolémie sur un salarié en activité...
13/12/2016 - Arrêt de l’exécution provisoire d’une décision
Il est tellement difficile d’obtenir de nos juges l’arrêt de l’exécution provisoire d’une décision, qu’il est apparu nécessaire de communiquer sur...
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr