Le préjudice d'angoisse de mort imminente est-il indemnisable ?

Le préjudice d'angoisse de mort imminente est-il indemnisable ?

La chambre criminelle de la Cour de cassation a le 27 septembre 2016 (n° de pourvoi : 15-83.309), dans un arrêt à tiroirs, précisé le concept de préjudice d'angoisse de mort imminente et rappelé le principe de réparation intégrale du préjudice d'une victi

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

mercredi 18 septembre 2019

La chambre criminelle de la Cour de cassation a le 27 septembre 2016 (n° de pourvoi : 15-83.309), dans un arrêt à tiroirs, précisé le concept de...

Lundi 27 février 2017

La chambre criminelle de la Cour de cassation a le 27 septembre 2016 (n° de pourvoi : 15-83.309), dans un arrêt à tiroirs, précisé le concept de préjudice d'angoisse de mort imminente et rappelé le principe de réparation intégrale du préjudice d'une victime.

À l'image de la solution rendue, nous partagerons notre étude entre le préjudice d'angoisse de mort imminente et le principe de réparation intégrale du préjudice.

 

Préjudice d'angoisse imminente : un concept conditionné

 

Dans cette affaire, une épouse avait sollicité que soit indemnisé le préjudice de son époux décédé à la suite d'un accident de la circulation, résultant "des souffrances morales et psychologiques nées de l'angoisse d'une mort imminente qu'aurait ressenties son mari entre la survenance de l'accident et celle de son décès". En effet, entre l'accident et son décès, la victime était restée douze heures dans le coma.

En appel, sa demande avait été rejetée. Le raisonnement des juges du fond était que son époux n'ayant pas repris connaissance, il ne pouvait se rendre compte de la gravité de son état et de l'imminence de sa mort.

La Cour de cassation a approuvé la Cour d'appel en expliquant que "le préjudice d'angoisse de mort imminente ne peut exister que si la victime est consciente de son état".

C'est donc la conscience de sa mort prochaine et prématurée qui est la condition indispensable à la caractérisation d'un préjudice d'angoisse de mort imminente indemnisable.

Cette solution est classique et ne fait que reprendre la position de la Cour de cassation adoptée depuis plusieurs années désormais. (Civ. 1ère, 13 mars 2007, n°05-19.020; Crim. 5 octobre 2010, n°09-87.385)

Il convient de remarquer que l'épouse de la victime prédécédée n'avait pas sollicité l'indemnisation pour le pretium doloris, préjudice purement objectif de la perte de chance de vie. La raison en est simple : le pretium doloris n'est pas indemnisable.

 

Le principe de réparation intégrale du préjudice : l'absence d'obligation de minimiser son préjudice

 

Dans un second temps, la Cour de cassation a été amenée à statuer sur les propres préjudices de l'épouse à l'origine de l'action en justice.

Les juges lui avait octroyé une indemnisation au titre de son préjudice scolaire, universitaire ou de formation, définit au sein de la nomenclature DINTILHAC (Juillet 2005 ; instrument d'évaluation des préjudices) comme étant "la perte d'une ou de plusieurs années d'études à l'origine d'un simple retard dans la formation, d'un changement d'orientation, voire d'une renonciation à toute formation".

Elle contestait la décision rendue par la Cour d'appel qui avait limité ce poste de préjudice, aux motifs qu'elle aurait refusé de se soumettre à des traitements médicaux, antidépresseurs et thérapeutiques. Ce refus aurait "participé à la dégradation de son état psychologique, ruinant toute possibilité de restaurer la possibilité de ses études engagées avant l'accident".

La Cour de cassation a donné droit à la victime en censurant l'arrêt d'appel. Elle rappela que :

"Le refus d'une personne, victime du préjudice résultant d'un accident dont un conducteur a été reconnu responsable, de se soumettre à des traitement médicaux, qui ne peuvent être pratiqués sans son consentement, ne peut entraîner la perte ou la diminution de son droit à indemnisation de l'intégralité des préjudices résultant de l'infraction".

 

La Cour de cassation se base ici sur deux principes fondamentaux :

  • Celui résultant de l'article 16-3 du Code civil reprenant le principe de libre disposition de son corps, de droit au respect à l'intégrité du corps humain ;
  • Le principe de réparation intégrale du préjudice résultant de l'ancien article 1382 du Code civil, devenu depuis la réforme du 10 février 2016, l'article 1240 ;

 

Il résulte du second principe, que la victime n'est pas tenue d'une obligation de minimiser son dommage.

Cette solution constante connaîtra peut-être une évolution avec l'avènement attendu de la réforme du droit de la responsabilité civile. Cette règle est en effet déjà appliquée en droit anglo-saxon, où le "due to mitigate» peut être opposé à la victime d'un préjudice.

Aucun calendrier n'a encore été fixé notamment en raison des contingences électorales. Pour autant, aucune obligation de minimiser les préjudices corporels ne devrait être proposée.  Nous ne manquerons pas de revenir sur ce site plus en détails sur cette réforme dès qu'elle sera officiellement introduite.

LMC Partenaires

En bref !

28/07/2019 + Succession entre époux : avocats spécialisés en Droit des successions à Montigny
Les Avocats spécialisés en droit des successions de LMC Partenaires à Montigny vous conseilleront sur la succession entre époux et vous...
23/07/2019 + Le barème d'indemnisation validé par la Cour
Avis de l’Assemblée plénière de la Cour de cassation du 17 juillet 2019. La mesure phare de la réforme du droit du travail, le barème d'indemnisation...
19/07/2019 + Comment contester un testament ? Avocats en Droit des Successions Montigny le Bretonneux
Comment contester un testament ? Faîtes appel à des avocats spécialisés en Droit des Successions à Montigny dans les Yvelines qui vous aideront si...
12/07/2019 + Créer une entreprise avec le conseil d'avocats en droit des entreprises
SQY Cub vous accompagne pour créer une entreprise avec le conseil d'avocats spécialisés en droit des entreprises qui interviennent toutes les...
03/07/2019 + lettre de licenciement et précision des motifs Droit du travail
Une lettre de licenciement et précision des motifs. Il est nécessaire de motiver la lettre de licenciement et de préciser les circonstances des...
02/02/2017 - Permis de louer les nouvelles conditions de la loi ALUR
La fin de l'année à vue arriver une nouvelle couche pour le mille-feuille normatif qu'est devenue la loi ALUR. Pour rappel la loi ALUR pour l'accès...
02/02/2017 - Salarié en mission à l’étranger les obligations de l'employeur en matière de santé et sécurité
Salarié en mission à l’étranger : obligation de l’employeur en matière de santé et de sécurité. Conseil de Prud’hommes de RAMBOUILLET – jugement du...
01/02/2017 - Comportement violent et agressif : cause de licenciement ou faute grave ?
Peut-on licencier un employé parce qu’il affiche un comportement violent ou agressif ? Voilà une question sur laquelle le cabinet d’avocats LMC...
31/01/2017 - Le droit à la déconnexion à l'ère de la surconnexion
Surinformation, hyperconnexion, infobésité autant de termes pour désigner une réalité unique, le numérique a envahi la sphère professionnelle.
27/01/2017 - Que faire en cas d'infraction par un salarié avec son véhicule de société ?
Par l'arrêté du 15 décembre 2016, il est précisé les obligations de l'employeur lorsqu'un de ses salariés est l'auteur d'une infraction routière...
24/01/2017 - Gildas LE FRIEC, nouvel associé au sein du cabinet LMC Partenaires
Le cabinet d'avocats LMC Partenaires vous présente son nouvel associé Maître Gildas LE FRIEC. Dans cet article Gildas LE FRIEC revient sur son...
23/01/2017 - Dépistage de drogue et test salivaire dans le milieu professionnel
La jurisprudence a validé d'ores et déjà le fait qu'un employeur puisse procéder à un contrôle d'alcoolémie sur un salarié en activité...
13/12/2016 - Arrêt de l’exécution provisoire d’une décision
Il est tellement difficile d’obtenir de nos juges l’arrêt de l’exécution provisoire d’une décision, qu’il est apparu nécessaire de communiquer sur...
12/12/2016 - Faux et usage de faux à l’occasion de la cession de titres d’une société ?
Une adversaire contestait avoir apposé sa signature sur des ordres de mouvements de titres d’une société, remettant ainsi en cause la cession de ses...
11/12/2016 - Mise en œuvre des garanties d’actif et de passif suite à la cession d’une Entreprise
Dans deux arrêts rendus respectivement par les Cours d’Appel de Versailles et Paris, nous avons gagné dans des affaires dans lesquelles était remis...
10/12/2016 - Partage successoral
Par jugement rendu le 31 mai 2016 le TGI de VERSAILLES, a décidé de faire application de deux testaments olographes et authentiques dans le cadre...
28/07/2016 - Précisions sur l'obligation de reclassement des salariés inaptes
Par un arrêt du 31 mars 2016 publié au bulletin (n° de pourvoi 14-28314), la chambre sociale de la Cour de cassation est venue préciser les modalités...
25/07/2016 - L'impact de l' économie collaborative sur le droit du travail !
Si bon nombre de juristes pensaient que la reconnaissance par la chambre sociale de la qualité de «salarié» aux participants d’une émission de...
21/07/2016 - Définition du compte personnel de prévention de la pénibilité
Institué par la loi n° 2014-40 du 20 janvier 2014 garantissant l’avenir et la justice du système de retraites, le compte personnel de...
19/07/2016 - Le délit d'entrave redéfini par la loi MACRON
L'Article 262 de la loi MACRON du 6 Aout 2015 amoindrit le risque d'emprisonnement pour le délit d'entrave aux institutions représentatives du...
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr