La Cour de Justice de l'Union Européenne lève le voile

La Cour de Justice de l'Union Européenne lève le voile

  Sur un sujet aussi sensible que le port du voile ou de tout signe religieux en entreprise, une cohérence des différentes jurisprudences était essentielle, pour ne pas exacerber les passions, dans un contexte politique ultra-polarisé. La Cour Europé

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

mercredi 18 septembre 2019

  Sur un sujet aussi sensible que le port du voile ou de tout signe religieux en entreprise, une cohérence des différentes jurisprudences était...

Lundi 20 mars 2017

 

Sur un sujet aussi sensible que le port du voile ou de tout signe religieux en entreprise, une cohérence des différentes jurisprudences était essentielle, pour ne pas exacerber les passions, dans un contexte politique ultra-polarisé. La Cour Européenne des Droits de l'Homme, la Cour de cassation et maintenant la CJUE sont en passe de réussir ce pari.

Ainsi, le 14 mars 2017, la Cour de Justice de l’Union Européenne, réunie en Grande Chambre, dans deux affaires aux solutions toutefois différentes, intéressant l’une la France, l’autre la Belgique, a confirmé la possibilité pour un employeur, sous condition, d’interdire le port du voile à ses salariés.

  • La CEDH : Principe de laïcité

La CEDH avait déjà débouté une salariée française qui se plaignait de ne pas avoir été renouvelée à son poste, pour avoir refusé d'enlever son voile. La décision de la Cour était motivée par le principe de laïcité, "fondateur de l'Etat français", et celui de neutralité, imposé aux agents des services publics, qui ne constituaient pas une violation du droit à la liberté de religion (Arrêt du 26 novembre 2015, EBRAHIMIAN c/ France).

  • La Cour de cassation : Principe de neutralité

La Cour de cassation, en Assemblée plénière, avait quant à elle jugé que le licenciement pour faute grave d’une salariée, était justifié par son refus d’accéder aux demandes licites de son employeur, de s’abstenir de porter le voile et par les insubordinations répétées et caractérisées (Cass. Soc., 25 juin 2014, n° 13-28.369, affaire dite “Baby-Loup”).  

Cette interdiction était posée dans le Règlement Intérieur de la crèche.

Le principe de neutralité était justifié par la nature des tâches accomplies. La Cour de cassation a ainsi considéré que les activités en contact avec de jeunes enfants, sont de nature à légitimer une restriction à la liberté de manifester ses convictions religieuses.

  • La loi El Khomri : Droits fondamentaux

S’inscrivant dans ce courant, la loi du 8 août 2016, dite loi “El Khomri”, avait déjà posé un principe de neutralité lequel peut être inscrit dans le Règlement Intérieur :

Le règlement intérieur peut contenir des dispositions inscrivant le principe de neutralité et restreignant la manifestation des convictions des salariés si ces restrictions sont justifiées par l'exercice d'autres libertés et droits fondamentaux ou par les nécessités du bon fonctionnement de l'entreprise et si elles sont proportionnées au but recherché. »

  • La CJUE : Règlement intérieur

Dans ses deux arrêts du 14 mars 2017, la CJUE a tranché une dernière question, à savoir si un employeur pouvait invoquer dans sa demande de ne pas porter le voile, les souhaits émis par sa clientèle.

Une société avait licencié une salariée après lui avoir demandé en vain de ne plus porter son voile lorsqu’elle se trouvait en contact avec la clientèle. Cette demande avait été formulée alors que la cliente de la société avait fait part de la gêne de ses propres salariés, lors de l’intervention dans ses locaux de l’ingénieur voilée.

La Cour d’appel de PARIS, dans un arrêt du 18 avril 2013 (n° 11-05892), avait jugé que la mesure était légitime dans la mesure où la restriction était proportionnée au but recherché, puisque limitée aux contacts avec la clientèle.

Sur pourvoi, la Cour de cassation a porté une question préjudicielle devant la CJUE. La question posée était celle de savoir si au regard de l’article 4§1 de la directive n° 78/2000/CE le souhait d’un client pouvait constituer une exigence professionnelle essentielle et déterminante.

Pour rappel, l’article 4§1 de la directive prévoit que :

” (...) les États membres peuvent prévoir qu’une différence de traitement fondée sur une caractéristique liée à l’un des motifs visés à l’article 1er ne constitue pas une discrimination lorsque, en raison de la nature d’une activité professionnelle ou des conditions de son exercice, la caractéristique en cause constitue une exigence professionnelle essentielle et déterminante, pour autant que l’objectif soit légitime et que l’exigence soit proportionnée”.

Ces dispositions ont été transposées notamment dans les articles L 1132-1 et L. 1133-1 du Code du travail (interdiction des discriminations).

La CJUE vient de répondre par la négative : le souhait de ne pas voir porté le voile ne constitue pas une exigence professionnelle essentielle et déterminante.

Mais cette décision doit être lue au regard de sa sœur jumelle. Dans l'arrêt intéressant la Belgique, la société avait modifié son Règlement Intérieur, lequel précisait qu'il était interdit de porter sur le lieu de travail des signes visibles de leurs convictions politiques, philosophiques ou religieuses ou d'accomplir tout rite qui en découle.

Dans l'arrêt intéressant la France, la CJUE avait considéré qu'à défaut de Règlement Intérieur, rien ne permettait d'avoir la certitude que l'employeur imposait bien à tous ses salariés une règle de neutralité.  

Dans un communiqué de presse (30/17) la CJUE résume :

"Une règle interne d'une entreprise interdisant le port visible de tout signe politique, philosophique ou religieux ne constitue pas une discrimination directe.

Cependant, en l'absence d'une telle règle, la volonté d'un employeur de tenir compte des souhaits du client de ne plus voir ses services assurés par une travailleuse portant un foulard islamique ne saurait être considérée comme une exigence professionnelle de nature à écarter l'existence d'une discrimination"

 

Il en résulte que l'interdiction ne vaut que si elle est prévue dans le Règlement Intérieur. Ce Règlement doit au demeurant être rédigé en se gardant de toute interdiction générale. Il convient d'apporter ainsi un soin extrême à sa rédaction.

Il est intéressant de noter incidemment que le fait religieux, les convictions politiques et philosophiques sont de ce point de vue traitées de la même manière.

LMC Partenaires

En bref !

28/07/2019 + Succession entre époux : avocats spécialisés en Droit des successions à Montigny
Les Avocats spécialisés en droit des successions de LMC Partenaires à Montigny vous conseilleront sur la succession entre époux et vous...
23/07/2019 + Le barème d'indemnisation validé par la Cour
Avis de l’Assemblée plénière de la Cour de cassation du 17 juillet 2019. La mesure phare de la réforme du droit du travail, le barème d'indemnisation...
19/07/2019 + Comment contester un testament ? Avocats en Droit des Successions Montigny le Bretonneux
Comment contester un testament ? Faîtes appel à des avocats spécialisés en Droit des Successions à Montigny dans les Yvelines qui vous aideront si...
12/07/2019 + Créer une entreprise avec le conseil d'avocats en droit des entreprises
SQY Cub vous accompagne pour créer une entreprise avec le conseil d'avocats spécialisés en droit des entreprises qui interviennent toutes les...
03/07/2019 + lettre de licenciement et précision des motifs Droit du travail
Une lettre de licenciement et précision des motifs. Il est nécessaire de motiver la lettre de licenciement et de préciser les circonstances des...
02/06/2017 - Mode d'emploi du nom de domaine
Qu'est-ce que le nom de domaine ? Le nom de domaine, réelle adresse postale sur la toile, peut être définit comme étant la dénomination unique à...
31/05/2017 - Clause dite Molière : Verdict !
Nous avions analysé dans notre article du 17 mars 2017 la légalité de la clause dite Molière concluant à son caractère discriminatoire....
30/05/2017 - Macron : Retour sur les propositions d'évolution du droit du travail
Les propositions d'évolution du droit du travail inscrites dans le programme d'Emmanuel MACRON : les accords d'entreprise, la Délégation Unique du...
22/05/2017 - Le sexe neutre ne passe pas regard d'avocats
Nous nous interrogions récemment à l'occasion d'un article relatif au transsexualisme et à l'intersexualisme, sur l'opportunité, l'intérêt...
18/05/2017 - Procédure collective et poursuite des contrats en cours : rappel à l'ordre du liquidateur mauvais payeur
La poursuite des contrats en cours est un sujet sans fin, concernant tant le débiteur que ses créanciers, dans le cadre des procédures collectives....
15/05/2017 - Détournement de clientèle : sanctions pénales du salarié
La chambre criminelle de la Cour de cassation est venue rappeler récemment, dans un arrêt rendu le 22 mars 2017 (Crim. 22 mars 2017, n°15-85.929),...
11/05/2017 - Proportionnalité et légitime défense le cas sauvage
Au moment où l'alignement du régime de la légitime défense des policiers sur les gendarmes anime nombre de débats, la Cour de cassation a eu...
09/05/2017 - Gestation pour autrui : la volonté de l'Etat supérieure à l'intérêt de l'enfant
La Grande Chambre de la Cour Européenne des Droits de l'Homme vient d'annuler par un arrêt du 24 janvier 2017 (CEDH, Gr. Ch., 24 janvier 2017,...
04/05/2017 - Transsexualisme : la simplification du changement de sexe
La loi dite de modernisation de la justice du XXIème siècle du 18 novembre 2016 n°2016-1547, a apporté une modification majeure  pour les personnes...
03/05/2017 - Retour sur la réforme de la prescription en matière pénale
La loi n°2017-242 du 27 février 2017 portant réforme de la prescription en matière pénale a été promulguée à la suite de longs débats et navettes...
14/04/2017 - Les robots et le droit : vers la consécration juridique (épisode II)
Dans le premier épisode de cette courte série dédiée à la révolution numérique, nous avions évoqué l'impact des technologies de l'information sur la...
13/04/2017 - Le Droit et les robots : à l'heure de la révolution numérique (épisode I)
Blockchain, legal techs, big and open data... autant de termes qui constituent désormais une nouvelle langue étrangère dont les professionnels du...
07/04/2017 - La vie numérique après la mort
Facebook, Twitter, Instagram, banque en ligne, correspondance par mail, espaces clients... notre vie se déroule désormais en grande partie sur...
06/04/2017 - La cession de parts sociales n'emporte pas cession du compte-courant d'associés
Le compte-courant d'associés ne constitue pas un accessoire des parts sociales ou actions. C'est ce qu'est venue rappeler la Cour de cassation, dans...
30/03/2017 - Bail d'habitation et prescription
Par un arrêt rendu le 26 janvier 2017 (Civ. 3ème, 26 janvier 2017, n°15-27.580), la Cour de cassation est venue affirmer sa position selon laquelle...
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr