La cession de parts sociales n'emporte pas cession du compte-courant d'associés

La cession de parts sociales n'emporte pas cession du compte-courant d'associés

Le compte-courant d'associés ne constitue pas un accessoire des parts sociales ou actions. C'est ce qu'est venue rappeler la Cour de cassation, dans un arrêt rendu le 11 janvier 2017 (Com. 11 janvier 2017, n°15-14.064). La définition du compte-courant d'a

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

mercredi 18 septembre 2019

Le compte-courant d'associés ne constitue pas un accessoire des parts sociales ou actions. C'est ce qu'est venue rappeler la Cour de cassation, dans...

Jeudi 6 avril 2017

Le compte-courant d'associés ne constitue pas un accessoire des parts sociales ou actions. C'est ce qu'est venue rappeler la Cour de cassation, dans un arrêt rendu le 11 janvier 2017 (Com. 11 janvier 2017, n°15-14.064).

La définition du compte-courant d'associés est indispensable à la bonne compréhension de l'arrêt.

La convention de compte-courant d'associés, ou avance en compte-courant, correspond à une somme remise par un associé à la société. Ces avances ne constituent pas des apports et ne donnent pas lieu à l'attribution de droits sociaux. Elles peuvent être rapprochées du contrat de prêt. A charge pour la société, dès lors, de rembourser aux associés les sommes avancées ou laissées à sa disposition (dans l'hypothèse où l'associé laisse à la disposition de la société des dividendes non perçues).

Cette convention est différente de la convention d'apport en numéraire dont résultent les parts sociales.

Les parties sont identiques mais n'ont pas la même qualité, passant d'associés à prêteurs selon les cas.

Dans cette affaire, deux associés ont cédé à deux personnes (cessionnaires) la totalité des parts détenues dans le capital de la société.

L'un des deux cédants, anciennement associé, avait assigné par la suite la société en remboursement du compte-courant d'associés qui était créditeur.

La Cour d'appel de PARIS dans un arrêt rendu le 8 janvier 2015 avait maintenu le rejet de la demande du cédant aux motifs que :

  • Les comptes-courants d'associés avaient intégré les négociations précédant la cession de titres ;
  • Les comptes-courants d'associés avaient été pris en considération par les cocontractants pour la détermination du prix de cession des parts de la société ;

De ce fait, les juges du fond estimaient que les comptes-courants d'associés avaient été cédés avec les parts sociales.

Ils en concluaient que "les débiteurs de la créance de compte-courant ne peuvent être que les cessionnaires, et non la société qui n'était pas partie à l'acte de cession".

La Cour de cassation a apposé son veto sur cette décision au travers du rappel suivant :

"en statuant ainsi, alors que la cession de parts sociales n'emporte pas cession du compte courant ouvert au nom du cédant, la cour d'appel, qui n'a pas constaté l'existence d'un accord de cession ayant porté sur les comptes courants, a violé [l'article 1134 ancien du Code civil]".

Par conséquent, même si les négociations précédant la cession de titre incluent le crédit des comptes-courants, ces derniers ne seront pas transférés automatiquement avec les titres, à défaut de stipulation contractuelle expresse en ce sens. Les conventions de comptes-courants ne constituent pas les accessoires des titres.

De ce fait la volonté des parties doit être très clairement exprimée au sein de l'acte de cession de titres.

Ce principe de non automaticité du transfert du compte-courant d'associés avec les titres cédés, avait également été rappelé à l'occasion du transfert à titre gratuit de parts sociales, dans le cadre d'une donation (Civ. 3ème, 18 janvier 2009, n°08-18.740).

La Cour de cassation est toutefois ici revenue sur un précédent jurisprudentiel (Com. 10 juillet 2012, n°11-20.034)  aux termes duquel elle avait approuvé les juges du fond ayant effectué des recherches en dehors du contrat de cession de titres, pour déterminer l'existence d'un accord sur la transmission du compte-courant d'associés. Très critiquée par la doctrine, cette extension du pouvoir d'interprétation des juges rencontre ici un coup d'arrêt.

La rédaction de l'acte de cession, étape suivant les négociations, requiert dès lors une grande attention quant à la transcription claire et contractuelle de ce qui a été discuté en amont.  

LMC Partenaires

En bref !

28/07/2019 + Succession entre époux : avocats spécialisés en Droit des successions à Montigny
Les Avocats spécialisés en droit des successions de LMC Partenaires à Montigny vous conseilleront sur la succession entre époux et vous...
23/07/2019 + Le barème d'indemnisation validé par la Cour
Avis de l’Assemblée plénière de la Cour de cassation du 17 juillet 2019. La mesure phare de la réforme du droit du travail, le barème d'indemnisation...
19/07/2019 + Comment contester un testament ? Avocats en Droit des Successions Montigny le Bretonneux
Comment contester un testament ? Faîtes appel à des avocats spécialisés en Droit des Successions à Montigny dans les Yvelines qui vous aideront si...
12/07/2019 + Créer une entreprise avec le conseil d'avocats en droit des entreprises
SQY Cub vous accompagne pour créer une entreprise avec le conseil d'avocats spécialisés en droit des entreprises qui interviennent toutes les...
03/07/2019 + lettre de licenciement et précision des motifs Droit du travail
Une lettre de licenciement et précision des motifs. Il est nécessaire de motiver la lettre de licenciement et de préciser les circonstances des...
06/02/2015 - Période d’essai
Le fait de poursuivre l’exécution du préavis de rupture de la période d’essai après la fin de cette…
06/02/2015 - Comportement du salarié
Un salarié qui se montre violent lors d’un voyage d’agrément organisé par l’employeur peut être sanctionné, ce voyage se rattachant...
06/02/2015 - Différences de traitement – Discrimination
Les qualités professionnelles ne justifient une différence de salaire à l’embauche, l’employeur n’ayant pu encore apprécier la...
06/02/2015 - Contrôle des salariés et moyens de preuve
Pas besoin de prévenir les salariés en cas de surveillance interne, pendant le temps de travail et sur le lieu de travail sans porter atteinte à la...
06/02/2015 - Salariés protégés
Le salarié protégé partant volontairement à la retraite dans un contexte de harcèlement moral peut obtenir la requalification de la rupture en...
06/02/2015 - Elections professionnelles et relations collectives
La décision d’un salarié de ne pas figurer sur la liste de candidats d’un syndicat s’impose à ce dernier qui doit retirer le...
06/02/2015 - conventions individuelles de forfait - Durée du travail
Les conventions individuelles de forfait conclues en application de l’article 8.4.2 de la convention collective nationale du notariat sont...
06/02/2015 - Licenciement économique
Critères d’ordre des licenciements : pour la cour administrative d’appel de Versailles, en cas de licenciement avec PSE,...
06/02/2015 - Licenciement pour cause personnelle
Le salarié soutenant que le pli reçu ne contenait pas sa lettre de licenciement doit le prouver devant le juge. (Cass soc. 5 novembre 2014 n°...
05/02/2015 - Faute grave du dirigeant
Le défaut de performance ne constitue pas à lui seul une faute grave du dirigeant. Il en va différemment si les mauvais résultats s'accompagnent d'un...
05/02/2015 - Prime de partage des bénéfices au profit des salariés (Loi 2014-1554 du 22/12/2014)
A compter du 1er janvier 2015, les sociétés employant au moins 50 salariés n'auront …
05/02/2015 - Les allégements apportés aux règles de création et de fonctionnement des Sociétés (Loi 2014-1545 du 20/12/2014)
Enregistrement des statuts : la loi nouvelle supprime à compter du 1er juillet 2015 l'obligation faite aux fondateurs d'une société…
05/02/2015 - De nouvelles mesures de simplification et de sécurisation en droit des sociétés (Ord. 2014-863 du 31/07/2014)
L’interdiction pour une EURL d’avoir pour associé unique une autre EURL (C. com. art. L 223-5) est supprimée…
05/02/2015 - Nouveautés issues de la Loi 2014-856 du 31/07/2014 dite « loi Hamon » et Décret 2014-1254 du 28/10/2014)
Les dispositions de l'article 18 de la loi prévoient que les salariés de sociétés commerciales de moins de 250 salariés devront…
04/02/2015 - Dissolution judiciaire
Un associé est recevable à agir en dissolution d'une société pour juste motif quand bien même il serait à l'origine de la mésentente, cette...
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr