La vie numérique après la mort

La vie numérique après la mort

Facebook, Twitter, Instagram, banque en ligne, correspondance par mail, espaces clients... notre vie se déroule désormais en grande partie sur internet. Cette vie sociale numérique s'accompagne également d'un stockage de données et de documents en ligne a

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

mercredi 13 novembre 2019

Facebook, Twitter, Instagram, banque en ligne, correspondance par mail, espaces clients... notre vie se déroule désormais en grande partie sur...

Vendredi 7 avril 2017

Facebook, Twitter, Instagram, banque en ligne, correspondance par mail, espaces clients... notre vie se déroule désormais en grande partie sur internet. Cette vie sociale numérique s'accompagne également d'un stockage de données et de documents en ligne auquel l'accès est réservé au titulaire d'un identifiant et d'un mot de passe.

Que deviennent ces éléments de vie lors de notre décès ? Comment les héritiers peuvent-ils récupérer ces données parfois indispensables au bon déroulement de la succession ?

L'adoption récente, le 7 octobre 2016, de la loi pour une République numérique apporte des solutions.

Retour sur cette loi qui aura un impact indéniable sur ce que certains ont appelé l'immortalité numérique.

Le constat de départ : la mort ne met pas un terme à la vie sociale numérique

Le principe est et reste que les droits personnels du défunt s'éteignent à son décès. D'où l'impossibilité de récupérer les comptes et les données y figurant.

L'exposé des motifs du projet de loi pour une République numérique résume le problème :

« Avec le développement de l’Internet et des réseaux sociaux, les données mises en ligne par les internautes connaissent un fort développement. La gestion de ces données après la mort, soulève des difficultés, les héritiers n’en ayant pas nécessairement connaissance et ne pouvant y avoir accès."

En effet, que faire des comptes de réseaux sociaux d'une personne décédée ? Comment et peut-on récupérer certaines de ses données stockées informatiquement ?

Les géants de l'internet n'ont pas attendu l'adoption d'une loi avant de mettre en œuvre des mesures en cas de décès.

Depuis 2014, Facebook permet aux utilisateurs de désigner un légataire en cas de décès, de décider en amont de supprimer un compte après le décès ou permet aux héritiers de rentrer en contact pour supprimer le compte en justifiant de sa qualité. Des formulaires ont également été mis en place par Twitter, Gmail ou encore Instagram.

Certains organisaient également leur mort numérique par le biais de dispositions testamentaires.

Pour autant, en l'absence de textes clairs et récents sur le sujet, une grande insécurité juridique pesait sur les héritiers ou proches d'une personne décédée.

La loi pour une république numérique n°2016-1321 du 7 octobre 2016 est venue apporter un certain nombre de solutions.

L'organisation de la mort numérique

L'objectif annoncé était de "permettre à toute personne, de son vivant, d’organiser les conditions de conservation et de communication de ses données à caractère personnel après son décès".

La loi de 2016 est venue modifier les dispositions de la loi n°78-17 du 6 janvier 1978, dite informatique et liberté.

En prévoyant un droit à la mort numérique, la loi anticipe la mise en œuvre du règlement UE 2016/679 du 27 avril 2016 relatif à la protection des données personnelles, qui sera applicable à compter de mai 2018.

Le nouvel article 40-1 de la loi de 1978 précise désormais que si les droits personnels du défunt s'éteignent à son décès, par exception ils peuvent être provisoirement maintenus dans deux hypothèses.

Le législateur donne désormais le pouvoir aux personnes concernées par le traitement de données à caractère personnel après leur décès.

  • La planification du décès numérique par le futur défunt

Désormais, il sera possible de prendre des directives sur la conservation, l'effacement et la communication des données personnelles après le décès.

Ces directives peuvent être générales ou particulières :

  • Les directives générales sont définies comme étant celles portant sur les données personnelles prises dans leur globalité. Elles peuvent être enregistrées auprès d'un tiers de confiance numérique, qui sera certifié par la CNIL.

Ces directives seront portées sur un registre unique, avec les coordonnées du tiers de confiance, dont un décret d'application devrait venir préciser les contours d'ici mars 2017.

  • Les directives particulières sont définies comme les instructions données par la personne sur la manière dont elle souhaite que soient exercés à son décès le traitement de données spécifiques.
  • Il est également possible dans ce cas de désigner une personne chargée de l'exécution de ces directives, qui aura ainsi des instructions pour se rapprocher des responsables de traitement.

Ces directives sont révocables à tout moment.

A défaut de désignation d'un tiers de confiance numérique ou d'une personne en charge de l'exécution des directives, les héritiers pourront prendre connaissance des directives du défunt et solliciter leur mise en œuvre auprès des responsables de traitement.

  • Le silence du défunt

Dans la seconde hypothèse, le défunt n'a laissé aucune directive. Cette hypothèse extrêmement problématique a vu des solutions apportées par le législateur.

Les héritiers peuvent désormais prendre les mesures nécessaires :

  • A l'organisation et au règlement de la succession du défunt. Ils peuvent ainsi entrer en contact avec les responsables de traitement pour obtenir communication de toute information nécessaire à la liquidation et au partage de la succession. Ils pourront également obtenir communication des biens numériques (ebook, musique etc.) ou des données s'apparentant à des souvenirs de famille (photos etc.) ;
  • A la prise en compte par le responsable de traitement du décès du défunt. A ce titre, les héritiers peuvent réclamer la clôture des comptes du défunt, s'opposer à la poursuite du traitement des données ou mettre à jour les comptes ;

Le législateur a même prévu le tribunal compétent en cas de désaccord entre les héritiers, à savoir le Tribunal de Grande Instance.

Un grand pas vient ainsi d'être accompli par le législateur dont la volonté a été de mettre à niveau notre système législatif avec les réalités de notre société numérisée.

LMC Partenaires

En bref !

09/11/2019 + Avocats droit de la famille - Yvelines (Montigny-le-Bretonneux)
Situés dans les Yvelines, à Montigny-le-Bretonneux, les avocats LMC Partenaires sont spécialisés dans le Droit de la famille qui concerne les règles...
25/10/2019 + Divorce à l'amiable - Avocats à Montigny-le-Bretonneux (Yvelines)
Les divorces à l'amiable sont plus rapides et économiques. Les avocats LMC Partenaires à Montigny-le-Bretonneux vous accompagnent et vous assistent...
18/10/2019 + Que faire à l’expiration de la durée d’un bail commercial ?
Que vous soyez locataire ou bailleur de locaux commerciaux, la problématique du renouvellement du bail commercial se pose et est primordiale. Que...
11/10/2019 + Comment annuler un testament fait chez le notaire ?
Lors d'une succession, on distingue les testaments authentiques (devant le notaire) des testaments olographes. Comment annuler un testament fait chez...
02/10/2019 + Avocat en Droit du travail à Montigny le Bretonneux
Les relations entre les employeurs et les salariés, encadrées par un contrat de travail posent de nombreux problèmes. Des avocats en Droit du...
06/02/2015 - conventions individuelles de forfait - Durée du travail
Les conventions individuelles de forfait conclues en application de l’article 8.4.2 de la convention collective nationale du notariat sont...
06/02/2015 - Licenciement économique
Critères d’ordre des licenciements : pour la cour administrative d’appel de Versailles, en cas de licenciement avec PSE,...
06/02/2015 - Licenciement pour cause personnelle
Le salarié soutenant que le pli reçu ne contenait pas sa lettre de licenciement doit le prouver devant le juge. (Cass soc. 5 novembre 2014 n°...
05/02/2015 - Faute grave du dirigeant
Le défaut de performance ne constitue pas à lui seul une faute grave du dirigeant. Il en va différemment si les mauvais résultats s'accompagnent d'un...
05/02/2015 - Prime de partage des bénéfices au profit des salariés (Loi 2014-1554 du 22/12/2014)
A compter du 1er janvier 2015, les sociétés employant au moins 50 salariés n'auront …
05/02/2015 - Les allégements apportés aux règles de création et de fonctionnement des Sociétés (Loi 2014-1545 du 20/12/2014)
Enregistrement des statuts : la loi nouvelle supprime à compter du 1er juillet 2015 l'obligation faite aux fondateurs d'une société…
05/02/2015 - De nouvelles mesures de simplification et de sécurisation en droit des sociétés (Ord. 2014-863 du 31/07/2014)
L’interdiction pour une EURL d’avoir pour associé unique une autre EURL (C. com. art. L 223-5) est supprimée…
05/02/2015 - Nouveautés issues de la Loi 2014-856 du 31/07/2014 dite « loi Hamon » et Décret 2014-1254 du 28/10/2014)
Les dispositions de l'article 18 de la loi prévoient que les salariés de sociétés commerciales de moins de 250 salariés devront…
04/02/2015 - Dissolution judiciaire
Un associé est recevable à agir en dissolution d'une société pour juste motif quand bien même il serait à l'origine de la mésentente, cette...
04/02/2015 - Rémunération du dirigeant de SAS
La rémunération du dirigeant d'une SAS n'est pas soumise au contrôle des conventions réglementées lorsque les statuts prévoient…
04/02/2015 - Associé et régime de communauté de biens
Les parts sociales non négociables acquises par un époux commun en biens pendant le mariage n’entrent en communauté que pour leur...
04/02/2015 - Evaluation des actions d'un associé de SAS exclu
En cas d'exclusion d'un associé d'une SAS, le prix de rachat de ses actions est fixé, dans le silence des statuts, à la date…
04/02/2015 - Responsabilité d'une société mère envers les salariés de sa filiale
Une société mère engage sa responsabilité envers les salariés de sa filiale si les décisions qu'elle a prises pour…
03/02/2015 - Droit du travail : 4 arrêts majeurs de la Cours de Cassation
Par 4 arrêts majeurs rendus le 27 janvier 2015, la Cour de Cassation rappelle que : “Les différences de traitement entre catégories...
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr