Proportionnalité et légitime défense le cas sauvage

Proportionnalité et légitime défense le cas sauvage

Au moment où l'alignement du régime de la légitime défense des policiers sur les gendarmes anime nombre de débats, la Cour de cassation a eu l'occasion de revenir sur le régime commun de la légitime défense dans un arrêt rendu le 17 janvier 2017 par la ch

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

jeudi 20 juin 2019

Au moment où l'alignement du régime de la légitime défense des policiers sur les gendarmes anime nombre de débats, la Cour de cassation a eu...

Jeudi 11 mai 2017

Au moment où l'alignement du régime de la légitime défense des policiers sur les gendarmes anime nombre de débats, la Cour de cassation a eu l'occasion de revenir sur le régime commun de la légitime défense dans un arrêt rendu le 17 janvier 2017 par la chambre criminelle (Crim. 17 janvier 2017, n°15-86.481). Cet arrêt permet de revenir sur ce mécanisme au cœur de l'actualité, notamment depuis l'affaire Jacqueline Sauvage.

Légitime défense = permis de tuer ?

L'article 122-5 du Code pénal encadre le recours à la légitime défense.

Ainsi, toute personne en situation de danger envers elle-même ou une autre personne par une atteinte injustifiée peut accomplir un acte commandé par la nécessité de se défendre. Il en résulte que la légitime défense doit remplir deux conditions :

 

  • La défense doit être nécessaire, seule solution pour éviter le danger ;
  • L'acte de défense doit être proportionnel à la gravité de l'atteinte ;

 

Le danger subi par une personne peut être tant physique que moral et résulter d'une agression qui ne peut être seulement supposée ou hypothétique. Il faut que la personne qui invoque la légitime défense pour justifier son geste ait pu raisonnablement croire en l'existence d'un danger. C'est justement sur la proportionnalité de l'acte de défense par rapport à la gravité de l'acte d'agression que les magistrats de la Cour de cassation ont eu à discuter.

 

Légitime défense : la proportionnalité de la riposte

En l'espèce, à la suite d'un accrochage banal sur le périphérique parisien, deux hommes ont eu une  violente bagarre qui s'est soldée par la tétraplégie de l'assaillant. Plus précisément, à la suite de l'accident de la circulation et au regard du comportement menaçant du second conducteur, le premier avait fui et s'était réfugié dans un chantier. Le second conducteur l'avait alors poursuivi en voiture et s'était mis en travers de la route pour lui barrer le chemin et l'empêcher de repartir.

Une série de coups avaient été échangés, principalement donnés par le conducteur agressif. L'automobiliste terrifié avait tenté de parer les coups, et dans ces conditions avait lancé sa main en avant vers l'automobiliste qui avait alors chuté au sol après que sa tête eut heurté le capot de la voiture. A la suite de cette chute, le conducteur agressif était devenu tétraplégique.

La Cour de cassation amenée à trancher la question de savoir si la légitime défense pouvait constituer un fait justificatif, a retenu que le conducteur agressé injustement avait été contraint de se défendre et de riposter. La Cour constatait qu'il n'existait pas de disproportion entre l'agression et le moyen de défense employé.

Ainsi, la proportionnalité de l'acte de défense à l'agression subie a ici permis de retenir la légitime défense. Le fait que la personne à l'origine de l'acte de défense n'ait aucun dommage et que celui qui ait reçu les coups soit devenu tétraplégique, est indifférent à la caractérisation de la légitime défense. Cette décision a le mérite de préciser un peu plus le régime de la légitime défense, mécanisme pénal extrêmement difficile à caractériser et source de nombreux débats publics.

 

Pour aller plus loin dans le thème de l'arrêt, il semblait opportun d'exposer brièvement les modifications récentes apportées au régime de de l'usage et du port d'armes par les forces de l'ordre.

 

Forces de l'ordre et légitime défense

 

La loi n°2017-258 du 28 février 2017 a créé un article L435-1 au sein du Code de la sécurité intérieure. Cette disposition prévoit les hypothèses où l'usage des armes par les forces de l'ordre en cas d'absolue nécessité et de manière strictement proportionnée est autorisé :

 

1° Lorsque des atteintes à la vie ou à l’intégrité physique sont portées contre eux ou contre autrui ou lorsque des personnes armées menacent leur vie ou leur intégrité physique ou celles d’autrui ;

 

2° Lorsque, après deux sommations faites à haute voix, ils ne peuvent défendre autrement les lieux qu’ils occupent ou les personnes qui leur sont confiées ;

 

3° Lorsque, immédiatement après deux sommations adressées à haute voix, ils ne peuvent contraindre à s’arrêter, autrement que par l’usage des armes, des personnes qui cherchent à échapper à leur garde ou à leurs investigations et qui sont susceptibles de perpétrer, dans leur fuite, des atteintes à leur vie ou à leur intégrité physique ou à celles d’autrui ;

 

4° Lorsqu’ils ne peuvent immobiliser, autrement que par l’usage des armes, des véhicules, embarcations ou autres moyens de transport, dont les conducteurs n’obtempèrent pas à l’ordre d’arrêt et dont les occupants sont susceptibles de perpétrer, dans leur fuite, des atteintes à leur vie ou à leur intégrité physique ou à celles d’autrui ;

 

5° Dans le but exclusif d’empêcher la réitération, dans un temps rapproché, d’un ou de plusieurs meurtres ou tentatives de meurtre venant d’être commis, lorsqu’ils ont des raisons réelles et objectives d’estimer que cette réitération est probable au regard des informations dont ils disposent au moment où ils font usage de leurs armes.

LMC Partenaires

En bref !

07/06/2019 + Consommateur et Professionnel la Différence
Droit de la consommation - Différencier consommateur et professionnel, une nécessité car le droit de la consommation protège les consommateurs et...
28/05/2019 + Droit de la consommation tour d'horizon rapide
Ce tour d’horizon de l’année 2018 relatif au droit de la consommation a pour but d’apporter quelques informations importantes que nécessitent les...
12/05/2019 + Droit des successions les avocats LMC Partenaires 78 vous accompagnent
LMC Partenaires est un cabinet d'avocats situé dans les Yvelines. Les avocats LMC Partenaires vous accompagnent pour toute question concernant le...
06/05/2019 + Article 1226 du Code Civil et prise d’acte de rupture du contrat de travail
La prise d’acte de la rupture du contrat de travail est un mode spécifique de rupture du contrat de travail ne répondant pas aux mêmes règles de...
18/04/2019 + Appréciation du caractère disproportionné du cautionnement
Appréciation du caractère disproportionné du cautionnement : Le Cabinet LMC PARTENAIRES obtient l’inopposabilité d’une caution donnée par un...
02/03/2015 - Rupture des relations commerciales et nature du préjudice indemnisable
Seuls sont indemnisables les préjudices découlant de la brutalité de la rupture et non de la rupture elle même. Cass. Com 10 février 2015 n°13-26.414...
26/02/2015 - Droit de la consommation
M. X… a reçu à son domicile une lettre circulaire l’incitant, par le biais de cadeaux offerts, à se faire livrer un véhicule neuf. A la...
26/02/2015 - La cessation d'activité d'une entreprise - Droit social
La cessation d'activité d'une entreprise n'a pas pour effet de libérer le salarié de sa clause de non-concurrence. (Cass. soc. 21-1-2015 n°...
18/02/2015 - Requalification du CDD - Droit du Travail
Le Juge d’instance peut à la demande d’un syndicat requalifier des CDD en CDI dans le cadre du calcul des effectifs de...
16/02/2015 - Droit du travail : Pékin Express
– Pékin Express : le contrat de participation à ce jeu qualifié par la chaine M6 « contrat de jeu », donc commercial, a été requalifié par la...
16/02/2015 - Obésite et handicap en droit du travail
Handicap : l'obésité peut constituer un handicap au sens de la directive relative à l'égalité de traitement en matière d'emploi du 18 décembre 2014.
06/02/2015 - Délai de préavis
En cas de licenciement, en l'espèce économique, un délai de préavis courre à compter de la première présentation de la lettre de licenciement jusqu'à...
06/02/2015 - Rupture conventionnelle et transaction
Elles ne sont compatibles que dans la mesure où elles ont des objets distincts…
06/02/2015 - Prise d’acte et résiliation judiciaire
Dans un arrêt en date du 29 janvier 2014, la Cour de Cassation a précisé qu’il convenait de statuer sur la gravité des manquements imputés par...
06/02/2015 - Clauses particulière du contrat de travail
Pas de contrepartie financière à une clause de confidentialité : c’est une prolongation de l’obligation de loyauté à…
06/02/2015 - Période d’essai
Le fait de poursuivre l’exécution du préavis de rupture de la période d’essai après la fin de cette…
06/02/2015 - Comportement du salarié
Un salarié qui se montre violent lors d’un voyage d’agrément organisé par l’employeur peut être sanctionné, ce voyage se rattachant...
06/02/2015 - Différences de traitement – Discrimination
Les qualités professionnelles ne justifient une différence de salaire à l’embauche, l’employeur n’ayant pu encore apprécier la...
06/02/2015 - Contrôle des salariés et moyens de preuve
Pas besoin de prévenir les salariés en cas de surveillance interne, pendant le temps de travail et sur le lieu de travail sans porter atteinte à la...
06/02/2015 - Salariés protégés
Le salarié protégé partant volontairement à la retraite dans un contexte de harcèlement moral peut obtenir la requalification de la rupture en...
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr