Le sexe neutre ne passe pas regard d'avocats

Le sexe neutre ne passe pas regard d'avocats

Nous nous interrogions récemment à l'occasion d'un article relatif au transsexualisme et à l'intersexualisme, sur l'opportunité, l'intérêt aujourd'hui de la mention du sexe sur les actes de l'état civil. L'idée émergeait notamment au regard de ce qui se f

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

vendredi 23 août 2019

Nous nous interrogions récemment à l'occasion d'un article relatif au transsexualisme et à l'intersexualisme, sur l'opportunité, l'intérêt...

Lundi 22 mai 2017

Nous nous interrogions récemment à l'occasion d'un article relatif au transsexualisme et à l'intersexualisme, sur l'opportunité, l'intérêt aujourd'hui de la mention du sexe sur les actes de l'état civil.

L'idée émergeait notamment au regard de ce qui se fait hors de nos frontières, où un troisième genre a été admis dans de nombreux pays.

Il était possible d'imaginer que dans l'élan suscité par le réforme du changement de sexe orchestrée par la loi de de modernisation de la justice du XXIème siècle du 18 novembre 2016, une révolution intervienne au profit des personnes au sexe indéterminé.

Nul vent de modernité au sein de la Cour de cassation qui vient, le 4 mai 2017 (Civ. 1ère, 4 mai 2017, n° 16-17.189), de mettre un coup d'arrêt à de grandes espérances.

 

Le troisième sexe dans le monde

 

Comme nous vous l'évoquions dans notre brève relative au changement de sexe, l'Allemagne, l'Argentine, l'Australie, l'Inde, le Népal ou encore la Polynésie ont admis le sexe neutre.

En Inde, depuis 2005, les personnes intersexuées peuvent opter pour un 3ème sexe lors de leurs demandes de passeport. L'égalité des droits entre ces personnes et les personnes entrant dans la binarité des sexes, a par la suite été reconnue pleinement. Les bugis, peuple d'Indonésie, reconnaissent l'existence de cinq "sexes" (masculin, féminin, androgyne, homme travesti, femme travestie).

Depuis une loi adoptée le 7 mai 2013, il est possible en Allemagne de choisir la mention sexe non identifié lors de la naissance d'un enfant.

La Juridiction Suprême d'Australie a quant à elle reconnu le 2 avril 2014 la possibilité de l'inscription d'un sexe neutre sur les actes d'état civil.

Cette ouverture d'esprit dans l'ensemble de ces pays plus ou moins frontaliers, pouvait servir d'inspiration créatrice à notre système interne. Tel n'a pas été le cas.

 

Le refus du sexe neutre en France

 

Dans cette affaire qui a donné lieu à l'arrêt du 4 mai dernier, une personne née de sexe masculin, avait saisi à l'âge de 63 ans le Président du Tribunal de grande instance d'une demande de rectification de son acte de naissance afin que soit substituée à l'indication sexe masculin celle de sexe neutre ou intersexe.

La Cour d'appel d'ORLEANS avait dans un arrêt rendu le 22 mars 2016 refusé de faire droit à sa demande, alors que le Tribunal statuant en première instance avait accueilli la demande.

Un pourvoi a alors été formé devant la Cour de cassation. Plusieurs arguments étaient soulevés au soutien de ces prétentions, incluant l'atteinte au droit au respect à sa vie privée. La personne à l'origine du pourvoi soutenait qu'elle était biologiquement intersexuée et ne se considérait, psychologiquement, ni comme un homme ni comme une femme.

Plus particulièrement, le requérant exposait qu'il était l'objet d'une ambiguïté sexuelle qui avait perduré tout au long de sa vie.

La Cour de cassation n'a pas entendu cet appel à une reconnaissance du sexe neutre, à la différence de ce qui s'est fait chez nos voisins allemands comme souligné précédemment.

La Cour énonce que "la loi française ne permet pas de faire figurer, dans les aces de l'état civil, l'indication d'un sexe autre que masculin ou féminin.

La Cour poursuit en fondant son refus que : "si l'identité sexuelle relève de la sphère protégée par l'article 8 de la Convention de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales, la dualité des énonciations relatives au sexe dans les actes de l'état civil poursuit un but légitime en ce qu'elle est nécessaire à l'organisation sociale et juridique, dont elle constitue un élément fondateur ; que la reconnaissance par le juge d'un "sexe neutre" aurait des répercussions profondes sur les règles du droit français construites à partir de la binarité des sexes et impliquerait de nombreuses modifications législatives de coordination ».

Plus précisément, la Cour de cassation s'est notamment basée sur une notion qui ne manquera pas d'étonner, "les yeux des tiers", afin de déterminer le sexe d'appartenance du requérant.

Il est possible d'en déduire que le subjectif et le ressenti n'ont pas encore leur place en la matière, ce qui ne peut qu'étonner lorsqu'on étudie la jurisprudence rendue par la Cour Européenne des Droits de l'Homme qui accorde une certaine importance au sexe ressenti.

Il est également possible de remettre en cause le but légitime poursuivi mis en avant par la Cour de cassation pour justifier sa décision. Ici encore, l'importance de la mention du sexe dans les actes de l'état civil quant à l'organisation sociale et juridique peut laisser songeur.

L'arrêt étant extrêmement motivé et promis à une large diffusion, la perspective d'un revirement de jurisprudence semble en l'état mince. Pour autant, ce rejet du sexe neutre ne semble pas définitif à plus long terme et des évolutions sont encore à attendre en la matière.

Cette frilosité de la Cour de cassation peut toutefois s'entendre. S'agissant d'une modification d'ampleur, la modification par la voie législative semble préférable afin d'assurer la cohérence de notre système législatif.

La poursuite de ce combat devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme est également à attendre.

LMC Partenaires

En bref !

28/07/2019 + Succession entre époux : avocats spécialisés en Droit des successions à Montigny
Les Avocats spécialisés en droit des successions de LMC Partenaires à Montigny vous conseilleront sur la succession entre époux et vous...
23/07/2019 + Le barème d'indemnisation validé par la Cour
Avis de l’Assemblée plénière de la Cour de cassation du 17 juillet 2019. La mesure phare de la réforme du droit du travail, le barème d'indemnisation...
19/07/2019 + Comment contester un testament ? Avocats en Droit des Successions Montigny le Bretonneux
Comment contester un testament ? Faîtes appel à des avocats spécialisés en Droit des Successions à Montigny dans les Yvelines qui vous aideront si...
12/07/2019 + Créer une entreprise avec le conseil d'avocats en droit des entreprises
SQY Cub vous accompagne pour créer une entreprise avec le conseil d'avocats spécialisés en droit des entreprises qui interviennent toutes les...
03/07/2019 + lettre de licenciement et précision des motifs Droit du travail
Une lettre de licenciement et précision des motifs. Il est nécessaire de motiver la lettre de licenciement et de préciser les circonstances des...
05/02/2015 - Faute grave du dirigeant
Le défaut de performance ne constitue pas à lui seul une faute grave du dirigeant. Il en va différemment si les mauvais résultats s'accompagnent d'un...
05/02/2015 - Prime de partage des bénéfices au profit des salariés (Loi 2014-1554 du 22/12/2014)
A compter du 1er janvier 2015, les sociétés employant au moins 50 salariés n'auront …
05/02/2015 - Les allégements apportés aux règles de création et de fonctionnement des Sociétés (Loi 2014-1545 du 20/12/2014)
Enregistrement des statuts : la loi nouvelle supprime à compter du 1er juillet 2015 l'obligation faite aux fondateurs d'une société…
05/02/2015 - De nouvelles mesures de simplification et de sécurisation en droit des sociétés (Ord. 2014-863 du 31/07/2014)
L’interdiction pour une EURL d’avoir pour associé unique une autre EURL (C. com. art. L 223-5) est supprimée…
05/02/2015 - Nouveautés issues de la Loi 2014-856 du 31/07/2014 dite « loi Hamon » et Décret 2014-1254 du 28/10/2014)
Les dispositions de l'article 18 de la loi prévoient que les salariés de sociétés commerciales de moins de 250 salariés devront…
04/02/2015 - Dissolution judiciaire
Un associé est recevable à agir en dissolution d'une société pour juste motif quand bien même il serait à l'origine de la mésentente, cette...
04/02/2015 - Rémunération du dirigeant de SAS
La rémunération du dirigeant d'une SAS n'est pas soumise au contrôle des conventions réglementées lorsque les statuts prévoient…
04/02/2015 - Associé et régime de communauté de biens
Les parts sociales non négociables acquises par un époux commun en biens pendant le mariage n’entrent en communauté que pour leur...
04/02/2015 - Evaluation des actions d'un associé de SAS exclu
En cas d'exclusion d'un associé d'une SAS, le prix de rachat de ses actions est fixé, dans le silence des statuts, à la date…
04/02/2015 - Responsabilité d'une société mère envers les salariés de sa filiale
Une société mère engage sa responsabilité envers les salariés de sa filiale si les décisions qu'elle a prises pour…
03/02/2015 - Droit du travail : 4 arrêts majeurs de la Cours de Cassation
Par 4 arrêts majeurs rendus le 27 janvier 2015, la Cour de Cassation rappelle que : “Les différences de traitement entre catégories...
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr