Clause de non concurrence : limitation oui, disproportion non !

Clause de non concurrence : limitation oui, disproportion non !

La clause de non-concurrence, figure contractuelle depuis longtemps connue et utilisée au sein des contrats de travail ou d'affaires, continue d'alimenter le contentieux devant la Cour de cassation. Par un arrêt du 11 mai 2017, la chambre commerciale de l

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

samedi 6 juin 2020

La clause de non-concurrence, figure contractuelle depuis longtemps connue et utilisée au sein des contrats de travail ou d'affaires, continue...

Jeudi 20 juillet 2017

La clause de non-concurrence, figure contractuelle depuis longtemps connue et utilisée au sein des contrats de travail ou d'affaires, continue d'alimenter le contentieux devant la Cour de cassation.

Par un arrêt du 11 mai 2017, la chambre commerciale de la Cour de cassation est venue une nouvelle fois préciser les conditions de validité d'une clause de non-concurrence (Com. 11 mai 2017, n°15-12.872). Si l'affaire menée devant la Cour de cassation portait sur un contrat d'agent commercial, la portée de l'arrêt peut être étendue à l'ensemble des contrats d'affaires.

 

La clause de non-concurrence : composante essentielle d'un contrat

Il convient de prime abord de revenir sur la différence entre la clause de non-concurrence en droit du travail et celle en droit commercial. Ces deux clauses ont pour objectif commun de protéger l'entreprise contre une potentielle concurrence d'un ancien ou actuel salarié ou encore d'un partenaire commercial. En effet, ces derniers en contact avec les secrets d'affaires et méthodes commerciales de leurs employeurs ou partenaires, bénéficieraient d'un avantage excessif et unique.

Pour autant, si le but est identique, les clauses de non-concurrence figurant au sein d'un contrat de travail sont encadrées par des conditions distinctes de celles pour les contrats d'affaires :

  • L'intérêt protégé doit être légitime, ce qui signifie qu'elle doit être indispensable à la protection des intérêts légitimes de l'employeur ;
  • La clause doit être limitée dans le temps mais également dans l'espace ;
  • La clause doit être proportionnée à l'intérêt protégé et prendre en compte les missions confiées au salarié ;
  • La clause doit obligatoirement prévoir une contrepartie financière ;

 

C'est en ce dernier élément que la clause de non concurrence figurant au sein des contrats de travail se distingue des clauses figurant au sein des contrats d'affaires. La clause de non-concurrence doit ainsi également être limitée dans sa durée et l'espace, et être proportionnée à l'objet du contrat et nécessaire à la protection des intérêts légitimes à protéger. Une contrepartie financière n'est pas exigée.

Cette distinction a notamment été rappelée le 11 mars 2014, par la chambre commerciale de la Cour de cassation selon laquelle :

"Mais attendu, d'une part, que dès lors qu'il n'était pas allégué qu'au jour de la souscription de la clause de non-concurrence, M. X... avait la qualité de salarié de la société, la cour d'appel a énoncé à bon droit qu'il suffisait, pour que cette clause fût licite, qu'elle soit limitée dans le temps et dans l'espace et proportionnée aux intérêts légitimes à protéger" (Com., 11 mars 2014, n° 12-12.074)

 

La clause de non concurrence : une interdiction proportionnée

 

Le litige présenté à la Cour de cassation (Com. 11 mai 2017, n°15-12.872) ne portait pas sur une contrepartie financière, non exigée en raison du contexte de droit des affaires et non de droit social.

En l'espèce, un contrat d'agent commercial avait été conclu entre deux sociétés, et comprenait une clause de non-concurrence visant le gérant de la société agent commerciale. La seconde société ayant été dissoute, le contrat d'agent commercial avait pris fin.

Une nouvelle société a par la suite été constituée, au sein de laquelle l'ancien gérant était devenu salarié.

La première société engagea une action à son encontre pour violation de la clause de non-concurrence et actes de concurrence déloyale.

La cour d'appel de RENNES dans un arrêt du 9 décembre 2014, a déclaré nulle la clause de non-concurrence.

Saisie d'un pourvoi de la société dont les droits auraient été bafoués, la Cour de cassation rappelle que pour être valable une clause de non-concurrence doit être limitée dans le temps et dans l'espace ainsi qu'être proportionnée par rapport à l'objet du contrat et nécessaire à la protection des intérêts légitimes de son bénéficiaire. La Cour de cassation ne fait ici que reprendre l'ensemble des éléments classiques de validité d'une clause de non-concurrence.

La Cour précise que la juridiction du fond a légalement justifié sa décision d'annuler la clause de non-concurrence litigieuse, en ce qu'elle n'était pas limitée géographiquement, s'appliquant sur l'ensemble du territoire français. De plus, la clause n'était pas proportionnée à l'objet du contrat puisqu'elle n'avait pas pour but de protéger la clientèle du mandant, première société. Au contraire, la clause avait pour objet  "d'interdire l'accès au marché national à l'ancien cocontractant, en le privant de la possibilité de continuer à exercer l'activité qu'il avait déjà entreprise au moins de manière accessoire, avant la conclusion du contrat, ce qui ne caractérisait pas la protection d'un intérêt légitime".

La Cour de cassation confirme ainsi la solution rendue par les juges du fond, reprenant ainsi une solution déjà énoncée par le passé, dans un arrêt rendu le 9 juillet 2002, notamment :

"Attendu qu'en se déterminant par ces seuls motifs, sans rechercher, comme elle y était invitée par les conclusions des frères X..., si la clause de non-concurrence, qui portait sur les produits pétroliers et leurs dérivés, était disproportionnée par rapport à l'objet du contrat de mandat qui ne concernait que la vente de “fuel domestique et de gazoil” et ne les empêchait pas d'exercer leur activité professionnelle, la cour d'appel n'a pas donné de base légale à sa décision?" (Com., 9 juill. 2002, n° 00-18.311).

Cet arrêt peut servir de piqûre de rappel aux professionnels quant à l'importance d'apporter un grand soin à la rédaction des clauses de non-concurrence. Se contenter d'une clause vague, dépourvue d'indications précises, ne peut qu'exposer les cocontractants à un contentieux lourd et onéreux.

 

 

 

 

LMC Partenaires

En bref !

14/05/2020 + Collecte de données personnelles par les employeurs rappels de la CNIL
Dans la perspective du déconfinement suite à la crise sanitaire de coronavirus COVID-19, la CNIL rappelle quelques principes concernant la collecte...
11/05/2020 + Contrat de travail les impacts des mesures COVID-19
Les avocats du cabinet LMC Partenaires vous expliquent les impacts des dernières mesures liés à la crise sanitaire du coronavirus COVID-19, sur le...
06/05/2020 + Avocat Montigny-le-Bretonneux 78 – LMC Partenaires
Entreprises ou particuliers, vous recherchez un avocat à Montigny-le-Bretonneux commune de la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines, spécialisé...
05/05/2020 + Aides aux indépendants ou auto-entrepreneurs et COVID-19
Vous êtes indépendant ou auto-entrepreneur et votre activité est affectée par la crise sanitaire liée au coronavirus COVID-19. Des mesures ont été...
04/05/2020 + Voyages annulés en raison du COVID-19 quelles mesures ?
Une ordonnance s'applique aux voyages annulés en raison du COVID-19 dès lors que la résolution du contrat a été notifiée par l'organisateur du voyage...
24/04/2015 - Prise d’acte et résiliation judiciaire - Droit social
Prise d'acte et résiliation judiciaire : si elle résulte d'une simple négligence de l'employeur et non d'un refus de ce dernier, l'absence de visite...
24/04/2015 - Fichiers numériques confidentiels - Droit social
Détournement par un salarié de données professsionnelles et abus de confiance.
24/04/2015 - Clause de non-concurrence - Droit social
Clause de non-concurrence : un salarié dispensé de l'exécution de son préavis est en droit de prétendre dès son départ effectif de l'entreprise au...
15/04/2015 - Responsabilité du notaire et efficacité de son acte
Ni la déclaration d’ouverture du chantier ni l’existence d’une garantie financière d’achèvement ne dispensent le Notaire de...
15/04/2015 - Obligation de délivrance du vendeur d’un produit complexe
Le Vendeur d’un produit complexe, en l’espèce une machine-outil, s’est dispensé de la mettre en route. Il a manqué à son obligation...
07/04/2015 - Banque et Finances de l’Entreprise
Ne constitue pas une ouverture de crédit, une simple tolérance de la Banque. Ainsi, une banque qui laisse quelques mois fonctionner le compte de son...
07/04/2015 - Les créances de l’indivision entre époux divorcés naissent au prononcé du divorce
La créance d’un ex-époux au titre de l’occupation d’un immeuble indivis après le divorce par son ex-conjoint nait du fait de cette...
07/04/2015 - Contrats et clause pénale
Une clause d’un contrat de prestations de services qui prévoit qu’en cas de résiliation anticipée, le client doit payer...
29/03/2015 - Responsabilité du dirigeant pour insuffisance d’actif : déclaration de cessation de paiement
Le fait d’oublier d’effectuer une déclaration de cessation des paiements dans le délai légal, est susceptible de constituer une faute de...
29/03/2015 - Est-il licite de sonoriser un local de garde à vue pour obtenir des preuves ?
Au cours d’une mesure de garde à vue, le placement, durant des périodes de repos séparant les auditions, de deux personnes, retenues dans des...
25/03/2015 - Fichier national des interdits de gérer : publication du décret
La loi du 22 mars 2012 (2012-387) à créé le fichier national des interdits de gérer afin de lutter contre les fraudes, de prévenir la commission des...
25/03/2015 - Cautionnement disproportionné : portée de la décharge de la caution
La Cour de Cassation par arrêt de la Chambre Mixte du 2 février 2015 n°13.13.709, précise pour la première fois la portée de l’article L341-4...
18/03/2015 - Droit social
Un juge saisi d'un cumul de demandes d'indemnisation au titre de la discrimination et du harcèlement moral peut condamner l'employeur à verser...
18/03/2015 - Droit social
La Cour de cassation se prononce sur l'articulation de la rupture conventionnelle et du licenciement disciplinaire. Il en résulte les trois principes...
18/03/2015 - Droit social
Si elle résulte d'une simple négligence de l'employeur et non d'un refus de ce dernier, l'absence de visite médicale d'embauche ne justifie pas la...
COVID-19 ]
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr