Fin de vie : L'intervention du Conseil constitutionnel

Fin de vie : L'intervention du Conseil constitutionnel

Le traitement de la fin de vie fait régulièrement l'objet de débats et procédures judiciaires, notamment avec l'affaire très médiatisée de M. Vincent LAMBERT. Par une question prioritaire de constitutionnalité qui a abouti à la décision n°2017-632 du 2 ju

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

lundi 18 février 2019

Le traitement de la fin de vie fait régulièrement l'objet de débats et procédures judiciaires, notamment avec l'affaire très médiatisée de M. Vincent...

Lundi 2 octobre 2017

Le traitement de la fin de vie fait régulièrement l'objet de débats et procédures judiciaires, notamment avec l'affaire très médiatisée de M. Vincent LAMBERT.

Par une question prioritaire de constitutionnalité qui a abouti à la décision n°2017-632 du 2 juin 2017, le Conseil constitutionnel a été saisi d'une demande relative à la loi n°2016-87 du 2 février 2016, dite loi Claeys-Léonetti.

Cette loi pose le principe selon lequel "toute personne a droit à une fin de vie digne et apaisée. Les professionnels de santé mettent en œuvre tous les moyens à leur disposition pour que ce droit soit respecté". 

Modification de la loi et nouvelles dispositions

La loi inclut modifications et nouvelles dispositions, à savoir de manière non exhaustive :

  • L'article L1110-5-1 du Code de la santé publique selon lequel :

"Les actes mentionnés à l’article L. 1110-5 ne doivent pas être mis en œuvre ou poursuivis lorsqu’ils résultent d’une obstination déraisonnable. Lorsqu’ils apparaissent inutiles, disproportionnés ou lorsqu’ils n’ont d’autre effet que le seul maintien artificiel de la vie, ils peuvent être suspendus ou ne pas être entrepris, conformément à la volonté du patient et, si ce dernier est hors d’état d’exprimer sa volonté, à l’issue d’une procédure collégiale définie par voie réglementaire.

La nutrition et l’hydratation artificielles constituent des traitements qui peuvent être arrêtés conformément au premier alinéa du présent article.

Lorsque les actes mentionnés aux deux premiers alinéas du présent article sont suspendus ou ne sont pas entrepris, le médecin sauvegarde la dignité du mourant et assure la qualité de sa vie en dispensant les soins palliatifs mentionnés à l’article L. 1110-10. »

Cette disposition précise ainsi le droit au refus à une obstination déraisonnable qui avait été introduit par la première loi Léonetti du 22 avril 2005.

Ainsi, le médecin ne doit pas poursuivre des actes inutiles, disproportionnés ou lorsqu'ils n'ont d'autre effet que le maintien artificiel de la vie. La volonté du patient sur la suspension ou le refus de ce soin prime. A défaut de possibilité d'exprimer sa volonté, une procédure collégiale sera mise en œuvre.

 

  • L'article L. 1110-5-2.du Code de la santé publique qui précise :

"A la demande du patient d’éviter toute souffrance et de ne pas subir d’obstination déraisonnable, une sédation profonde et continue provoquant une altération de la conscience maintenue jusqu’au décès, associée à une analgésie et à l’arrêt de l’ensemble des traitements de maintien en vie, est mise en œuvre dans les cas suivants :
1° Lorsque le patient atteint d’une affection grave et incurable et dont le pronostic vital est engagé à court terme présente une souffrance réfractaire aux traitements ;
2° Lorsque la décision du patient atteint d’une affection grave et incurable d’arrêter un traitement engage son pronostic vital à court terme et est susceptible d’entraîner une souffrance insupportable.

Lorsque le patient ne peut pas exprimer sa volonté et, au titre du refus de l’obstination déraisonnable mentionnée à l’article L. 1110-5-1, dans le cas où le médecin arrête un traitement de maintien en vie, celui-ci applique une sédation profonde et continue provoquant une altération de la conscience maintenue jusqu’au décès, associée à une analgésie.
La sédation profonde et continue associée à une analgésie prévue au présent article est mise en œuvre selon la procédure collégiale définie par voie réglementaire qui permet à l’équipe soignante de vérifier préalablement que les conditions d’application prévues aux alinéas précédents sont remplies.

A la demande du patient, la sédation profonde et continue peut être mise en œuvre à son domicile, dans un établissement de santé ou un établissement mentionné au 6° du I de l’article L. 312-1 du code de l’action sociale et des familles.
L’ensemble de la procédure suivie est inscrite au dossier médical du patient
. »

Cette disposition porte ainsi sur le droit à une sédation profonde et continue corrélative à un arrêt des traitements de maintien en vie.

 

  • L'article L1111-4 du Code de la santé publique consacre le droit au refus de soins par le malade et la primauté de son choix, y compris lorsqu'il est hors d'état de manifester sa volonté.

L'association à l'origine de la QPC contestait ces dispositions en leur reprochant un défaut de garantie légal et la méconnaissance du principe constitutionnel de sauvegarde de la dignité de la personne humaine découlant du droit à la vie.

Plus précisément, les demandes portaient sur la procédure collégiale mise en œuvre lorsque le patient est dans l'incapacité de manifester sa volonté. Cette dernière n'est pas contraignante vis-à-vis du médecin, qui décide seul de l'arrêt des traitements.

 

Le Conseil constitutionnel a rejeté l'argumentaire de la QPC, pour les motifs suivants :

  • Le médecin est dans l'obligation de solliciter l'avis de son patient et de respecter les directives anticipées de ce dernier, sauf exception. A défaut de directives anticipées, il consulte la personne de confiance désignée ou les proches.
  • La procédure collégiale a pour objectif de vérifier le respect des conditions légales et médicales d'arrêt des soins et d'application de la sédation profonde et continue. Cet avis est destiné à éclairer la décision du médecin.
  • Le juge a un pouvoir de contrôle sur la décision du médecin et son appréciation de la volonté du patient.

Conseil constitutionnel a par conséquent confirmé la validité des dispositions contestées estimant qu'elles étaient assorties de garanties suffisantes.

Le Conseil constitutionnel a émis une réserve s'agissant de la contestation de l'existence d'un droit à un recours juridictionnel effectif, soulevé par l'auteur de la QPC.

Il énonce ainsi que :

« S'agissant d'une décision d'arrêt ou de limitation de traitements de maintien en vie conduisant au décès d'une personne hors d'état d'exprimer sa volonté, le droit à un recours juridictionnel effectif impose que cette décision soit notifiée aux personnes auprès desquelles le médecin s'est enquis de la volonté du patient, dans des conditions leur permettant d'exercer un recours en temps utile. Ce recours doit par ailleurs pouvoir être examiné dans les meilleurs délais par la juridiction compétente aux fins d'obtenir la suspension éventuelle de la décision contestée. Sous ces réserves, le grief tiré de la méconnaissance du droit à un recours juridictionnel effectif doit être écarté. »

Mais la doctrine[1] critique l'exigence d'une notification, imprécise, du Conseil constitutionnel et appelle notamment de ses vœux une intervention du législateur pour en préciser les contours (modalités, définition des destinataires de la notification).

Nul doute qu'après les débats extrêmement animés ayant égrenés la récente loi, une telle intervention ne sera pas immédiate.

[1] "Avis de mort imminente d'un proche par lettre recommandée", Annick Batteur, D. 2017, p.1307

LMC Partenaires

En bref !

16/02/2019 + Droit de rétractation entre professionnels : une décision bienvenue pour les petits entrepreneurs.
La cour de cassation vient de rendre un arret portant sur la délimitation des règles relatives aux contrats hors établissements.
12/02/2019 + Une justice plus fluide, lisible et efficace grâce à la transformation numérique
En 2022 la totalité des démarches administratives seront numérisées. Pour atteindre cet objectif le ministère de la justice s'est engagé dans une...
07/02/2019 + Les après-midis social du MEDEF Yvelines
Les actualités sociales jurisprudentielles présentées aux après-midis du MEDEF par les avocats de LMC Partenaires
30/11/2018 + Requalification en contrat de travail pour un coursier auto-entrepreneur
La Cour de Cassation vient de rendre le 28 novembre 2018 (17-20.079), un premier arrêt relatif à une demande de requalification d'un contrat...
14/11/2018 + Absentéisme au travail : LMC partenaires vous invite à débattre!
"Comment limiter l'absentéisme dans vos entreprises ? » Voici la question autour de laquelle LMC Partenaires va débattre durant un petit déjeuner...
18/06/2015 - La suppression des impôts en 2017 ?
  Les impôts sont ils supprimés en 2017 ? Le gouvernement vient d’annoncer que l’année 2017 serait une année blanche en impôts et...
17/06/2015 - Information du consommateur et Allergies
Prévenir le consommateur contre les Allergies A compter du 1er juillet 2015, le consommateur devra être informé de l’existence des substances...
17/06/2015 - Credit immobilier et Assurance
Information de l’emprunteur immobilier sur l’assurance A compter du 1er octobre 2015, le prêteur devra remettre à l’emprunteur...
15/06/2015 - Droit social
Le Conseil d’Etat renvoie au Conseil constitutionnel une question prioritaire de constitutionnalité relative aux dispositions de la loi sur...
15/06/2015 - Droit du travail
Constitue un avertissement disciplinaire, lcliquer ici pour aller sur le site de lmcpartenairesa lettre de l'employeur l'informant que son absence...
15/06/2015 - Droit du travail
S’il a connaissance de l’origine professionnelle de l’inaptitude d’un salarié, l’employeur doit consulter les délégués...
15/06/2015 - Droit du travail
Même autorisé par l'inspecteur du travail, le licenciement pour inaptitude physique d'un salarié protégé peut être annulé par le juge prud'homal si...
15/06/2015 - Droit du travail- indemnité
L’indemnité accordée par le juge à un délégué du personnel licencié sans autorisation de l’inspecteur du travail et qui ne demande pas sa...
15/06/2015 - Droit du travail
L'employeur doit reprendre le versement de la rémunération du salarié qui n'est ni reclassé ni licencié un mois après avoir été déclaré inapte. Mais...
15/06/2015 - Droit du travail
L'employeur qui accueille des salariés détachés temporairement par une entreprise non établie en France doit annexer au registre unique personnel les...
15/06/2015 - Droit du travail Européen
La Cour de cassation renvoie à la Cour de justice de l'Union européenne la question de savoir si le refus par une salariée d'ôter un voile islamique...
15/06/2015 - Droit syndical
Les fautes commises par un salarié protégé dans l'exercice de ses fonctions représentatives peuvent justifier un licenciement disciplinaire si elles...
15/06/2015 - Droit du travail
L'absence d'une clause obligatoire du contrat de mission entraîne sa requalification en CDI auprès de l’entreprise de travail temporaire. C'est...
15/06/2015 - Droit du travail
L'adhésion d'un salarié au contrat de sécurisation professionnelle n'exonère pas l'employeur de son obligation de lui indiquer la cause économique de...
15/06/2015 - Droit du travail
Lorsqu'un salarié est victime de harcèlement moral ou sexuel au travail, ce manquement de l'employeur à son obligation de sécurité de résultat...
Accueil ] Le Cabinet ] Entreprises ] Particuliers ] Formations ] Honoraires ] Nos succès ] Actualités ] Contact ]

Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr