Gestation pour autrui : Validation de l'adoption par l'époux du père

La gestation pour autrui reste prohibée en France, notamment par l'intermédiaire de l'article 16-7 du Code civil selon lequel toute convention...

LMC Partenaires

Samedi 14 octobre 2017

La gestation pour autrui reste prohibée en France, notamment par l'intermédiaire de l'article 16-7 du Code civil selon lequel "toute convention portant sur la procréation ou la gestation pour le compte d'autrui est nulle". L'article 16-9 du Code civil précise que ces dispositions sont d'ordre public.

Cette interdiction conduit de nombreux couples, stériles ou homosexuels notamment, à se tourner vers l'étranger afin de faire appel à des mères porteuses.

Confrontée à ces situations complexes, après le retour de ces familles en France qui sollicitent la transcription sur les actes d'état civil d'un acte de naissance étranger, la Cour de cassation est venue préciser sa jurisprudence qui a connu une évolution récente.

Une évolution en adéquation avec la jurisprudence récente

Les quatre décisions rendues en juillet 2017 par la Cour de cassation sont le résultat d'une évolution de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme et de sa propre jurisprudence.

La jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'Homme a rappelé que la filiation biologique étant un élément fondamental de l'identité de chacun, le refus de transcription de la filiation de l'enfant à l'égard du père tel qu'il apparaît sur l'acte étranger, constitue une atteinte disproportionnée au droit à la vie privée de l'enfant, consacré par l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'Homme.(CEDH, 26 juin 2014, Mennesson et Labassée c/ France).

Comme nous vous l'indiquions dans notre précédent billet sur le sujet, la Cour de cassation avait suivi la Cour européenne des droits de l'Homme, par deux arrêts rendus le 3 juillet 2015 (AP, 3 juillet 2015, n°14-21.323 et n°15-50.002). Ces décisions rappelaient que le recours à une GPA à l'étranger ne fait pas à lui seul, obstacle à la transcription des actes de naissances étrangers.

Pour autant, seule la transcription d'une filiation conforme aux "réalités" biologiques étaient autorisées.

La Cour de cassation est venue compléter sa jurisprudence par deux arrêts du 5 juillet 2017.

Le refus de reconnaissance de la mère d'intention

Dans la première affaire, la Cour de cassation avait eu à répondre à la question de la possibilité de transcrire à l'état civil français de l'acte de naissance étranger, alors que la mère qui y est indiquée n'est pas celle qui a accouché.

La Cour de cassation reste ici dans la droite ligne de sa jurisprudence précédente, l'accouchement étant le facteur permettant de qualifier une femme de mère.

Par conséquent, l'acte de naissance étranger pourra être transcrit partiellement, en ce qu'il désigne le père, mais ne pourra pas l'être quant à la mère d'intention qui n'a pas accouché.

La Cour de cassation dans un communiqué, rappelle que "la prohibition de la GPA par la loi française poursuit un but légitime de protection des enfants et des mères porteuses » et que "la transcription partielle ne porte par une atteinte disproportionnée au droit au respect de la vie privée et familiale, qu'un certificat de nationalité française lui est délivré et qu'il existe une possibilité d'adoption par l'épouse ou l'époux du père".

La Cour de cassation maintien de ce fait la primauté du biologique sur l'intention.

L'adoption par le conjoint du père biologique

Dans son second arrêt, la Cour de cassation a dû traiter de l'hypothèse d'un père biologique d'un enfant issu d'une GPA qui se marie par la suite. La mère biologique, liée par une convention de gestation pour autrui avec le père, avait procédé à la reconnaissance de l'enfant. L'époux avait saisi le Tribunal de grande instance d'une requête en adoption de l'enfant de son conjoint, après consentement de la mère biologique.

La Cour d'appel de DIJON avait refusé de faire droit à la demande d'adoption simple, se fondant sur l'illégalité de la naissance de l'enfant issu d'une GPA et le défaut de valeur du consentement de la mère à l'adoption.

La Cour de cassation est venue censurer l'arrêt d'appel, en énonçant qu'une gestation pour autrui réalisée à l'étranger ne fait pas obstacle, à elle seule, à l'adoption de l'enfant par l'époux du père.

Elle énonce dans son communiqué avoir tiré les conséquences de la loi du 17 mai 2013 pour le mariage pour tous et de ses arrêts précités du 3 juillet 2015.

Elle inscrit cet arrêt dans la droite ligne de sa jurisprudence relative à la procréation médicalement assistée, qui ne fait pas obstacle à l'adoption de l'enfant par l'épouse de la mère.

Elle rappelle pour autant que l'adoption doit remplir les conditions légales et être conforme à l'intérêt de l'enfant.

Pour rappel, l'article 353 du Code civil précise que l'adoption plénière d'un enfant est prononcé après vérification dans un délai de six mois à compter de la saisine du tribunal, si les conditions de la loi sont remplies et si l'adoption est conforme à l'intérêt de l'enfant.

L'intérêt supérieur de l'enfant résulte notamment de l'article 3§1 de la Convention de New-York relative aux droits de l'enfant.

La Cour de cassation poursuit son travail d'encadrement de la réception de la Gestation pour autrui en France. Il semble toutefois que le législateur sera à un moment dans l'obligation d'intervenir afin de sécuriser la situation de ces enfants nés à l'étranger, qui restent toujours la priorité, peu important l'avis porté sur la question de la gestation pour autrui.

En bref !

12/02/2021 - COVID 19 Droit des sociétés et modalités de tenue des Assemblées
Prorogation de l’ordonnance du 25 mars 2020 portant adaptation des règles de réunion et de délibération des assemblées et organes dirigeants
12/02/2021 - COVID 19 : Quelles solutions pour le locataire d’un bail commercial ?
La loi du 14 novembre 2020 et l'Etat d'urgence
20/01/2021 - Le divorce accéléré grâce à la réforme?
A compter du 1er janvier 2021, de nouvelles dispositions légales sont entrées en vigueur concernant les divorces introduits postérieurement à cette...
03/12/2020 - Télétravail l'Accord National Interprofessionnel du 26 Novembre 2020
Le 26 novembre 2020 le patronat (MEDEF, CPME et U2P) et trois syndicats (CFDT, FO, CFTC) ont conclu un projet de nouvel Accord National...
01/10/2020 - Avocat Divorce à Montigny-le-Bretonneux - Avocats LMC
Au sein du cabinet d’avocats LMC Partenaires à Montigny-le-Bretonneux, l’avocat en charge de votre demande de divorce sera à votre écoute et vous...
23/09/2020 - Les impayés en entreprise, comment les gérer ?
Crise économique et impayés en entreprise, comment les gérer ? La crise sanitaire a fait quasiment doubler le nombre de factures impayées mettant la...
10/08/2020 - Comment annuler un testament fait chez le notaire ?
Lors d'une succession, on distingue les testaments authentiques rédigés devant notaire, des testaments olographes. Comment annuler un testament fait...
29/06/2020 - Avocat en Droit du Travail à Montigny-le-Bretonneux
Le cabinet d’avocats LMC Partenaires à Montigny-le-Bretonneux regroupe des avocats en droit du travail qui accompagnent les entreprises dans...
14/05/2020 - Collecte de données personnelles par les employeurs rappels de la CNIL
Dans la perspective du déconfinement suite à la crise sanitaire de coronavirus COVID-19, la CNIL rappelle quelques principes concernant la collecte...
11/05/2020 - Contrat de travail les impacts des mesures COVID-19
Les avocats du cabinet LMC Partenaires vous expliquent les impacts des dernières mesures liés à la crise sanitaire du coronavirus COVID-19, sur le...
06/05/2020 - Avocat Montigny-le-Bretonneux 78 - LMC Partenaires
Entreprises ou particuliers, vous recherchez un avocat à Montigny-le-Bretonneux commune de la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines, spécialisé...
05/05/2020 - Aides aux indépendants ou auto-entrepreneurs et COVID-19
Vous êtes indépendant ou auto-entrepreneur et votre activité est affectée par la crise sanitaire liée au coronavirus COVID-19. Des mesures ont été...
04/05/2020 - Voyages annulés en raison du COVID-19 quelles mesures ?
Une ordonnance s'applique aux voyages annulés en raison du COVID-19 dès lors que la résolution du contrat a été notifiée par l'organisateur du voyage...
24/04/2020 - Covid-19 Quels impacts sur les loyers commerciaux
Vos locataires, bénéficiaires de baux commerciaux ont dû fermer leurs locaux commerciaux du fait du covid-19 et demandent le report du règlement des...
24/04/2020 - Covid-19 Santé des salariés et responsabilité du dirigeant
Prévention de la santé des salariés et responsabilité des dirigeants d'entreprises dans le contexte de crise sanitaire de coronavirus covid-19. Des...
23/04/2020 - Entreprises - Contrats en cours et crise sanitaire Covid-19
L’impact de Covid-19 sur les contrats en cours des entreprises, ne transforme pas automatiquement l’épidémie en un cas de force majeure justifiant...
23/04/2020 - Entreprises en cessation de paiements au 12 mars 2020
Les entreprise en cessation de paiements après le 12 mars 2020 se voient accorder un sursis par le gouvernement et ne sont pas tenues d’effectuer une...
22/04/2020 - COVID 19 et risque de dépôt de bilan : quelle procédure collective
Vous rencontrez des difficultés financières en raison de la pandémie de Coronavirus COVID-19 ? Vous n’arrivez plus à régler vos charges, votre loyer,...
15/04/2020 - Coronavirus et Gestion des Ressources Humaines
Des mesures exceptionnelles ont été prises par le gouvernement afin d’aider les entreprises confrontées à une baisse d’activité, à faire face à la...
14/04/2020 - COVID-19 L'employeur peut-il contrôler la température des salariés ?
Dans le cadre de l'épidémie de coronavirus COVID-19, l’employeur peut-il imposer le contrôle de la température de ses salariés à l'entrée dans...
Page : 1 . 2 . 3 . 4 . 5 . 6 . 7 . 8 . 9 . 10 . 11 . 12
Copyright © 2021
LMC Partenaires
Tous droits réservés