Gestation pour autrui : Validation de l'adoption par l'époux du père

Gestation pour autrui : Validation de l'adoption par l'époux du père

La gestation pour autrui reste prohibée en France, notamment par l'intermédiaire de l'article 16-7 du Code civil selon lequel toute convention portant sur la procréation ou la gestation pour le compte d'a

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

dimanche 18 août 2019

La gestation pour autrui reste prohibée en France, notamment par l'intermédiaire de l'article 16-7 du Code civil selon lequel toute convention...

Samedi 14 octobre 2017

La gestation pour autrui reste prohibée en France, notamment par l'intermédiaire de l'article 16-7 du Code civil selon lequel "toute convention portant sur la procréation ou la gestation pour le compte d'autrui est nulle". L'article 16-9 du Code civil précise que ces dispositions sont d'ordre public.

Cette interdiction conduit de nombreux couples, stériles ou homosexuels notamment, à se tourner vers l'étranger afin de faire appel à des mères porteuses.

Confrontée à ces situations complexes, après le retour de ces familles en France qui sollicitent la transcription sur les actes d'état civil d'un acte de naissance étranger, la Cour de cassation est venue préciser sa jurisprudence qui a connu une évolution récente.

Une évolution en adéquation avec la jurisprudence récente

Les quatre décisions rendues en juillet 2017 par la Cour de cassation sont le résultat d'une évolution de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme et de sa propre jurisprudence.

La jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'Homme a rappelé que la filiation biologique étant un élément fondamental de l'identité de chacun, le refus de transcription de la filiation de l'enfant à l'égard du père tel qu'il apparaît sur l'acte étranger, constitue une atteinte disproportionnée au droit à la vie privée de l'enfant, consacré par l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'Homme.(CEDH, 26 juin 2014, Mennesson et Labassée c/ France).

Comme nous vous l'indiquions dans notre précédent billet sur le sujet, la Cour de cassation avait suivi la Cour européenne des droits de l'Homme, par deux arrêts rendus le 3 juillet 2015 (AP, 3 juillet 2015, n°14-21.323 et n°15-50.002). Ces décisions rappelaient que le recours à une GPA à l'étranger ne fait pas à lui seul, obstacle à la transcription des actes de naissances étrangers.

Pour autant, seule la transcription d'une filiation conforme aux "réalités" biologiques étaient autorisées.

La Cour de cassation est venue compléter sa jurisprudence par deux arrêts du 5 juillet 2017.

Le refus de reconnaissance de la mère d'intention

Dans la première affaire, la Cour de cassation avait eu à répondre à la question de la possibilité de transcrire à l'état civil français de l'acte de naissance étranger, alors que la mère qui y est indiquée n'est pas celle qui a accouché.

La Cour de cassation reste ici dans la droite ligne de sa jurisprudence précédente, l'accouchement étant le facteur permettant de qualifier une femme de mère.

Par conséquent, l'acte de naissance étranger pourra être transcrit partiellement, en ce qu'il désigne le père, mais ne pourra pas l'être quant à la mère d'intention qui n'a pas accouché.

La Cour de cassation dans un communiqué, rappelle que "la prohibition de la GPA par la loi française poursuit un but légitime de protection des enfants et des mères porteuses » et que "la transcription partielle ne porte par une atteinte disproportionnée au droit au respect de la vie privée et familiale, qu'un certificat de nationalité française lui est délivré et qu'il existe une possibilité d'adoption par l'épouse ou l'époux du père".

La Cour de cassation maintien de ce fait la primauté du biologique sur l'intention.

L'adoption par le conjoint du père biologique

Dans son second arrêt, la Cour de cassation a dû traiter de l'hypothèse d'un père biologique d'un enfant issu d'une GPA qui se marie par la suite. La mère biologique, liée par une convention de gestation pour autrui avec le père, avait procédé à la reconnaissance de l'enfant. L'époux avait saisi le Tribunal de grande instance d'une requête en adoption de l'enfant de son conjoint, après consentement de la mère biologique.

La Cour d'appel de DIJON avait refusé de faire droit à la demande d'adoption simple, se fondant sur l'illégalité de la naissance de l'enfant issu d'une GPA et le défaut de valeur du consentement de la mère à l'adoption.

La Cour de cassation est venue censurer l'arrêt d'appel, en énonçant qu'une gestation pour autrui réalisée à l'étranger ne fait pas obstacle, à elle seule, à l'adoption de l'enfant par l'époux du père.

Elle énonce dans son communiqué avoir tiré les conséquences de la loi du 17 mai 2013 pour le mariage pour tous et de ses arrêts précités du 3 juillet 2015.

Elle inscrit cet arrêt dans la droite ligne de sa jurisprudence relative à la procréation médicalement assistée, qui ne fait pas obstacle à l'adoption de l'enfant par l'épouse de la mère.

Elle rappelle pour autant que l'adoption doit remplir les conditions légales et être conforme à l'intérêt de l'enfant.

Pour rappel, l'article 353 du Code civil précise que l'adoption plénière d'un enfant est prononcé après vérification dans un délai de six mois à compter de la saisine du tribunal, si les conditions de la loi sont remplies et si l'adoption est conforme à l'intérêt de l'enfant.

L'intérêt supérieur de l'enfant résulte notamment de l'article 3§1 de la Convention de New-York relative aux droits de l'enfant.

La Cour de cassation poursuit son travail d'encadrement de la réception de la Gestation pour autrui en France. Il semble toutefois que le législateur sera à un moment dans l'obligation d'intervenir afin de sécuriser la situation de ces enfants nés à l'étranger, qui restent toujours la priorité, peu important l'avis porté sur la question de la gestation pour autrui.

LMC Partenaires

En bref !

28/07/2019 + Succession entre époux : avocats spécialisés en Droit des successions à Montigny
Les Avocats spécialisés en droit des successions de LMC Partenaires à Montigny vous conseilleront sur la succession entre époux et vous...
23/07/2019 + Le barème d'indemnisation validé par la Cour
Avis de l’Assemblée plénière de la Cour de cassation du 17 juillet 2019. La mesure phare de la réforme du droit du travail, le barème d'indemnisation...
19/07/2019 + Comment contester un testament ? Avocats en Droit des Successions Montigny le Bretonneux
Comment contester un testament ? Faîtes appel à des avocats spécialisés en Droit des Successions à Montigny dans les Yvelines qui vous aideront si...
12/07/2019 + Créer une entreprise avec le conseil d'avocats en droit des entreprises
SQY Cub vous accompagne pour créer une entreprise avec le conseil d'avocats spécialisés en droit des entreprises qui interviennent toutes les...
03/07/2019 + lettre de licenciement et précision des motifs Droit du travail
Une lettre de licenciement et précision des motifs. Il est nécessaire de motiver la lettre de licenciement et de préciser les circonstances des...
23/05/2016 - Consentement à l'acte de cautionnement : quels sont les risques ?
Conformément à l'article 1415 du Code civil : « Chacun des époux ne peut engager que ses biens propres et ses revenus, par un cautionnement ou un...
19/05/2016 - Attention à la taxe professionnelle lors de la vente du fonds de commerce !
Conformément à l'article 1478 du CGI : La cotisation foncière des entreprises est due pour l’année entière par le redevable qui exerce...
16/05/2016 - Devoir de conseil et mise en garde : les obligations de votre banque !
Par un arrêt en date du 9 février 2016 (n°14-23.210), la chambre commerciale de la Cour de cassation a apporté d'utiles précisions quant aux devoirs...
11/05/2016 - Les « Panama Papers » : quelles sanctions pour les évadés fiscaux ?
A la suite d'une fuite d'informations, le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) a eu accès à plus de 11 millions de...
13/04/2016 - Epuisement des droits de marque : un moyen de défense
Par une décision du 10 novembre 2015 (n°14-11.479), la chambre commerciale de la Cour de cassation a eu l'occasion de préciser le régime de la preuve...
06/04/2016 - Le bail commercial et la restriction de concurrence
Par un arrêt du 26 novembre 2015 (aff. C-345/14, SIA Maxima Latvija), la Cour de Justice de l'Union Européenne (CJUE) a eu l'occasion de s'intéresser...
30/03/2016 - BNP Paribas suspectée de pratiques commerciales trompeuses
Accusée de pratiques commerciales trompeuses, BNP Paribas a comparu devant le Tribunal correctionnel de Paris lundi 8 février 2016. Sans surprise,...
23/03/2016 - La mise en demeure de Facebook par la CNIL
Le 26 janvier 2016, la Commission Nationale Informatique et Liberté (CNIL) a mis en demeure le géant de l'Internet Facebook de régulariser sa...
14/03/2016 - La retranscription : plus qu'un devoir journalistique, une obligation légale
Par une décision remarquée du 23 juin 2015, la chambre criminelle de la Cour de cassation a confirmé la condamnation d'Edwy Plenel, en sa qualité de...
10/03/2016 - La webcam, nouvel instrument de maintien des liens familiaux ?
La webcam, nouvel instrument de maintien des liens familiaux ? Les innovations numériques irriguent aujourd'hui l'ensemble de la société et...
04/03/2016 - La réforme du droit des contrats, vers un renouvellement du Code civil
Par une décision du 28 avril 2005, le Conseil constitutionnel a consacré un objectif de valeur constitutionnel d'accessibilité et d'intelligibilité...
02/03/2016 - La ponctualité une obligation de résultat pour la SNCF
Par un arrêt du 14 janvier 2016 (Civ. 1ère, 14 janvier 2016, n°14-28227), la Cour de cassation a affirmé que : l'obligation de ponctualité à laquelle...
29/02/2016 - Les conditions de la femme en milieu carcéral : abandon du principe de parité
Dans un avis en date du 25 janvier 2016, la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) Adeline Hazan tire la sonnette d'alarme...
24/02/2016 - Juridictions d'exception et Etat d'urgence - Suite
Suite de notre dossier sur les juridictions d'exception et Etat d'urgence pour mieux comprendre notre actualité. La guerre d'Algérie : la mise en...
23/02/2016 - Juridictions d'exception et Etat d'urgence - Dossier
Ce n'est pas par des lois et des juridictions d'exception qu'on défend la liberté contre ses ennemis. Ce serait là un piège que l'histoire a déjà...
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr