FRAIS PROFESSIONNELS ABATTEMENT 10%

FRAIS PROFESSIONNELS ABATTEMENT 10%

L’ABATTEMENT FORFAITAIRE DE 10% POUR FRAIS PROFESSIONNELS La nécessaire information des salariés Dans une affaire tranchée par le Conseil de Prud'hommes de BOURGOIN-JALLIEU le 26 décembre 2017 (n° RG 17/00144, Section Industrie), a été posée la ques

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

samedi 23 mars 2019

L’ABATTEMENT FORFAITAIRE DE 10% POUR FRAIS PROFESSIONNELS La nécessaire information des salariés Dans une affaire tranchée par le Conseil de...

Mercredi 6 juin 2018

L’ABATTEMENT FORFAITAIRE DE 10% POUR FRAIS PROFESSIONNELS

La nécessaire information des salariés

Dans une affaire tranchée par le Conseil de Prud'hommes de BOURGOIN-JALLIEU le 26 décembre 2017 (n° RG 17/00144, Section Industrie), a été posée la question des conditions dans lesquelles un employeur peut prévoir pour ses salariés une déductibilité de 10% pour frais professionnels.

Selon l'argumentaire exposé par le salarié, il appartenait à la société de recueillir préalablement son accord. Celui-ci se plaignait d'avoir découvert cet abattement lors de son arrêt maladie, percevant des indemnités journalières d'un montant réduit.

 

  1. Rappel des règles de droit applicables

Selon les dispositions de l'article 5 de l'annexe IV du Code Général des Impôts, les Ouvriers du Bâtiment et des Travaux Publics non sédentaires, ainsi que les ETAM et Cadres travaillant habituellement sur chantier, peuvent bénéficier d'une déduction forfaitaire pour frais professionnels ; à savoir un abattement de 10%.

Le bénéfice de la déduction forfaitaire spécifique pour frais professionnels est lié à l’activité professionnelle du salarié et non à l’activité générale de l’entreprise. Lorsqu’un salarié exerce plusieurs professions dont certaines ouvrent droit à la déduction forfaitaire spécifique, il y a lieu de considérer séparément les revenus tirés de chacune des activités et de leur appliquer le régime d’imposition qui leur est propre (Circ. DSS 2003-07 du 7-1-2003 n° 4-1 : BOSS n° 4/03 p. 181, modifiée par circ. DSS 2005-376 du 4-8-2005 : BOSS n° 9/05 p. 215).

Si ce dispositif a pour conséquence de réduire l'assiette de cotisations et donc de diminuer l'assiette servant notamment au calcul des Indemnités Journalières de la Sécurité Sociale et des allocations chômage, il permet dans le même temps au salarié de percevoir un salaire net plus élevé, les montants de charges sociales patronales mais également salariales étant calculés sur un salaire brut abattu de 10%.

Par ailleurs, et s'agissant des conditions d'application de ce dispositif, l'article 9 de l'arrêté du 25 juillet 2005 ayant modifié l'arrêté du 20 décembre 2002 dispose que « l'employeur peut opter pour la déduction forfaitaire spécifique lorsqu'une convention ou un accord collectif du travail l'a explicitement prévu ou lorsque le Comité d'Entreprise ou les délégués du personnel ont donné leur accord.

A défaut, il appartient à chaque salarié d'accepter ou non cette option. Celle-ci peut alors figurer soit dans le contrat de travail ou un avenant au contrat de travail, soit faire l'objet d'une procédure mise en œuvre par l'employeur consistant à informer chaque salarié individuellement par lettre recommandée avec accusé de réception de ce dispositif et de ses conséquences sur la validation de ses droits, accompagné d'un coupon-réponse d'accord ou de refus retourné par le salarié. Lorsque travailleur salarié ou assimilé ne répond pas cette consultation, son silence vaut accord définitif »

 

  1. Application au cas d'espèce
  • L'argumentaire de la société

Le Comité Central d'Entreprises avait donné son accord le 12 décembre 2003 pour la mise en place de ce dispositif.

Il ressortait du Procès-verbal de réunion que le CCE avait été régulièrement consulté sur la mise en œuvre de la déduction forfaitaire pour frais professionnels dans l'entreprise, et d'autre part que le CCE avait émis un avis favorable « pour 2003 et pour les années suivantes ». 

  • Le jugement du Conseil des Prud'hommes

 « Attendu que l'employeur peut opter pour la déduction forfaitaire spécifique lorsqu'une convention ou un accord collectif du travail l'a explicitement prévu ou lorsque le comité d'entreprise ou les délégués du personnel ont donné leur accord,

 En l'espèce,

 Le comité central d'entreprise de ... a donné son accord le 12 décembre 2003 pour la mise en place du dispositif de l'article 5 de l'annexe 4 du Code Général des Impôts,

 Que cet avis favorable donné par le comité central d'entreprise entérine le bénéfice d'une déduction forfaitaire pour frais professionnels, soit un abattement de 10 %,

 Ce dispositif de l'article 5 de l'annexe 4 du Code des Impôts mis en place le 12 décembre 2003 était toujours d'application au 15 juin 2016,

 Le Conseil de prud'hommes constatant le réel de la mise en place de ce dispositif regrette que la société ne l'ait pas inclus dans les contrats de travail dans un souci de clarification,

 Qu'en conséquence,

 Le Conseil dira que l'abattement de 10 % sur les frais professionnels a bien été mis en place par la société ... en date du 12 décembre 2003 et ce, dans le respect de la procédure, et déboutera Monsieur ... de sa demande. »

Il n'a pas été interjeté appel de cette décision.

*

*     *

Alors que les dispositions de l'arrêté du 20 décembre 2002 ne prévoient de recueillir l'accord de chaque salarié qu'à défaut d'accord collectif de travail ou d'accord des Délégués du personnel, le Conseil a regretté qu'une information n'ait toutefois pas été faite auprès du salarié dès sa mise en place.

Compte tenu des conséquences au quotidien pour le salarié, à savoir la perception d'indemnités journalières de sécurité sociale réduites, l'information des salariés semble en effet nécessaire. Sans remettre en cause ce dispositif, le salarié pourrait solliciter le paiement de dommages et intérêts, pour défaut d'information, ce que dans notre espèce, il n'avait pas demandé mais qu'au regard de la motivation du jugement il aurait dans le cas contraire vraisemblablement pu obtenir.

En bref !

18/03/2019 + Voitures de fonction : quelles sont les règles en matière de droit pénal ?
L'utilisation d'un véhicule de service ou de voitures de fonction est soumise à plusieurs règles. Une question sur le droit pénal des affaires et du...
13/03/2019 + Intérêts économiques du monde du cinéma contre présomption d’innocence : le libéralisme gagne
« Grace à Dieu », le nouveau long-métrage de François Ozon qui s’intéresse au silence qui entoure les actes pédophiles dans l’Eglise catholique est...
07/03/2019 + Les conditions du licenciement pour faute grave lors d’un arrêt pour accident du travail
Le salarié est protégé en cas de maladie professionnelle ou d’accident du travail qui ne permettent pas le licenciement sauf si l’employeur justifie...
02/03/2019 + Voiture de société ou de fonction, tout n’est pas permis !
L’utilisation d’un véhicule de fonction ou d’un véhicule de société pour effectuer des prestations de covoiturage comporte des risques, notamment...
26/02/2019 + Excès de vitesse par l’utilisation du véhicule de fonction : les dirigeants d'entreprise sont prévenus
La Cour de Cassation attire désormais l’attention des responsables d’entreprise sur les conséquences d'une non dénonciation des infractions d’excès...
11/05/2017 - Œil pour œil...proportionnalité et légitime défense
Au moment où l'alignement du régime de la légitime défense des policiers sur les gendarmes anime nombre de débats, la Cour de cassation a eu...
09/05/2017 - Gestation pour autrui : la volonté de l'Etat supérieure à l'intérêt de l'enfant
La Grande Chambre de la Cour Européenne des Droits de l'Homme vient d'annuler par un arrêt du 24 janvier 2017 (CEDH, Gr. Ch., 24 janvier 2017,...
04/05/2017 - Transsexualisme : la simplification du changement de sexe
La loi dite de modernisation de la justice du XXIème siècle du 18 novembre 2016 n°2016-1547, a apporté une modification majeure  pour les personnes...
03/05/2017 - Retour sur la réforme de la prescription en matière pénale
La loi n°2017-242 du 27 février 2017 portant réforme de la prescription en matière pénale a été promulguée à la suite de longs débats et navettes...
14/04/2017 - Les robots et le droit : vers la consécration juridique (épisode II)
Dans le premier épisode de cette courte série dédiée à la révolution numérique, nous avions évoqué l'impact des technologies de l'information sur la...
13/04/2017 - Le Droit et les robots : à l'heure de la révolution numérique (épisode I)
Blockchain, legal techs, big and open data... autant de termes qui constituent désormais une nouvelle langue étrangère dont les professionnels du...
07/04/2017 - La vie numérique après la mort
Facebook, Twitter, Instagram, banque en ligne, correspondance par mail, espaces clients... notre vie se déroule désormais en grande partie sur...
06/04/2017 - La cession de parts sociales n'emporte pas cession du compte-courant d'associés
Le compte-courant d'associés ne constitue pas un accessoire des parts sociales ou actions. C'est ce qu'est venue rappeler la Cour de cassation, dans...
30/03/2017 - Bail d'habitation et prescription
Par un arrêt rendu le 26 janvier 2017 (Civ. 3ème, 26 janvier 2017, n°15-27.580), la Cour de cassation est venue affirmer sa position selon laquelle...
24/03/2017 - Alerte à la clause : la garantie du passif en présence d'un cessionnaire peu diligent
La chambre commerciale de la Cour de cassation est venue rappeler le 25 janvier 2017 (Com. 25 janvier 2017, n°15-17.137 et 15-18.246) une solution de...
20/03/2017 - La Cour de Justice de l'Union Européenne lève le voile
  Sur un sujet aussi sensible que le port du voile ou de tout signe religieux en entreprise, une cohérence des différentes jurisprudences était...
17/03/2017 - La clause Molière : légale ou discriminatoire?
La clause dite “Molière” qui défraye la chronique depuis quelques temps, vise à imposer le français sur les chantiers publics afin de...
27/02/2017 - Le préjudice d'angoisse de mort imminente est-il indemnisable ?
La chambre criminelle de la Cour de cassation a le 27 septembre 2016 (n° de pourvoi : 15-83.309), dans un arrêt à tiroirs, précisé le concept de...
21/02/2017 - Cadres – Heures supplémentaires : vers une preuve impossible ?
Cadres – heures supplémentaires : vers une preuve impossible ? Si la plupart des Cadres se voient aujourd'hui appliquer des clauses des...
20/02/2017 - Agression par un mineur, la responsabilité civile du mineur est-elle engagée ?
La Cour de cassation est venue rappeler le 20 octobre 2016 (pourvoi n°15-25.465) le principe depuis longtemps acquis selon lequel la minorité de...
Accueil ] Le Cabinet ] Entreprises ] Particuliers ] Formations ] Honoraires ] Nos succès ] Actualités ] Contact ]

Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr