Droit penal pour les licenciements pour vol

Droit penal pour les licenciements pour vol

Licenciement fondé sur des faits de vol et relaxe du salarié devant les juridictions pénales : le pénal s’impose.

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

lundi 22 juillet 2019

Licenciement fondé sur des faits de vol et relaxe du salarié devant les juridictions pénales : le pénal s’impose.

Samedi 30 mars 2019

Licenciement fondé sur des faits de vol et relaxe du salarié devant les juridictions pénales : le pénal s’impose.

Le cas d’un salarié qui soustrait des marchandises à son employeur est un cas que les employeurs ont souvent tendance à résoudre par un licenciement pour faute grave, tant il semble évident que ce comportement rentre dans la définition de la faute grave.

Pour rappel la faute grave est définie par la jurisprudence comme « la faute qui résulte d’un fait ou d’un ensemble de faits imputables au salarié qui constituent une violation des obligations résultant du contrat de travail ou des relations de travail d’une importance telle qu’elle rend impossible le maintien du salarié dans l’entreprise. »

Cette faute doit être établie par l’employeur.

Cette faute justement parce qu’elle revêt une certaine gravité justifie que le salarié soit privé d’un certain nombre d’avantages. Ainsi, le salarié licencié pour faute grave ne bénéficie pas de son préavis, il ne perçoit pas d’indemnité de licenciement et peut faire l’objet d’une mise à pied conservatoire pendant le temps de la procédure de licenciement qui ne lui sera pas rémunérée.

Néanmoins, l’employeur qui a subi un vol par son salarié, ou du moins de faits dont il estime qu’ils doivent être qualifiés de vol, ne doit pas se précipiter en le licenciant pour vol et donc pour faute grave.

En effet, il existe un principe fondamental en droit français selon lequel «la chose jugée au pénal a autorité au civil » autrement dit, le juge civil ne peut pas juger en sens contraire sur un élément qui a d’ores et déjà été soumis au juge pénal et sur lequel ce dernier a tranché.

Dans un cas récent la Cour de Cassation a rappelé ce principe (Cass, soc. 6 mars 2019, n° 17-24701).

En l’espèce, une directrice de magasin alimentaire avait fait l’objet d’un licenciement pour faute grave après qu’elle avait été surprise en train de mettre dans sa voiture de la marchandise appartenant au magasin.

Le magasin a donc déposé plainte à l’encontre de sa salariée et des marchandises, toutes périmées, ont également été retrouvées au domicile de celle-ci. Elle a reconnu avoir pris ces marchandises et ne pas les avoir payées.

A la suite de la plainte, la salariée a été jugé par le Tribunal Correctionnel et a fait l’objet d’une relaxe. 

Le Tribunal a rappelé que le vol suppose la soustraction de la chose d’autrui et que dès lors que le magasin avait jeté la marchandise, c’est qu’il n’entendait plus en être le propriétaire.

Partant de ce constat, la juridiction a pu considérer qu’il n’y avait donc pas « soustraction frauduleuse du bien d’autrui ».

Signalons que dans des affaires similaires des personnes ayant volé de la nourriture jetée dans les poubelles d’un supermarché ont été condamnées pour vol mais dispensées de peine. D’autres jugements ont considéré que dès lors que la marchandise jetée restait sur les lieux propriétés du supermarché, elle continuait de lui appartenir et le fait de se l’approprier devait recevoir la qualification de vol.

Ainsi, il semble que la question du « statut » des marchandises jetées soit apprécié différemment selon les juridictions.

La Cour d’Appel saisie du volet social dans cette affaire avait quant à elle considéré que le licenciement était fondé sur une faute grave car « la salariée avait sorti du magasin pour se les approprier, sans les avoir préalablement payés, des articles dont il n’est pas, au moins pour certains d’entre eux, établi qu’ils étaient impropres à la consommation ou périmés. »

 

La Cour de Cassation a sèchement cassé cet arrêt au motif que "la décision de relaxe devenue définitive dont avait bénéficié la salariée poursuivie pour vols, était motivée par le fait que les articles en cause, qui étaient les mêmes que ceux visés dans la lettre de licenciement avaient été retirés de la vente et mis à la poubelle dans l’attente de leur destruction, car impropres à la consommation, la Cour d’appel a violé le principe susvisé…"

Ainsi, la Cour de Cassation rappelle à la Cour d’Appel, que dès lors que la salariée a été relaxée sur le plan pénal des faits qui constituaient la cause exclusive du licenciement, le licenciement devenait automatiquement sans cause réelle et sérieuse.

 

 

La relaxe pénale prive donc de tout fondement le licenciement intervenu sur ce seul motif.

Il convient donc pour l’employeur d’être très prudent et de ne pas procéder à un licenciement fondé uniquement sur des faits pouvant revêtir une qualification pénale car, si les faits venaient à être classés sans suite ou si le salarié venait à être relaxé, le licenciement deviendrait automatiquement sans cause réelle et sérieuse.

Il conviendrait d’attendre les suites données au volet pénal mais la longueur de cette procédure judiciaire est difficilement compatible avec le temps de l’entreprise et de la gestion des ressources humaines.

Une autre solution consisterait, lorsque cela est possible, à ne pas utiliser que ce seul grief pour fonder le licenciement. Ainsi même si le vol ou tout autre fait à caractère pénal n’est pas retenu, d’autres griefs, s’ils existent, pourraient fonder le licenciement.

Dans le cas soumis à la Cour de Cassation, l’employeur aurait pu reprocher à sa salariée, outre le fait de lui avoir dérober de la marchandise, d’avoir exécuté son contrat de travail de manière déloyale en ne lui demandant pas préalablement l’autorisation de prendre la marchandise périmée, ce qui reste un reproche purement contractuel et donc civil.

Cet arrêt n’est qu’un rappel d’une jurisprudence désormais classique.

En effet, dans une autre affaire un employé avait fait l’objet d’un licenciement pour faux en écriture. Ce dernier avait par la suite été relaxé. Dès lors son licenciement, fondé exclusivement sur cette faute a été jugé sans cause réelle et sérieuse. (Cass, soc. 12 janvier 2012, n° 10-19611)

L’arrêt rendu par la Chambre Sociale de la Cour de Cassation le 6 mars 2019, invite donc les employeurs à ne pas fonder un licenciement uniquement sur des faits qui constituent à leurs yeux une infraction pénale. En se plaçant sur ce terrain, l’employeur s’expose au risque de voir son licenciement remis en cause si l’infraction n’est finalement pas constituée.

 

Florence MERCADE-CHOQUET
 

Qu'il s'agisse de Droit du Travail ou de Droit pénal, pour toute question juridique, les avocats du cabinet LMC Partenaires (dans les Yvelines) sont à vos côtés pour vous conseiller.

LMC Partenaires

En bref !

19/07/2019 + Comment contester un testament ? Avocats en Droit des Successions Montigny le Bretonneux
Comment contester un testament ? Faîtes appel à des avocats spécialisés en Droit des Successions à Montigny dans les Yvelines qui vous aideront si...
12/07/2019 + Créer une entreprise avec le conseil d'avocats en droit des entreprises
SQY Cub vous accompagne pour créer une entreprise avec le conseil d'avocats spécialisés en droit des entreprises qui interviennent toutes les...
03/07/2019 + lettre de licenciement et précision des motifs Droit du travail
Une lettre de licenciement et précision des motifs. Il est nécessaire de motiver la lettre de licenciement et de préciser les circonstances des...
24/06/2019 + Les avocats LMC Partenaires au Trophée des Entreprises SQY
Le 13 juin dernier a eu lieu la 12ème édition du Trophée des Entreprises à Saint-Quentin-en-Yvelines (Yvelines). Le cabinet d'avocats LMC Partenaires...
20/06/2019 + Des avocats intervenant à Versailles dans les Yvelines
Le Cabinet LMC Partenaires installé à Saint Quentin-en-Yvelines regroupe des avocats intervenant à Versailles. Le cabinet a été crée en 1994 et s'est...
28/07/2016 - Précisions sur l'obligation de reclassement des salariés inaptes
Par un arrêt du 31 mars 2016 publié au bulletin (n° de pourvoi 14-28314), la chambre sociale de la Cour de cassation est venue préciser les modalités...
25/07/2016 - L'impact de l' économie collaborative sur le droit du travail !
Si bon nombre de juristes pensaient que la reconnaissance par la chambre sociale de la qualité de «salarié» aux participants d’une émission de...
21/07/2016 - Définition du compte personnel de prévention de la pénibilité
Institué par la loi n° 2014-40 du 20 janvier 2014 garantissant l’avenir et la justice du système de retraites, le compte personnel de...
19/07/2016 - Le délit d'entrave redéfini par la loi MACRON
L'Article 262 de la loi MACRON du 6 Aout 2015 amoindrit le risque d'emprisonnement pour le délit d'entrave aux institutions représentatives du...
15/07/2016 - Loi Macron : la nouvelle justice prud'homale est arrivée et entre en vigueur le 1er août 2016
La loi n°2015-990 du 6 août 2015 (dite Loi MACRON) et le décret n°2016-660 du 20 mai 2016 ont réformé de manière profonde la justice prud'homale. En...
23/06/2016 - La haute protection rattachée aux marques de renommée
Par un arrêt du 12 avril 2016 (n°14-29414), la chambre commerciale de la Cour de cassation est venue rappeler la protection particulière dont...
20/06/2016 - Divorce par consentement mutuel sans juge : une bonne idée ?
Le divorce des chiffres qui marquent.   Tel est apparemment le constat de Jean-Jacques Urvoas, qui se plaît visiblement à rappeler que, en 2014,...
15/06/2016 - Le statut d'hébergeur de Google et son service AdWords consolidé
Les dispositions légales relatives au régime de responsabilité des hébergeurs en ligne constituent un terreau relativement fertile de contentieux en...
13/06/2016 - Préjudice écologique, indemnisation en cas de faute caractérisée
Par un arrêt du 22 mars 2016 (n°13-87.650), la chambre criminelle de la Cour de cassation a précisé les modalités d'indemnisation d'un préjudice de...
09/06/2016 - Procès du dentiste de Château-Chinon : explications de l'affaire
Ce mardi 8 mars 2016 s'est ouvert le procès de Jacobus Marinus Van Nierop devant le tribunal correctionnel de Nevers. Surnommé le dentiste de...
06/06/2016 - Procédure de recouvrement des petites créances pour les TPE et PME
La loi n°2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques, dite loi Macron, a introduit une procédure...
02/06/2016 - Transiger avec l'URSSAF, c'est possible !
A l'occasion de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2015 a été introduite la possibilité pour les entreprises de négocier avec l'URSSAF...
31/05/2016 - Quand le droit de grève se transforme en abus !
Si vous avez la force nous avons le droit, telle pourrait être la maxime du présent conflit opposant une majorité des syndicats-salariés à l'entrée...
26/05/2016 - L'avènement des objets connectés, entre opportunités et dangers
A la suite d'une enquête réalisée en février 2016, l'institut Opinion Way a publié un sondage estimant à 44% la part des français ayant le sentiment...
23/05/2016 - Consentement à l'acte de cautionnement : quels sont les risques ?
Conformément à l'article 1415 du Code civil : « Chacun des époux ne peut engager que ses biens propres et ses revenus, par un cautionnement ou un...
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr