lettre de licenciement et précision des motifs Droit du travail

lettre de licenciement et précision des motifs Droit du travail

Une lettre de licenciement et précision des motifs. Il est nécessaire de motiver la lettre de licenciement et de préciser les circonstances des attestations. Découvrez un autre succès des avocats LMC.

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

mercredi 1er avril 2020

Une lettre de licenciement et précision des motifs. Il est nécessaire de motiver la lettre de licenciement et de préciser les circonstances des...

Mercredi 3 juillet 2019

Lettre de licenciement et exigence de précision des motifs

Droit du travail : découvrez un autre succès des avocats du cabinet LMC Partenaires situé dans les Yvelines (St Quentin-en-Yvelines, Versailles, Montigny).

 

Cour d’appel de PARIS

20 mars 2019 – n° RG 17/06641

Sur la nécessité de parfaitement motiver la lettre de licenciement, ainsi que de circonstancier les attestations recueillies

 

La société C… T… intervient dans le Bâtiment. Un litige l’a opposé à un ancien salarié, Monsieur W…, Carreleur. Monsieur W… avait été licencié pour faute grave en raison :

  • D’une consommation d’alcool pendant les heures de travail
  • De l’absence de respect des horaires de travail
  • D’un dénigrement de la société auprès des clients
  • D’intervention sur chantier un samedi, sans en informer la société.

La lettre était particulièrement laconique, ne renvoyant à aucun événement/propos précis.

A l’appui de ses griefs, la société C… T… n’avait pu produire que trois attestations, de salariés, formulées en des termes quasi-identiques, ainsi qu’un simple courriel de client.

Les attestations n’étaient elles-mêmes pas circonstanciées, se contenant de reprendre les griefs de la lettre de licenciement, comme cela leur avait sans doute été demandé, avec quelques très légères variantes.

Les questions qui se posaient étaient celles de la motivation de la lettre de licenciement et de la valeur probante de ces différents éléments.

En 1ère instance, le Conseil de Prud’hommes, au terme d’une motivation finalement aussi peu détaillée que les éléments qu’il critiquait, a jugé que la réalité des faits reprochés n’était pas établie.

La société C… T… a choisi d’interjeter appel, à son plus grand bénéfice, puisque condamnée par le Conseil des Prud’hommes à verser un montant de condamnations avoisinant les 30.000 euros, le Cabinet a obtenu l’infirmation du jugement et la condamnation du salarié à verser une indemnité au titre de l’article 700.

Les juges d’appel ont jugé que le licenciement pour faute grave était justifié. Aussi ont-ils relevé que « la consommation d’alcool sur un chantier présentant un danger immédiat pour la sécurité et le dénigrement de la qualité du travail de salariés de l’entreprise nuisant à sa réputation, ces faits imputables à M. W… constituent une violation des obligations résultant des relations de travail d’une importance telle qu’elle rend impossible le maintien du salarié dans l’entreprise pendant la durée du préavis sans risque de compromettre les intérêts légitimes de l’employeur ». Ils en déduisaient ainsi que la faute grave était établie.

 

1) A titre liminaire, le non-respect de la procédure de licenciement par l’employeur

Il faut souligner avant toute chose que le licenciement pour faute grave du salarié avait été précédé de trois convocations à entretien préalable de licenciement. Une première convocation en date du 15 juin 2015, une seconde convocation du 11 juin 2015 et une troisième intervenue le 24 juin. Au total, avant la notification de la lettre de licenciement, le 16 juillet 2015, le salarié avait été convoqué à trois reprises. Or d’après les dispositions de l’article L.1332-2 du code de travail le licenciement « ne peut intervenir moins de deux jours ouvrables, ni plus d'un mois après le jour fixé pour l'entretien ».

La procédure de licenciement n’avait donc pas été respectée puisque le licenciement avait été notifié le 16 juillet pour un premier entretien fixé au 15 juin. La société C… T… ne justifiait pas que ces multiples convocations auraient été dues à d’autres indisponibilités que les siennes. La partie adverse aurait dû relever ce vice de procédure, ce qu’elle n’a pas fait, se contentant de s’étonner de la tardiveté de la notification. La Cour le lui a signalé de façon indirecte dans sa motivation :

« Les parties ne s’expliquent pas dans leurs écritures sur la réitération de ces convocations ».

 

 

2) La motivation de la lettre de licenciement

Selon les dispositions de l’article L. 1232-6 du Code du travail :

« Lorsque l'employeur décide de licencier un salarié, il lui notifie sa décision par lettre recommandée avec avis de réception. Cette lettre comporte l'énoncé du ou des motifs invoqués par l'employeur ».

La Cour de cassation a affirmé avec constance que la lettre de licenciement doit énoncer de façon précise les motifs du licenciement, faute de quoi le licenciement est privé de cause réelle et sérieuse (Cass. soc., 29 nov. 1990, no 88-44.308). Le salarié pouvait ainsi obtenir la sanction de l'absence de cause réelle et sérieuse lorsque sa lettre de licenciement ne comportait pas de motif ou qu'ils étaient trop imprécis pour considérer que le salarié était pleinement informé des raisons de son éviction de l'entreprise.

Dans notre espèce, le licenciement était motivé de la façon suivante :
«

  • Consommation d’alcool pendant les horaires de travail,
  • Le non-respect des horaires de travail,
  • Dénigrement de la société C… T… auprès de nos clients,
  • Intervention un Samedi sur le chantier d’un de nos clients à notre insu et à votre seule initiative ».

Cette motivation était naturellement insuffisante puisque sur un motif de faute grave, elle n’était pas circonstanciée, elle ne comportait aucun élément de date, aucun élément sur les retards, aucun élément sur la teneur des propos tenus par le salarié, …

La partie adverse l’avait bien relevé mais la Cour a considéré que « Dès lors que les griefs imputés au salarié » sont matériellement vérifiables, M. W… ne peut davantage soutenir que les griefs ni datés ni circonstanciés dans la lettre de licenciement privent le licenciement de toute cause ».

Manifestement la Cour a repris la jurisprudence en matière de licenciement pour insuffisance professionnelle, pour l’appliquer au licenciement pour faute grave.

Cette position, très favorable à la société C… T… naturellement, est hautement critiquable.

Peut-être la Cour a-t-elle souhaité aller dans le sens de l’assouplissement des règles de motivation, des ordonnances de décembre 2017.

Pour rappel, pour les licenciements notifiés postérieurement, les motifs énoncés dans la lettre de licenciement peuvent, après sa notification, être précisés par l'employeur, soit à son initiative, soit à la demande du salarié. Une imprécision du motif ne rend plus nécessairement le licenciement sans cause réelle et sérieuse. L’article L. 1235-2 du Code du travail dispose en effet qu’à défaut pour le salarié d'avoir demandé à l'employeur de préciser les motifs énoncés dans la lettre, l'irrégularité constituée par une insuffisance de motivation ne prive pas, à elle seule, le licenciement de cause réelle et sérieuse. Elle donne lieu au versement d’une indemnité dont le montant ne peut être supérieur à un mois de salaire brut.

 

 

3) Les attestations versées aux débats 

Dans l’exposé de ses motifs, la Cour d’Appel rappelle que « l’employeur qui invoque la faute grave pour licencier doit en rapporter la preuve ». Il revenait donc à la société C… T… de rapporter la preuve des faits qui selon elle étaient caractéristiques de la faute grave.

Comme éléments de preuve, la société C… T… versait aux débats trois attestations de trois salariés de l’entreprise. Ces attestations étaient parfaitement laconiques, aussi peu circonstanciées que la lettre de licenciement. Elles étaient enfin rédigées en des termes quasi-identiques, reprenant les termes de la lettre de licenciement. L’impartialité de ces témoignages pouvait être mise en doute.

La Cour a toutefois accordé une valeur probante à ces attestations au motif qu’elles recelaient toutes les mêmes constations personnelles, comportant quelques variantes. Le courriel d’un Conducteur de travaux a sans doute emporté la conviction de la Cour, puisqu’il confirmait la réalité des griefs même s’il restait lui-même encore très évasif.

La Cour a sans doute également été exaspérée par la partie adverse qui déniait la valeur probante à un courriel produit par la société, alors qu’elle en produisait un également. La partie adverse se prévalait d’une prétendue erreur dans l’orthographe du nom du salarié, qui était en réalité inexistante. Elle prétendait qu’un des salariés qui attestaient, était un membre de la famille du Gérant de la société, alors que le nom porté était extrêmement courant an Portugal et qu’il était établi qu’il n’y avait aucun lien de parenté entre les deux personnes.

La Cour a ainsi peut-être sanctionné une argumentation emprunte de mauvaise foi et qui n’avait pas visé les vrais points litigieux de cette affaire.

En conclusion, le Cabinet LMC ne saurait jamais trop rappeler qu’il est indispensable de parfaitement motiver une lettre de licenciement et de porter un soin très particulier à la production d’attestations.

En bref !

23/03/2020 + Coronavirus - Loi d'urgence sanitaire du 23 mars 2020
Dans la nuit du samedi 21 au dimanche 22 mars 2020, l'Assemblée Nationale a voté le projet de loi permettant l'instauration d'un état d'urgence...
17/03/2020 + Les contrats UBER - existe-t-il un contrat de travail ?
La Cour de cassation a été appelée à se prononcer sur l'existence ou non d'un contrat de travail, entre une personne physique et un donneur d'ordre,...
01/03/2020 + L'entreprise et le Coronavirus Covid-19 : Comment réagir ?
Alors que les cas de contamination au coronavirus Covid-19 se multiplient en France, quelles sont les obligations des entreprises en matière de santé...
03/02/2020 + Comment traiter la déclaration des accidents du travail/accidents de trajet ?
Maître Gildas LE FRIEC du cabinet LMC Partenaires a animé la formation : Comment traiter la déclaration des accidents du travail/accidents de trajet...
01/02/2020 + Avocats spécialisés en baux commerciaux (Yvelines)
Dans les Yvelines, à Montigny-le-Bretonneux, des avocats spécialisés en baux commerciaux vous accompagnent pour la rédaction d'un bail commercial...
24/06/2015 - Garde à vue et accès au dossier
L’accès au dossier pendant une garde à vue   L’absence d’accès à l’intégralité des pièces du dossier par l’avocat...
24/06/2015 - Contrôles d’identité au faciès et sanction contre l’Etat
Contrôles d’identité au faciès et sanction    C’est une première, la Cour d’Appel de Paris a sanctionné l’Etat...
18/06/2015 - La suppression des impôts en 2017 ?
  Les impôts sont ils supprimés en 2017 ? Le gouvernement vient d’annoncer que l’année 2017 serait une année blanche en impôts et...
17/06/2015 - Information du consommateur et Allergies
Prévenir le consommateur contre les Allergies A compter du 1er juillet 2015, le consommateur devra être informé de l’existence des substances...
17/06/2015 - Credit immobilier et Assurance
Information de l’emprunteur immobilier sur l’assurance A compter du 1er octobre 2015, le prêteur devra remettre à l’emprunteur...
15/06/2015 - Droit social
Le Conseil d’Etat renvoie au Conseil constitutionnel une question prioritaire de constitutionnalité relative aux dispositions de la loi sur...
15/06/2015 - Droit du travail
Constitue un avertissement disciplinaire, lcliquer ici pour aller sur le site de lmcpartenairesa lettre de l'employeur l'informant que son absence...
15/06/2015 - Droit du travail
S’il a connaissance de l’origine professionnelle de l’inaptitude d’un salarié, l’employeur doit consulter les délégués...
15/06/2015 - Droit du travail
Même autorisé par l'inspecteur du travail, le licenciement pour inaptitude physique d'un salarié protégé peut être annulé par le juge prud'homal si...
15/06/2015 - Droit du travail- indemnité
L’indemnité accordée par le juge à un délégué du personnel licencié sans autorisation de l’inspecteur du travail et qui ne demande pas sa...
15/06/2015 - Droit du travail
L'employeur doit reprendre le versement de la rémunération du salarié qui n'est ni reclassé ni licencié un mois après avoir été déclaré inapte. Mais...
15/06/2015 - Droit du travail
L'employeur qui accueille des salariés détachés temporairement par une entreprise non établie en France doit annexer au registre unique personnel les...
15/06/2015 - Droit du travail Européen
La Cour de cassation renvoie à la Cour de justice de l'Union européenne la question de savoir si le refus par une salariée d'ôter un voile islamique...
15/06/2015 - Droit syndical
Les fautes commises par un salarié protégé dans l'exercice de ses fonctions représentatives peuvent justifier un licenciement disciplinaire si elles...
15/06/2015 - Droit du travail
L'absence d'une clause obligatoire du contrat de mission entraîne sa requalification en CDI auprès de l’entreprise de travail temporaire. C'est...
COVID-19 ]
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr