Voyages annulés en raison du COVID-19 quelles mesures ?

Voyages annulés en raison du COVID-19 quelles mesures ?

Une ordonnance s'applique aux voyages annulés en raison du COVID-19 dès lors que la résolution du contrat a été notifiée par l'organisateur du voyage entre le 1er mars 2020 et date antérieure au 15092020.

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

dimanche 24 janvier 2021

Une ordonnance s'applique aux voyages annulés en raison du COVID-19 dès lors que la résolution du contrat a été notifiée par l'organisateur du voyage...

Lundi 4 mai 2020

COVID-19 : Quand le coronavirus prend part au voyage !

Le coronavirus COVID-19 n’aura eu de cesse de perturber la vie des Français et au titre des désagréments premiers, se trouve l’ensemble des voyages programmés et annulés à raison des mesures sanitaires qui se sont imposées.

En effet, nombre de voyages ont été annulés depuis les annonces du gouvernement et la mise en place des mesures de confinement du 17 mars dernier.

Ces annulations massives, sans précédent, ont conduit le gouvernement à prendre des mesures exceptionnelles et dérogatoires pour tenter d’apporter une solution.

Ordonnance n° 2020-315 du 25 mars 2020 relative aux conditions financières de résolution de certains contrats de voyages touristiques et de séjours

C’est dans ces conditions qu’a été prise l’ordonnance n° 2020-315 du 25 mars 2020 relative aux conditions financières de résolution de certains contrats de voyages touristiques et de séjours.

Cette ordonnance s’applique aux voyages qui ont été annulés en raison du coronavirus COVID-19, dès lors que la résolution du contrat a été notifiée par l’organisateur du voyage entre « le 1er mars 2020 et une date antérieure au 15 septembre 2020 inclus ».

Sont ainsi concernés par ces dispositions :

  • Les contrats de vente de voyages et de séjours vendus par un organisateur ou un détaillant ; c’est-à-dire les forfaits touristiques ;
  • Les services de voyage vendus par des professionnels les produisant eux-mêmes (hébergement, location de voiture, visite dans un parc de loisirs, cure thermale, etc.) ;
  • Des voyages scolaires vendus par des associations.

L’ordonnance n° 2020-315 du 25 mars 2020 prévoit la possibilité pour l’organisateur ou le détaillant de proposer à la place du remboursement de l'intégralité des paiements effectués, un avoir que le client pourra utiliser pour un prochain voyage. L’objectif est de permettre aux organisateurs et détaillants une solution alternative au remboursement.

L’organisateur ou le détaillant doit cependant respecter plusieurs exigences (qui sont prévues aux articles III à VI de l’Ordonnance) lorsqu’il entend se prévaloir de cette possibilité.

D’une part, le montant de l’avoir doit correspondre à l’intégralité des paiements effectués au titre du contrat résolu (qu’il s’agisse d’un paiement partiel déjà effectué (arrhes ou acomptes) – le solde n’étant bien sur pas exigé – ou d’un paiement intégral).

D’autre part, le professionnel doit informer le client de sa volonté de recourir à un avoir et ce, sur un support durable, au plus tard trente jours après la résolution du contrat, ou, si le contrat a été résolu avant la date d’entrée en vigueur de l’ordonnance, au plus tard trente jours après cette date d’entrée en vigueur (soit a priori le 27 mars 2020, lendemain de la publication de l’ordonnance).

Cette information doit préciser le montant de l’avoir, ainsi que ses conditions de délai et de durée de validité.

Afin de permettre aux clients d’utiliser l’avoir susmentionné, l’organisateur de voyage ou le détaillant doit proposer une nouvelle prestation, « un voyage de substitution », qui fera l'objet d'un contrat répondant aux conditions suivantes :

  • La prestation proposée doit être identique ou équivalente à la prestation prévue par le contrat résolu ;
  • Son prix ne peut pas être supérieur à celui de la prestation prévue initialement (le voyageur n'étant tenu, le cas échéant, qu'au paiement correspondant au solde du prix de ce contrat) ;
  • La prestation nouvelle ne peut donner lieu à aucune majoration tarifaire autre que celles que, le cas échéant, le contrat résolu prévoyait.

La proposition du voyage de substitution doit être formulée au plus tard dans un délai de trois mois à compter de la notification de la résolution du contrat initial. Elle est valable pendant une durée de dix-huit mois.

Lorsque cet avoir est proposé, le client ne peut solliciter le remboursement des paiements effectués avant le terme de ces 18 mois.

Le voyageur demeure cependant protégé par cette ordonnance et le voyagiste ne peut en aucun cas le forcer à accepter ce nouveau voyage de substitution.

Il est en effet explicitement prévu que si aucun nouveau contrat relatif à un voyage de substitution n’est conclu avant le terme de la période de validité de l’avoir (18 mois) alors les voyagistes et/ou détaillants doivent procéder au remboursement de l'intégralité des paiements effectués au titre du contrat résolu.

Autrement dit, cette ordonnance propose un choix aux consommateurs qui se sont vu notifier l’annulation de leur voyage en raison du COVID-19 :

  • Soit accepter une nouvelle proposition de voyage (pour un prix similaire et des prestations à minima équivalentes) qu’ils régleront avec l’avoir obtenu ;
  • Soit solliciter un remboursement intégral des fonds (étant précisé que ce remboursement ne pourra intervenir qu’à l’issue d’une période de 18 mois).

Force est cependant de constater, après 1 mois d’application, que tous les voyagistes n’entendent pas appliquer correctement ces mesures et tenteront « un forcing » pour conclure un nouveau voyage, à des conditions parfois moins satisfaisantes dans l’unique but d’échapper au remboursement.

Le Cabinet d’avocats LMC PARTENAIRES peut vous soutenir face à ces pratiques illégitimes et vous aider à déterminer si les actions et propositions de votre voyagiste répondent aux dispositions législatives en vigueur et le cas échéant, à faire valoir vos droits.

Maître Aurélie SEGONNE-MORAND

En bref !

20/01/2021 + Le divorce accéléré grâce à la réforme?
A compter du 1er janvier 2021, de nouvelles dispositions légales sont entrées en vigueur concernant les divorces introduits postérieurement à cette...
03/12/2020 + Télétravail l'Accord National Interprofessionnel du 26 Novembre 2020
Le 26 novembre 2020 le patronat (MEDEF, CPME et U2P) et trois syndicats (CFDT, FO, CFTC) ont conclu un projet de nouvel Accord National...
01/10/2020 + Avocat Divorce à Montigny-le-Bretonneux - Avocats LMC
Au sein du cabinet d’avocats LMC Partenaires à Montigny-le-Bretonneux, l’avocat en charge de votre demande de divorce sera à votre écoute et vous...
23/09/2020 + Les impayés en entreprise, comment les gérer ?
Crise économique et impayés en entreprise, comment les gérer ? La crise sanitaire a fait quasiment doubler le nombre de factures impayées mettant la...
10/08/2020 + Comment annuler un testament fait chez le notaire ?
Lors d'une succession, on distingue les testaments authentiques rédigés devant notaire, des testaments olographes. Comment annuler un testament fait...
22/05/2017 - Le sexe neutre ne passe pas regard d'avocats
Nous nous interrogions récemment à l'occasion d'un article relatif au transsexualisme et à l'intersexualisme, sur l'opportunité, l'intérêt...
18/05/2017 - Procédure collective et poursuite des contrats en cours : rappel à l'ordre du liquidateur mauvais payeur
La poursuite des contrats en cours est un sujet sans fin, concernant tant le débiteur que ses créanciers, dans le cadre des procédures collectives....
15/05/2017 - Détournement de clientèle : sanctions pénales du salarié
La chambre criminelle de la Cour de cassation est venue rappeler récemment, dans un arrêt rendu le 22 mars 2017 (Crim. 22 mars 2017, n°15-85.929),...
11/05/2017 - Proportionnalité et légitime défense le cas sauvage
Au moment où l'alignement du régime de la légitime défense des policiers sur les gendarmes anime nombre de débats, la Cour de cassation a eu...
09/05/2017 - Gestation pour autrui : la volonté de l'Etat supérieure à l'intérêt de l'enfant
La Grande Chambre de la Cour Européenne des Droits de l'Homme vient d'annuler par un arrêt du 24 janvier 2017 (CEDH, Gr. Ch., 24 janvier 2017,...
04/05/2017 - Transsexualisme : la simplification du changement de sexe
La loi dite de modernisation de la justice du XXIème siècle du 18 novembre 2016 n°2016-1547, a apporté une modification majeure  pour les personnes...
03/05/2017 - Retour sur la réforme de la prescription en matière pénale
La loi n°2017-242 du 27 février 2017 portant réforme de la prescription en matière pénale a été promulguée à la suite de longs débats et navettes...
14/04/2017 - Les robots et le droit : vers la consécration juridique (épisode II)
Dans le premier épisode de cette courte série dédiée à la révolution numérique, nous avions évoqué l'impact des technologies de l'information sur la...
13/04/2017 - Le Droit et les robots : à l'heure de la révolution numérique (épisode I)
Blockchain, legal techs, big and open data... autant de termes qui constituent désormais une nouvelle langue étrangère dont les professionnels du...
07/04/2017 - La vie numérique après la mort
Facebook, Twitter, Instagram, banque en ligne, correspondance par mail, espaces clients... notre vie se déroule désormais en grande partie sur...
06/04/2017 - La cession de parts sociales n'emporte pas cession du compte-courant d'associés
Le compte-courant d'associés ne constitue pas un accessoire des parts sociales ou actions. C'est ce qu'est venue rappeler la Cour de cassation, dans...
30/03/2017 - Bail d'habitation et prescription
Par un arrêt rendu le 26 janvier 2017 (Civ. 3ème, 26 janvier 2017, n°15-27.580), la Cour de cassation est venue affirmer sa position selon laquelle...
24/03/2017 - Alerte à la clause : la garantie du passif en présence d'un cessionnaire peu diligent
La chambre commerciale de la Cour de cassation est venue rappeler le 25 janvier 2017 (Com. 25 janvier 2017, n°15-17.137 et 15-18.246) une solution de...
20/03/2017 - La Cour de Justice de l'Union Européenne lève le voile
  Sur un sujet aussi sensible que le port du voile ou de tout signe religieux en entreprise, une cohérence des différentes jurisprudences était...
17/03/2017 - La clause Molière : légale ou discriminatoire?
La clause dite “Molière” qui défraye la chronique depuis quelques temps, vise à imposer le français sur les chantiers publics afin de...
COVID-19 ]
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr