Actualités LMC Partenaires

Appréciation du caractère disproportionné du cautionnement : Le Cabinet LMC PARTENAIRES obtient l’inopposabilité d’une caution donnée par un...

Jeudi 18 avril 2019

Appréciation du caractère disproportionné du cautionnement : Le Cabinet LMC PARTENAIRES obtient l’inopposabilité d’une caution donnée par un dirigeant et lui fait épargner une condamnation à hauteur de 200.000 euros.

Quand le Cabinet LMC Partenaires déjoue la jurisprudence de la Cour de Cassation !

 

Un jugement du Tribunal de Commerce de Paris en date du 11 décembre 2018 qu’on pourrait qualifier d’inédit vient réouvrir le débat sur le caractère disproportionné du cautionnement alors que l’on pensait qu’au regard des récentes décisions jurisprudentielles les Tribunaux allaient s’aligner sur la position de la Cour de Cassation.

En effet dans une décision du 26 janvier 2016, n°13-28.378, la haute juridiction a jugé que « les parts sociales et la créance inscrite en compte courant dont est titulaire la caution au sein de la société cautionnée font partie du patrimoine devant être pris en considération pour l'appréciation de ses biens et revenus pour apprécier la proportionnalité de son engagement ».

Pourtant dans la présente affaire, dont le cabinet LMC Partenaires assurait la défense des intérêts d’un dirigeant caution appelé en garantie suite à la liquidation de son entreprise, la solution dégagée apparait contraire à celle de la Cour de Cassation ci-dessus citée.  Les juges Parisiens dans une interprétation économique et pragmatique du cautionnement observent d’abord qu’à l’époque de de son engagement de caution, les capitaux immobilisés de l’entreprise en l’espèce une pharmacie, constituaient « la quasi-totalité de son patrimoine ».

De ce fait ils poursuivent dans ces termes : «… si le capital et les comptes courants font incontestablement partie du patrimoine de leur détenteur, ils deviennent, par leur immobilisation dans l’entreprise, le gage commun des créanciers. Dès lors que l’engagement de caution n’est plus souscrit aux fins de garantir un investissement dans une entreprise nouvelle, ou existante financièrement saine, mais au contraire dans une entreprise en cessation virtuelle de paiement, le patrimoine de la caution devenu le gage commun des créanciers n’appartient plus virtuellement à la caution ».

Ainsi, selon les juges consulaires considèrent que  « à la date de son engagement, convient-il de ne pas prendre en considération le patrimoine de Monsieur X immobilisé dans son entreprise, qui désormais lui échappait, pour déterminer la proportionnalité dudit engagement ».

 

En conséquence, ayant considéré « que la disproportion devrait s’apprécier en prenant en considération l’endettement global de la caution », ils ont jugé que « l’engagement de caution de Monsieur X en faveur de la société demanderesse « était manifestement disproportionné à ses biens et revenus lors de sa souscription ».

Cette solution très intéressante et surprenante au regard de la jurisprudence récente de la Cour de Cassation appelle quelques observations.

D’abord, les juges reconnaissent que « le capital et les comptes courants font incontestablement partie du patrimoine de leur détenteur », c’est-à-dire en l’espèce le client défendu par le cabinet LMC Partenaires, ce qui revient à une forme d’allégeance à la jurisprudence de la Cour de cassation, mais s’en éloignent très rapidement en se basant sur la notion d’immobilisation du patrimoine. En effet, selon la juridiction commerciale, dès lors que le capital et les comptes courants font l’objet d’une immobilisation au sein de l’entreprise, ils échappent au contrôle du dirigeant caution et par conséquent, il ne faut pas prendre en compte le patrimoine ainsi immobilisé lors de l’engagement de la souscription de la caution.

Autrement dit, selon les juges commerciaux Parisiens, du fait de l’immobilisation du capital et du compte courant de la caution dirigeante, ceux-ci ne faisaient plus partis du patrimoine de l’entreprise lors de l’engagement de la caution. Ils en ont donc déduit que l’engagement de la caution était manifestement disproportionné à ses biens et revenus lors de la souscription.

Et c’est là tout l’intérêt de cette décision et aussi le mérite du Cabinet LMC Partenaires qui, dans un argumentaire parfaitement maîtrisé a convaincu les juges Parisiens. Ces derniers ont réalisé que l’appréciation du caractère disproportionné de la caution dépendait d’un ensemble de faits. Ainsi s’appuyant sur une jurisprudence très récente de la Cour de Cassation, ils affirment que « la disproportion doit être appréciée en prenant en considération  l’endettement global de la caution1 » démontrant ainsi que ses décisions étaient souvent bien accueillies à l’échelle inférieure.

En se référant à cette jurisprudence citée de la Cour de cassation, le Tribunal de Commerce de Paris montre déjà aux avocats du cabinet LMC la voie à suivre pour les prochaines batailles judiciaires qui interviendront sauf surprise devant les juridictions du second degré.

L’enjeu des procédures futures tournera certainement autour de la notion de capitaux immobilisés2 lesquelles du fait de leur immobilisation sont selon les juges consulaires Parisiens exclus du patrimoine pour la prise en considération des biens et revenus de la caution, contrairement à la Cour de Cassation qui dans son arrêt de janvier 2016 suscité soulignait seulement que les parts sociales et le compte courant doivent être pris en compte pour l’appréciation des biens et revenus de la caution mais qui à l’analyse ne concerne pas la situation visée par le jugement consulaire objet du présent commentaire.

La partie est donc loin d’être gagnée mais pour l’heure le paysage du caractère disproportionné de l’engagement de la caution continue progressivement de se construire par petites touches jurisprudentielles.

La présente décision y contribuera incontestablement.

 

 

 

[1] Cass. com., 17 oct. 2018, n°17-21.857

[2] En l’espèce, le dirigeant caution client du cabinet LMC PARENAIRES avait finalement souscrit à deux engagements cautions. La première était d’une valeur de plus de 200.000 euros pour le compte de la même pharmacie y compris ses parts sociales et son compte courant. Pour les juges, l’ensemble du patrimoine composé des parts sociales et du compte courant était déjà immobilisé et constituait le gage commun des créanciers. En conséquence, le premier engagement bloquait à lui seul les dites sommes entre les mains des créanciers prêteurs. Le second engagement ne pouvait qu’être disproportionné au regard des sommes souscrites et du contenu du patrimoine qui selon les juges n’appartenait plus  à la caution.

 

En bref !

24/02/2022 - Brève - Actualités Accidents du Travail/Maladies Professionnelles
Pourquoi et comment contester la reconnaissance par la Sécurité Sociale de l’accident du travail ou la maladie professionnelle d’un salarié ?
12/02/2021 - COVID 19 Droit des sociétés et modalités de tenue des Assemblées
Prorogation de l’ordonnance du 25 mars 2020 portant adaptation des règles de réunion et de délibération des assemblées et organes dirigeants
12/02/2021 - COVID 19 : Quelles solutions pour le locataire d’un bail commercial ?
La loi du 14 novembre 2020 et l'Etat d'urgence
20/01/2021 - Le divorce accéléré grâce à la réforme?
A compter du 1er janvier 2021, de nouvelles dispositions légales sont entrées en vigueur concernant les divorces introduits postérieurement à cette...
03/12/2020 - Télétravail l'Accord National Interprofessionnel du 26 Novembre 2020
Le 26 novembre 2020 le patronat (MEDEF, CPME et U2P) et trois syndicats (CFDT, FO, CFTC) ont conclu un projet de nouvel Accord National...
01/10/2020 - Avocat Divorce à Montigny-le-Bretonneux - Avocats LMC
Au sein du cabinet d’avocats LMC Partenaires à Montigny-le-Bretonneux, l’avocat en charge de votre demande de divorce sera à votre écoute et vous...
23/09/2020 - Les impayés en entreprise, comment les gérer ?
Crise économique et impayés en entreprise, comment les gérer ? La crise sanitaire a fait quasiment doubler le nombre de factures impayées mettant la...
10/08/2020 - Comment annuler un testament fait chez le notaire ?
Lors d'une succession, on distingue les testaments authentiques rédigés devant notaire, des testaments olographes. Comment annuler un testament fait...
29/06/2020 - Avocat en Droit du Travail à Montigny-le-Bretonneux
Le cabinet d’avocats LMC Partenaires à Montigny-le-Bretonneux regroupe des avocats en droit du travail qui accompagnent les entreprises dans...
14/05/2020 - Collecte de données personnelles par les employeurs rappels de la CNIL
Dans la perspective du déconfinement suite à la crise sanitaire de coronavirus COVID-19, la CNIL rappelle quelques principes concernant la collecte...
11/05/2020 - Contrat de travail les impacts des mesures COVID-19
Les avocats du cabinet LMC Partenaires vous expliquent les impacts des dernières mesures liés à la crise sanitaire du coronavirus COVID-19, sur le...
06/05/2020 - Avocat Montigny-le-Bretonneux 78 - LMC Partenaires
Entreprises ou particuliers, vous recherchez un avocat à Montigny-le-Bretonneux commune de la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines, spécialisé...
05/05/2020 - Aides aux indépendants ou auto-entrepreneurs et COVID-19
Vous êtes indépendant ou auto-entrepreneur et votre activité est affectée par la crise sanitaire liée au coronavirus COVID-19. Des mesures ont été...
04/05/2020 - Voyages annulés en raison du COVID-19 quelles mesures ?
Une ordonnance s'applique aux voyages annulés en raison du COVID-19 dès lors que la résolution du contrat a été notifiée par l'organisateur du voyage...
24/04/2020 - Covid-19 Quels impacts sur les loyers commerciaux
Vos locataires, bénéficiaires de baux commerciaux ont dû fermer leurs locaux commerciaux du fait du covid-19 et demandent le report du règlement des...
24/04/2020 - Covid-19 Santé des salariés et responsabilité du dirigeant
Prévention de la santé des salariés et responsabilité des dirigeants d'entreprises dans le contexte de crise sanitaire de coronavirus covid-19. Des...
23/04/2020 - Entreprises - Contrats en cours et crise sanitaire Covid-19
L’impact de Covid-19 sur les contrats en cours des entreprises, ne transforme pas automatiquement l’épidémie en un cas de force majeure justifiant...
23/04/2020 - Entreprises en cessation de paiements au 12 mars 2020
Les entreprise en cessation de paiements après le 12 mars 2020 se voient accorder un sursis par le gouvernement et ne sont pas tenues d’effectuer une...
22/04/2020 - COVID 19 et risque de dépôt de bilan : quelle procédure collective
Vous rencontrez des difficultés financières en raison de la pandémie de Coronavirus COVID-19 ? Vous n’arrivez plus à régler vos charges, votre loyer,...
15/04/2020 - Coronavirus et Gestion des Ressources Humaines
Des mesures exceptionnelles ont été prises par le gouvernement afin d’aider les entreprises confrontées à une baisse d’activité, à faire face à la...
Page : 1 . 2 . 3 . 4 . 5 . 6 . 7 . 8 . 9 . 10 . 11 . 12
Copyright © 2022
LMC Partenaires
Tous droits réservés