Bail d'habitation et prescription

Bail d'habitation et prescription

Par un arrêt rendu le 26 janvier 2017 (Civ. 3ème, 26 janvier 2017, n°15-27.580), la Cour de cassation est venue affirmer sa position selon laquelle le bail d'habitation soumis à la loi n°89-462 du 6 juillet 1989 n'est pas soumis à la réglementation issue

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

mardi 18 juin 2019

Par un arrêt rendu le 26 janvier 2017 (Civ. 3ème, 26 janvier 2017, n°15-27.580), la Cour de cassation est venue affirmer sa position selon laquelle...

Jeudi 30 mars 2017

Par un arrêt rendu le 26 janvier 2017 (Civ. 3ème, 26 janvier 2017, n°15-27.580), la Cour de cassation est venue affirmer sa position selon laquelle le bail d'habitation soumis à la loi n°89-462 du 6 juillet 1989 n'est pas soumis à la réglementation issue du droit de la consommation. Retour sur un arrêt dont la portée ne peut qu'être approuvée.

  • La cœxistence d'un bailleur personne morale et d'un locataire personne physique

Un bailleur personne morale, propriétaire d'un logement social, avait assigné ses locataires en paiement au titre de frais de réparations locatives et d'arriérés de loyer.

Le bailleur avait assigné plus de deux ans après la connaissance des faits lui permettant d'agir. Il s'était vu opposer par le Tribunal d'instance de Montargis la prescription de son action. Au soutien de son jugement, le Tribunal exposait que le bailleur était un professionnel de la location immobilière sociale, et que la location d'un logement constituait une fourniture de service, s'agissant de la mise à disposition d'un local en contrepartie d'un loyer au profit du locataire.

De ce fait, l'article L137-2 ancien du Code de la consommation trouvait à s'appliquer et l'action était prescrite.

Pour rappel, le Code de la consommation prévoit un délai de prescription de deux ans (article L137-2 ancien du Code de la consommation, nouvellement L218-2).

La loi du 6 juillet 1989 prévoit quant à elle en son article 7-1 un délai de prescription plus long, à savoir :

"Toutes actions dérivant d’un contrat de bail sont prescrites par trois ans à compter du jour où le titulaire d’un droit a connu ou aurait dû connaître les faits lui permettant d’exercer ce droit

Toutefois, l’action en révision du loyer par le bailleur est prescrite un an après la date convenue par les parties dans le contrat de bail pour réviser ledit loyer."

La Cour de cassation saisie du différend devait répondre à la question de savoir si le droit de la consommation, plus favorable au locataire dans cette espèce, trouvait à s'appliquer dans le cadre d'un contrat de bail d'habitation soumis à la loi du 6 juillet 1989.

  • L'exclusion du droit de la consommation des rapports entre le bailleur et le locataire

Dans un attendu très clair, la 3ème chambre civile de la Cour de cassation énonce que :

"le bail d'habitation régi par la loi du 6 juillet 1989 obéit à des règles spécifiques exclusives du droit de la consommation, de sorte que la prescription édictée par l'article 7-1 de cette loi est seule applicable à l'action en recouvrement des réparations locatives et des loyers impayés".

En refusant d'appliquer le délai de prescription résultant de la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs, le Tribunal d'instance de Montargis s'est fait censurer.

Le délai de prescription dans les rapports entre le bailleur et son locataire était par conséquent de trois ans et non de deux années.

L'exclusion explicite de l'application du droit de la consommation aux rapports locatifs s'étend à l'ensemble des dispositions protectrices du consommateur figurant au sein du Code de la consommation.

Pour autant, dans un autre arrêt rendu récemment, le 12 janvier 2017, la Cour de cassation avait examiné les clauses d'un bail d'habitation au regard de la réglementation relative aux clauses abusives (Civ. 3ème, 12 janvier 2017, n°16-10.324).

Il s'agirait d'une application résiduelle du droit de la consommation aux rapports locatifs, plus acceptable au regard du champ d'application extrêmement large de la réglementation relative aux clauses abusives.

LMC Partenaires

En bref !

07/06/2019 + Droit de la consommation - Différencier consommateur et professionnel
Droit de la consommation - Différencier consommateur et professionnel, une nécessité car le droit de la consommation protège les consommateurs et...
28/05/2019 + Droit de la consommation tour d'horizon rapide
Ce tour d’horizon de l’année 2018 relatif au droit de la consommation a pour but d’apporter quelques informations importantes que nécessitent les...
12/05/2019 + Droit des successions les avocats LMC Partenaires 78 vous accompagnent
LMC Partenaires est un cabinet d'avocats situé dans les Yvelines. Les avocats LMC Partenaires vous accompagnent pour toute question concernant le...
06/05/2019 + Article 1226 du Code Civil et prise d’acte de rupture du contrat de travail
La prise d’acte de la rupture du contrat de travail est un mode spécifique de rupture du contrat de travail ne répondant pas aux mêmes règles de...
18/04/2019 + Appréciation du caractère disproportionné du cautionnement
Appréciation du caractère disproportionné du cautionnement : Le Cabinet LMC PARTENAIRES obtient l’inopposabilité d’une caution donnée par un...
24/04/2015 - Fichiers numériques confidentiels - Droit social
Un salarié avait capté sans autorisation un très grand nombre de fichiers numériques confidentiels au moyen de 13 clés USB (9824 fichiers) et de...
24/04/2015 - Clause de non-concurrence - Droit social
Clause de non-concurrence : un salarié dispensé de l'exécution de son préavis est en droit de prétendre dès son départ effectif de l'entreprise au...
15/04/2015 - Responsabilité du notaire et efficacité de son acte
Ni la déclaration d’ouverture du chantier ni l’existence d’une garantie financière d’achèvement ne dispensent le Notaire de...
15/04/2015 - Obligation de délivrance du vendeur d’un produit complexe
Le Vendeur d’un produit complexe, en l’espèce une machine-outil, s’est dispensé de la mettre en route. Il a manqué à son obligation...
07/04/2015 - Banque et Finances de l’Entreprise
Ne constitue pas une ouverture de crédit, une simple tolérance de la Banque. Ainsi, une banque qui laisse quelques mois fonctionner le compte de son...
07/04/2015 - Les créances de l’indivision entre époux divorcés naissent au prononcé du divorce
La créance d’un ex-époux au titre de l’occupation d’un immeuble indivis après le divorce par son ex-conjoint nait du fait de cette...
07/04/2015 - Contrats et clause pénale
Une clause d’un contrat de prestations de services qui prévoit qu’en cas de résiliation anticipée, le client doit payer...
29/03/2015 - Responsabilité du dirigeant pour insuffisance d’actif : déclaration de cessation de paiement
Le fait d’oublier d’effectuer une déclaration de cessation des paiements dans le délai légal, est susceptible de constituer une faute de...
29/03/2015 - Est-il licite de sonoriser un local de garde à vue pour obtenir des preuves ?
Au cours d’une mesure de garde à vue, le placement, durant des périodes de repos séparant les auditions, de deux personnes, retenues dans des...
25/03/2015 - Fichier national des interdits de gérer : publication du décret
La loi du 22 mars 2012 (2012-387) à créé le fichier national des interdits de gérer afin de lutter contre les fraudes, de prévenir la commission des...
25/03/2015 - Cautionnement disproportionné : portée de la décharge de la caution
La Cour de Cassation par arrêt de la Chambre Mixte du 2 février 2015 n°13.13.709, précise pour la première fois la portée de l’article L341-4...
18/03/2015 - Droit social
Un juge saisi d'un cumul de demandes d'indemnisation au titre de la discrimination et du harcèlement moral peut condamner l'employeur à verser...
18/03/2015 - Droit social
La Cour de cassation se prononce sur l'articulation de la rupture conventionnelle et du licenciement disciplinaire. Il en résulte les trois principes...
18/03/2015 - Droit social
Si elle résulte d'une simple négligence de l'employeur et non d'un refus de ce dernier, l'absence de visite médicale d'embauche ne justifie pas la...
11/03/2015 - Detournement par un salarié de données professsionnelles et abus de confiance
Un salarié avait capté sans autorisation un très grand nombre de fichiers numériques confidentiels au moyen de 13 clés USB (9824 fichiers) et de...
Accueil ] [ Le Cabinet ] [ Entreprises ] [ Particuliers ] [ Formations ] [ Honoraires ] [ Nos succès ] [ Actualités ] [ Contact ]
Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr