Détournement de clientèle : sanctions pénales du salarié

Détournement de clientèle : sanctions pénales du salarié

La chambre criminelle de la Cour de cassation est venue rappeler récemment, dans un arrêt rendu le 22 mars 2017 (Crim. 22 mars 2017, n°15-85.929), que le détournement d'un bien permettant de qualifier l'infraction d'abus de confiance, ne porte pas uniquem

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

lundi 18 février 2019

La chambre criminelle de la Cour de cassation est venue rappeler récemment, dans un arrêt rendu le 22 mars 2017 (Crim. 22 mars 2017, n°15-85.929),...

Lundi 15 mai 2017

La chambre criminelle de la Cour de cassation est venue rappeler récemment, dans un arrêt rendu le 22 mars 2017 (Crim. 22 mars 2017, n°15-85.929), que le détournement d'un bien permettant de qualifier l'infraction d'abus de confiance, ne porte pas uniquement sur des biens matériels corporels. Dans cet arrêt, qui intéressera particulièrement les employeurs chefs d'entreprises victimes de salariés malveillants, la Cour a rappelé sa position dans l'hypothèse d'un détournement d'informations relatives à la clientèle par un salarié.

L'abus de confiance : éléments constitutifs

A titre de rappel, l'article 314-1 du Code pénal définit l'abus de confiance comme étant :

"L’abus de confiance est le fait par une personne de détourner, au préjudice d’autrui, des fonds, des valeurs ou un bien quelconque qui lui ont été remis et qu’elle a acceptés à charge de les rendre, de les représenter ou d’en faire un usage déterminé.

L’abus de confiance est puni de trois ans d’emprisonnement et de 375 000 euros d’amende. »

L'abus de confiance pour être caractérisé suppose par conséquent la remise volontaire d'un bien en vue d'un usage déterminé. L'objet de la remise est indéterminé. A défaut de liste limitative, la jurisprudence de la Cour de cassation dresse à coup d'arrêts les éléments remis susceptibles de faire l'objet d'un abus de confiance.

Dans l'arrêt commenté, la définition du bien quelconque objet du détournement occupait une place centrale.

Le détournement de clientèle par un salarié : un abus de confiance

La petite entreprise frauduleuse des deux salariés était somme toute assez simple.  Un salarié avait utilisé des informations relatives à la clientèle de la société de télécommunications dont il était employé au profit d'une autre société commerciale dirigée par l'un des anciens salariés de la société victime. Ce salarié s'était vu remettre ces informations par son employeur, volontairement, dans le cadre de son contrat de travail.

Sur les 129 contrats signés par la société concurrente, 47 provenaient d'anciens clients de la société employeur des deux salariés.

La société victime avait déposé plainte à l'encontre des deux auteurs du détournement, pour abus de confiance.

Bénéficiant d'un non-lieu dans un premier temps, la chambre correctionnelle de la Cour d'appel de NÎMES avait condamné ces deux anciens salariés à un an d'emprisonnement avec sursis chacun pour abus de confiance et 20.000,00 euros d'amende.

Les deux salariés avaient formé un pourvoi à l'encontre de cette décision.

Ils affirmaient au soutien de leur pourvoi que la Cour d'appel avait violé l'article 314-1 du Code pénal précité, relatif à l'abus de confiance.

Les salariés soutenaient que l'utilisation déloyale de simples informations sur la clientèle, et non pas la clientèle elle-même, ne pouvait constituer un abus de confiance. Ils avançaient également qu'aucun détournement préalable de fichiers électroniques ou tout autre support écrit relatif à la clientèle n'avait eu lieu. Ils opposaient enfin qu'aucune clause de non concurrence n'étant prévue à leur contrat, l'utilisation frauduleuse des informations n'était pas démontrée.

Toute la question était donc de savoir si la clientèle, ou plus précisément des informations sur la clientèle, pouvait faire l'objet d'un détournement objet d'un abus de confiance ?

La Cour de cassation a approuvé le raisonnement tenu par la Cour d'appel en rappelant que "constitue un abus de confiance le fait, pour une personne, qui a été destinataire, en tant que salariée d'une société, d'informations relatives à la clientèle de celle-ci, de les utiliser par des procédés déloyaux dans le but d'attirer une partie de cette clientèle vers une autre société".

Cette solution confirme la position tenue dans un premier arrêt rendu dans la même affaire par la chambre criminelle de la Cour de cassation le 16 novembre 2011 (Crim. 16 novembre 2011, n°10-87.866).

L'abus de confiance est en effet caractérisé par le détournement de tout bien quelconque, matériel ou immatériel. Les informations sur la clientèle d'une société commerciale constituent un bien quelconque dont le détournement est susceptible d'une condamnation au titre de l'abus de confiance.

Cet arrêt s'inscrit de ce fait dans un mouvement de dématérialisation de l'infraction d'abus de confiance. Un salarié avait ainsi été condamné pour abus de confiance, après avoir utilisé son temps de travail à des fins autres que celles pour lesquelles il percevait une rémunération de son employeur (Crim. 19 juin 2013, n°12-83.031)

Quand l'adage bien mal acquis ne profite jamais prend tout son sens devant nos juridictions répressives....

 

 

LMC Partenaires

En bref !

16/02/2019 + Droit de rétractation entre professionnels : une décision bienvenue pour les petits entrepreneurs.
La cour de cassation vient de rendre un arret portant sur la délimitation des règles relatives aux contrats hors établissements.
12/02/2019 + Une justice plus fluide, lisible et efficace grâce à la transformation numérique
En 2022 la totalité des démarches administratives seront numérisées. Pour atteindre cet objectif le ministère de la justice s'est engagé dans une...
07/02/2019 + Les après-midis social du MEDEF Yvelines
Les actualités sociales jurisprudentielles présentées aux après-midis du MEDEF par les avocats de LMC Partenaires
30/11/2018 + Requalification en contrat de travail pour un coursier auto-entrepreneur
La Cour de Cassation vient de rendre le 28 novembre 2018 (17-20.079), un premier arrêt relatif à une demande de requalification d'un contrat...
14/11/2018 + Absentéisme au travail : LMC partenaires vous invite à débattre!
"Comment limiter l'absentéisme dans vos entreprises ? » Voici la question autour de laquelle LMC Partenaires va débattre durant un petit déjeuner...
15/04/2015 - Obligation de délivrance du vendeur d’un produit complexe
Le Vendeur d’un produit complexe, en l’espèce une machine-outil, s’est dispensé de la mettre en route. Il a manqué à son obligation...
07/04/2015 - Banque et Finances de l’Entreprise
Ne constitue pas une ouverture de crédit, une simple tolérance de la Banque. Ainsi, une banque qui laisse quelques mois fonctionner le compte de son...
07/04/2015 - Les créances de l’indivision entre époux divorcés naissent au prononcé du divorce
La créance d’un ex-époux au titre de l’occupation d’un immeuble indivis après le divorce par son ex-conjoint nait du fait de cette...
07/04/2015 - Contrats et clause pénale
Une clause d’un contrat de prestations de services qui prévoit qu’en cas de résiliation anticipée, le client doit payer...
29/03/2015 - Responsabilité du dirigeant pour insuffisance d’actif : déclaration de cessation de paiement
Le fait d’oublier d’effectuer une déclaration de cessation des paiements dans le délai légal, est susceptible de constituer une faute de...
29/03/2015 - Est-il licite de sonoriser un local de garde à vue pour obtenir des preuves ?
Au cours d’une mesure de garde à vue, le placement, durant des périodes de repos séparant les auditions, de deux personnes, retenues dans des...
25/03/2015 - Fichier national des interdits de gérer : publication du décret
La loi du 22 mars 2012 (2012-387) à créé le fichier national des interdits de gérer afin de lutter contre les fraudes, de prévenir la commission des...
25/03/2015 - Cautionnement disproportionné : portée de la décharge de la caution
La Cour de Cassation par arrêt de la Chambre Mixte du 2 février 2015 n°13.13.709, précise pour la première fois la portée de l’article L341-4...
18/03/2015 - Droit social
Un juge saisi d'un cumul de demandes d'indemnisation au titre de la discrimination et du harcèlement moral peut condamner l'employeur à verser...
18/03/2015 - Droit social
La Cour de cassation se prononce sur l'articulation de la rupture conventionnelle et du licenciement disciplinaire. Il en résulte les trois principes...
18/03/2015 - Droit social
Si elle résulte d'une simple négligence de l'employeur et non d'un refus de ce dernier, l'absence de visite médicale d'embauche ne justifie pas la...
11/03/2015 - Detournement par un salarié de données professsionnelles et abus de confiance
Un salarié avait capté sans autorisation un très grand nombre de fichiers numériques confidentiels au moyen de 13 clés USB (9824 fichiers) et de...
11/03/2015 - Attention aux clauses abusives dans les contrats de fournisseurs de services de réseaux sociaux
Le 7 novembre 2014, la Commission des Clauses Abusives, a émis une nouvelle recommandation concernant cette fois les contrats de service de...
11/03/2015 - Surendettement et portée de la propriété de la résidence principale
L’état de surendettement ne s’apprécie pas seulement par rapport aux revenus du demandeur, mais également au regard de l’ensemble...
10/03/2015 - Droit social
L’employeur a accès aux SMS écrits ou reçus au moyen d’un téléphone mis à la disposition du salarié pour les besoins de son activité...
Accueil ] Le Cabinet ] Entreprises ] Particuliers ] Formations ] Honoraires ] Nos succès ] Actualités ] Contact ]

Accueil ]
LMC Partenaires
6 rue Jean-Pierre Timbaud
Immeuble Le Campus
78180 Montigny le Bretonneux
FRANCE
telephone formation IT+33 (0)1 30 21 18 92
contacter formateur par mailmail@lmcpartenaires.fr